Climat

Les températures grimpent à nouveau à la surface des mers

La température de surface de la mer a atteint au mois de juillet 2015 le plus haut niveau jamais relevé depuis le début des archives du Met Office qui remontent à 1850.

Après avril (+0,55°C), mai (+0,59°C) et juin (+0,57°C), c’est à nouveau un mois record à la surface des océans du globe. D’après le Met Office (météo britannique), l’anomalie a été le mois dernier la plus importante jamais relevée en juillet avec +0,63°C au-dessus de la moyenne 1961-1990. Le record absolu (c’est à dire tous mois confondus) a été frôlé. Il avait été établi en août 2014 avec +0,64°C.

Top 10 des mois de juillet les plus chauds à la surface des mers (Source : HadSST3, Met Office) par rapport à la moyenne 1961-90 :

1 2015 0,636
2 2014 0,551
3 1998 0,526
4 2009 0,523
5 2010 0,5
6 2013 0,479
7 2005 0,463
8 2003 0,435
9 2012 0,398
10 2006 0,394

On enregistre habituellement des températures de surface élevées lors des épisodes El Niño, comme c’est le cas en ce moment. En 2014, des conditions de quasi-El Niño ont été relevées mais le dernier véritable phénomène remonte à 2009-2010, une période où le maximum relevé avait été de +0,50°C, selon les données HadSST3 du Met Office. Lors du super El Nino de 1997-1998, les températures de surface de la mer avaient grimpé à +0,52°C. Les températures de surface de la mer compilées avec les températures à la surface des terres permettent d’établir une moyenne à la surface du globe. Elles expliquent les températures très élevées que l’on enregistre depuis le début de l’année au niveau global (surface terres+mers) : le premier semestre a été le plus chaud des annales selon la Nasa, la NOAA et le Met Office, les trois principales agences. Selon le Met Office, la température globale (terres+mers) affiche une anomalie de +0,68°C sur janvier-juin, ce qui place 2015 en bonne position pour détrôner 2014 comme année la plus chaude (avec +0,56°C), et de loin. La dernière anomalie relevée en juin par le Met Office fait état pour la première fois d’une anomalie mensuelle de plus de 0,7°C.

Il est à noter que le réchauffement de l’océan ne se limite pas à la surface : les températures ne cessent d’augmenter jusqu’à 2000 mètres de profondeur, et cela de façon quasiment continue.

Le phénomène El Niño actuel pourrait être comparable à celui de 1998, voire encore plus important, selon les prévisions des modèles climatiques. Mais rien n’est encore certain. On peut cependant s’attendre à voir les températures de surface de la mer à un niveau très élevé dans les mois à venir. Plusieurs modèles anticipent un réchauffement des eaux de surface dans le Pacifique avec un pic en fin d’année 2015.

Anomalies de températures à la surface des mers prévues pour novembre 2015 (source : NCEP CFSv2)

Anomalies de températures à la surface des mers prévues pour novembre 2015 (source : NCEP CFSv2)

Depuis le début de l’année, c’est à dire entre janvier et juillet 2015, l’anomalie moyenne à la surface des mers est à 0,51°C, un niveau plus important que le record de 2014 (observé sur l’ensemble de l’année) avec +0,47°C. Le niveau de 1998 (+0,41°C) est désormais largement dépassé.

Top 10 des années les plus chaudes à la surface des mers (Source : HadSST3) :

1 2015* 0,517
2 2014 0,477
3 1998 0,416
4 2010 0,406
5 2009 0,395
6 2003 0,393
7 2005 0,389
8 2013 0,376
9 2002 0,368
10 2006 0,365

*La moyenne 2015 est basée seulement sur la période janvier-juillet

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s