Climat

Température mondiale : une nouvelle hausse en 2016 ?

Comme lors des épisodes El Niño 1982-83 et 1997-98, les températures pourraient encore grimper au cours du phénomène exceptionnel de 2015-16. Lors des deux précédents événements, le pic des températures avait en effet été atteint vers janvier-février. Le mois d’octobre 2015 a déjà été le plus chaud de l’histoire des relevés. Si la tendance est la même qu’en 1982-83 et 1997-98, on peut s’attendre à des anomalies encore plus importantes. La traduction des cartes d’anomalies de la Nasa et de la NOAA confirme les données historiques : janvier et février 2016 seraient encore plus chauds que la fin 2015 avec des valeurs comprises entre +1,18°C et 1,33°C. Mars et avril pourraient suivre la tendance…

Comme les mois précédents, j’ai utilisé les cartes de prévision de la NOAA et de la Nasa pour tenter d’obtenir une prévision chiffrée des mois à venir (voir cette explication). Les estimations ont été réalisées grâce à un logiciel de calcul de couleurs permettant de se faire une petite idée de ce qui nous attend.  Le « Climate Prediction Center » de l’Agence américaine d’observation océanique et atmosphérique (NOAA) publie des cartes d’anomalies permettant de voir les variations de température à la surface du globe. La Nasa fait de même avec son service dédié, le GMAO (présenté comme « expérimental »). La NOAA et la Nasa ne publient malheureusement pas de prévisions chiffrées mais en utilisant un logiciel, on peut tenter de mesurer les proportions des couleurs sur les cartes.

Les prévisions ont été confirmées avec plus ou moins de bonheur ces derniers mois avec le logiciel que j’ai utilisé. Le pic de chaleur d’octobre avait par exemple été prévu dès le mois d’août  : la traduction avait annoncé +1,08°C pour octobre et la Nasa a finalement observé +1,04°C. Il serait évidemment illusoire de pronostiquer avec une grande précision  les températures à venir. L’idée est de savoir à peu près à quoi correspondent les prévisions. Voici par exemple la carte de prévision du CPC de la NOAA pour le mois de mai 2016 :

Prévisions de températures pour le mois de mai 2016 (estimation réalisée par la NOAA à partir de conditions initiales du 26 novembre 2015 au 5 décembre 2015). Souce : NOAA - CPC.

Prévisions de températures pour le mois de mai 2016 (estimation réalisée par la NOAA à partir de conditions initiales du 26 novembre 2015 au 5 décembre 2015). Souce : NOAA – CPC.

La NOAA a réalisé ses dernières prévisions début décembre, tandis que celles la Nasa remontent à novembre. Les nouvelles traductions des cartes d’anomalies portent donc sur les mois à partir de décembre (les mois précédents ont été recalculés). La NOAA propose des prévisions mensuelles juqu’au mois de mai 2016, la Nasa jusqu’en avril.  Le résultat principal est que les températures atteindraient un pic vers janvier-mars 2016. Ncep annonce plus chaud avec un pic à +1,33°C, GMAO table sur un maximum à 1,19°C. Vu que les traductions réalisées à partir des cartes d’anomalies tendent à surestimer le réchauffement, il y a peu de chances que les températures dépassent les 1,20°C à mon avis. Cela dépendra aussi de l’évolution d’El Niño, qui fait déjà partie des trois plus gros observés depuis 1950 si l’on retient comme référence l’indice ONI sur trois mois.

Voici donc les résultats obtenus (écart à la moyenne 1951-1980) :

Nasa NCEP CFSv2 GMAO
janv-15 0,81 0,68 0,72
févr-15 0,87 0,82 0,73
mars-15 0,90 0,87 0,76
avr-15 0,73 0,75 0,72
mai-15 0,78 0,76 0,75
juin-15 0,77 0,86 0,81
juil-15 0,73 0,69 0,77
août-15 0,79 0,84 0,91
sept-15 0,80 0,84 0,95
oct-15 1,04 1,1 1,11
nov-15 ? 1,07 1,02
déc-15 ? 1,07 1,1
janv-16 ? 1,32 1,18
févr-16 ? 1,3 1,18
mars-16 ? 1,33 1,19
avr-16 ? 1,31 1,19
mai-16 ? 1,19 ?

