Climat

+0,87°C en novembre 2017, selon la NASA

Le mois de novembre 2017 a été le troisième plus chaud depuis le début des relevés de la NASA en 1880.  

Avec +0,87°C au-dessus de la moyenne 1951-1980, novembre 2017 se situe derrière 2015 (+1,03°C) et 2016 (+0,90°C). Les trois derniers mois de novembre sont les plus chauds depuis 1880.

Ecart à la moyenne 1951-1980. D’après les chiffres de la NASA.

+0,90°C depuis le début de l’année

Pour la température globale, janvier-novembre 2017 se situe entre la moyenne de 2016 et celle de 2015 sur 12 mois. La NASA relève +0,90°C sur les onze premiers mois de l’année contre +0,99°C sur 12 mois lors de l’année record de 2016. On notera que les quatre années les plus chaudes (2017 étant limitée à janvier-novembre) sont dans l’ordre 2016, 2017, 2015 et 2014.

2017 sera la deuxième année la plus chaude si la température globale en décembre est supérieure à +0,54°C.

Ecart à la moyenne 1951-1980. D’après les chiffres de la NASA.

El Nino 2015-2016, un épisode majeur, a pris fin il y a environ un an et demi. Le Pacifique tropical est maintenant dans une phase La Nina (anomalie de température inférieure à -0,5 °C, voir figure ci-dessous à gauche). Malgré cela, la température mondiale reste élevée, d’après les chiffres de la NASA. Si l’indice Nino 3.4 est retombé au niveau de 2013, il n’en n’est rien pour les températures (comparer les moyennes sur 12 mois en bleu foncé à gauche et à droite).

Source : Climate Science, Awareness and Solutions.

Les anomalies régionales

Au mois de novembre, l’hémisphère sud enregistre +0,57°C. C’est une baisse notable par rapport à octobre 2017 (+0,78°C) tiré par un fort réchauffement de l’Antarctique.

En revanche l’hémisphère nord se réchauffe pour atteindre +1,16°C, la 2è plus grosse anomalie des annales. La NASA observe une hausse importante des anomalies pour l’Arctique avec +5°C au-delà de 75° de latitude nord.

Anomalies de température pour le mois de novembre 2017. Source : NASA GISS.

+1,09°C au-dessus de la période préindustrielle

Les chiffres publiés par la NASA sont relatifs à la période 1951-1980 mais on peut aussi calculer les anomalies par rapport aux données les plus lointaines, à savoir la période 1880-1899, que l’on peut considérer comme représentative de l’ère préindustrielle, où au moins comme une période où les émissions de gaz à effet de serre anthropiques n’avaient pas encore profondément modifié le climat. Cela permet de comparer la situation actuelle aux objectifs que sont fixés les Etats pour contenir le réchauffement climatique en-dessous du niveau considéré comme dangereux. Par rapport à la période 1880-1899, l’anomalie a été de 1,09°C en novembre 2017. Lors de la COP21 de Paris, un accord a été obtenu pour contenir le réchauffement sous les 2°C, voire 1,5°C si possible. Ce dernier niveau avait été dépassé en février 2016 avec +1,6°C.

Publicités

10 réponses »

      • Oui Ninja, qui croire? Certainement pas ces cohortes de scientifiques qui disent tous la même chose. Ces mêmes scientifiques prétendent avoir créé un réseau qu’ils nomment internet. Ils affirment aussi prévoir la météo, qu’ils ont envoyé des satellites dans l’espace et qu’il y a des saisons sur Terre. Balivernes que tout cela. Mais qui croire à la fin?

        • Je doute fort que les scientifiques qui ont participé à la création d’internet soient les mêmes que ceux qui défendent la thèse du RCA.
          Pour les météorologues, ils sont loin d’être unanimes sur la question. Idem pour ceux qui on envoyé les satellites en orbite.
          Pour ouvrir un tout petit peu vos chakras, lisez ceci, c’est pas long et c’est très clair => https://crioux.wordpress.com/2017/12/21/le-climato-scepticisme-explique-en-3-graphiques/
          Ceci aussi, c’est pour le fameux « consensus » => https://wattsupwiththat.com/2017/12/22/is-the-97-climate-consensus-fake-news/

          Ce que je pense, c’est que les intervenants principaux de ce blog sont assez extrémistes (selon eux, même Hulot serait un vendu !). S’ils avaient vécu du temps de l’optimum médiéval (par exemple), du haut de leur grande science ils auraient aussi trouvé tout un tas d’explications « scientifiques » pour justifier l’influence de l’homme dur le climat. Depuis la terre a quand même tourné…
          Ils trouvent toujours un tas d’explications « scientifiques » plus ou moins alambiquées pour expliquer le rôle indiscutable du CO2, etc…
          Il y a quelques mois, ça parlait « d’emballement ».

