Climat

Climat en février : toujours chaud, selon les données satellites UAH

La température moyenne globale a été en février de +0,30°C par rapport à la période 1981-2010, selon les relevés des satellites analysés par l’Université d’Alabama à Huntsville (UAH). Février 2015 se classe ainsi au 3è rang depuis le début des mesures. C’est une fois de plus l’hémisphère nord qui a connu la plus forte anomalie avec +0,43°C.

Anomalies de températures pour le mois de février 2015 par rapport à la moyenne 1981-2010 (Source : UAH)

Anomalies de températures pour le mois de février 2015 par rapport à la moyenne 1981-2010 (Source : UAH)

Selon UAH, le mois de janvier avait été marqué par une anomalie de température de +0,35°C à la surface du globe. Le premier mois de l’année 2015 s’était  classé au 5è rang des mois de janvier les plus chauds depuis le début des relevés satellites en 1979. Si l’anomalie est un peu moins importante en février, il s’agit quand même de la troisième plus élevée des annales, qui n’est devancée que par 1998 et 2010, deux années El Nino, donc potentiellement plus chaudes. Voici le classement des 10 mois de février les plus chauds, selon UAH :

1 1998 0.65
2 2010 0.54
3 2015 0.30
4 2007 0.25
5 2006 0.24
6 2004 0.21
7 2009 0.20
8 2013 0.20
9 2005 0.19
10 2002 0.18

UAH utilise les données des satellites de la NOAA et de la NASA. Les satellites ne mesurent pas directement la température mais le rayonnement dans la basse troposphère. Les résultats des satellites ne sont pas toujours similaires à ceux obtenus grâce aux stations au sol, qui sont mesurés directement. On attend maintenant les résultats des stations au sol qui seront délivrés dans les prochains jours par la NOAA, la NASA et la JMA (Agence météo japonaise).

L’anomalie la plus importante en février a été relevée près de Lookout Junction, en Californie, où les températures sur le mois ont été de 5°C au-dessus de la moyenne. Les températures les plus anormalement basses ont été enregistrées au sud de Nemiscau, au Québec, avec -5,36°C en-dessous des normes mensuelles. Le froid a concerné la moitié est du continent, du Golfe du Mexique à  l’Arctique. Selon John Christy, de l’Université d’Alabama, le climat en février a été marqué par un contraste important aux Etats-Unis, avec du froid dans l’est du pays et une chaleur persistante dans l’ouest. Pour le deuxième mois d’affilée, les anomalies froides et chaudes les plus importantes de la planète ont été enregistrées en Amérique du Nord.

 

Publicités

2 réponses »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s