Quand à savoir si les valeurs que l’on peut voir dans le tableau sont remarquables, on peut en juger d’après le graphique ci-dessous, qui montre l’évolution de la température globale en 1982-83, 1997-98, 2015 (courbes) et les prévisions du modèle NCEP CFSv2 (barres). Il semble qu’il y ait encore une marge de réchauffement supplémentaire, même si les conditions dans le Pacifique semblent refluer vers des valeurs moins fortes qu’annoncé dans les hypothèses les plus extrêmes. Les températures mensuelles dans la région 3.4 du Pacifique (secteur clé utilisé pour évaluer l’intensité d’El Niño) ont atteint un niveau exceptionnel en novembre 2015 (+2,35°C), battant le record de novembre 1997 (+2,33°C) et surclassant décembre 1982 (+2,14°C). Les derniers relevés hebdomadaires montrent cependant un très léger recul. L’indice SOI qui mesure la différence de pression entre l’ouest et l’est du Pacifique est nettement moins impressionnant depuis quelques semaines mais cet indice fluctue considérablement : il peut renouer avec des valeurs très négatives dans les jours qui viennent. On en saura plus courant décembre.

Comparaison entre les prévisions NCEP CFSv2 pour 2015-16 et les températures observées par la Nasa en 2015 (jan-oct), 1997-98, et 1982-83 (écart à la moyenne 1951-1980). Sources : Nasa, NOAA.

Comparaison entre les prévisions NCEP CFSv2 pour 2015-16 et les températures observées par la Nasa en 2015 (jan-oct), 1997-98, et 1982-83 (écart à la moyenne 1951-1980). Sources : Nasa, NOAA.

Voici ce que donneraient les prévisions du modèle NCEP CFSv2 de la NOAA traduites d’après les cartes d’anomalies. Pour la période janvier-octobre, il s’agit de prévisions réalisées en chaque début de mois et ajustées aux données de la Nasa. D’ici mai, il s’agit donc de prévisions à plus ou moins long terme :

Observations de la Nasa en 2015 (jan-oct) et prévisions du modèle NCEP CFSv2 (écart à la moyenne 1951-1980). Sources : Nasa, NOAA.

Température mondiale : observations de la Nasa en 2015 (jan-oct) et prévisions du modèle NCEP CFSv2 (écart à la moyenne 1951-1980). Sources : Nasa, NOAA.

Enfin, pour évaluer le potentiel de réchauffement d’El Niño, on peut aussi comparer les prévisions Ncep et GMAO aux les deux autres phénomènes majeurs du siècle précédent. Pour cela, j’ai actualisé les températures de 1982-83 et 1997-98 pour voir ce qu’elles donneraient aujourd’hui avec le réchauffement dû aux gaz à effet de serre. Les prévisions pour 2014-15 sont encore un peu au-dessus mais on peut voir que le +0,88°C de février 1998 ou le +0,52°C de janvier 1983 (exceptionnels pour leur époque) vaudraient à peu près +1,20°C aujourd’hui  :

Température mondiale : comparaison entre les prévisions pour El Niño 2015-16 et les observations pour El Niño 1982-83 et 1997-98 (ajustés par rapport à la moyenne des températures en 2015). Source (observations) : NOAA.

Température mondiale : comparaison entre les prévisions pour El Niño 2015-16 (Ncep +GMAO) et les observations pour El Niño 1982-83 et 1997-98 (ajustés par rapport à la moyenne des températures en 2015). Source (observations) : NOAA.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s