          Aujourd’hui, et ça doit mettre en rage quelques-uns, la banquise se reforme (c’est les 25.000 nounours qui vont être contents), la température globale baisse, et la neige tombe ici ou là en abondance (celle que les enfants de 2017 ne devaient plus jamais voir…) dans ce qui ressemble fort à un hiver…
          Les 2-3 dernières années marquées par El Niño sont passées, la COP21 aussi, et tout le discours ultra-alarmiste ne trouvera plus la même justification, fût-elle temporaire. En attendant peut-être le prochain EN.

          L’histoire jugera si tout ce tapage n’était qu’une croyance de plus de l’humanité, ou si c’était vrai.

  1. La banquise se reforme!!! Seule l’année 2016 présente une surface globale plus faible. (cherchez global sea ice area).
    La température globale baisse!!! chaque jour, ce blog vous donne une évaluation de la température mondiale comparée à la période 1981-2010 et chaque jour, cette température est supérieure à la moyenne.
    La neige! Voulez-vous parlez de de toute la planète ou seulement de la France. Car la France ne représente que 1/1000 de la surface du globe et n’est donc nullement représentative. Mais j’imagine que vous n’avez pas connu ces hivers avec 40 centimètres de neige en Région Parisienne dans les années 60. Rien à voir avec aujourd’hui!

    • Bonjour Parmantier,

      Préférez lire la source des articles scientifiques présentés par les articles de ce blog, ne perdez pas trop de temps à répondre aux négationnistes, car ils s’abreuvent toujours dans les mêmes auges et ne peuvent en aucun cas répondre à la perte de glace surtout aux pôles (ils confondent volontairement surface et volume/concentration et ne feignent de ne pas bien connaître les ours polaires avec nos activités les affectant), ni même à la source de la quantité de chaleur absorbée à 93% par les océans.
      Alors de temps en temps, par peur d’être balayés par le nouveau, ce sont les reliques d’un culte antique qui resurgissent : ça se met à invoquer le soleil, voire les rayons comiques, pour répondre à tout, sinon de renvoyer aux calendes moyenâgeuses ou dans un futur où tout redeviendrai comme en 40. 😉

      Si vous vous intéressez justement aux variations de la calotte arctique (périodes interglaciaires) et aux ours polaires, ça tombe bien ce sont les sujets d’un article hier sur le pendant du site du presque ami d’heller, watts, soit skepticalscience.com; 2 articles scientifiques intéressants ont été cités:

      http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1111/j.1365-2486.2012.02753.x/pdf
      https://www.nature.com/articles/s41467-017-00552-1

      Bonne lecture avant les fêtes.

  2. Bien sûr que l’anomalie mondiale est à la baisse en ce moment !!!! => http://www.drroyspencer.com/wp-content/uploads/UAH_LT_1979_thru_November_2017_v6.jpg jusqu’où ça va aller ? L’avenir nous le dira. Pas trop bas j’espère, je préfère la chaud au froid…
    Un lien qui dit que l’excès de neige en Alaska et dû au RC (lol) => http://www.boursorama.com/actualites/quantite-record-de-neige-en-alaska-a-cause-du-changement-climatique-27dc4247a0c7caa015dea58c52588268
    Un autre qui prédit que ça va tomber dru dans les prochains jours aux US => http://www.drroyspencer.com/2017/12/major-east-coast-snowstorm-for-new-years-eve/
    Pour la France, ça roule, les professionnels du tourisme montagnard on tous un large sourire jusqu’aux oreilles non ?
    Si j’en crois ce site http://www.climate4you.com/, la banquise se reforme (quid quant à savoir la tendance dans quelques années).

    J’ai connu les hivers des années 70 au sud de l’Aisne, à la campagne, à 60-70 km de Paris. Franchement, en 1975 le « réchauffement » ne devait pas être fondamentalement plus différent qu’en 1965 non ? je ne me souviens pas avoir vu beaucoup de fois la neige, et surtout pas 40 cm 😀
    On avait (presque) annuellement 3-4 jours de neige par an. Gamin, j’étais souvent déçu par cette neige qui ne venait jamais pendant les vacances 😦

    • Oui, la banquise arctique se reforme. Comme chaque année à cette période. Mais son extension, et surtout sa superficie, demeurent inférieurs à la normale et en dehors de l’écart-type. Idem en Antarctique depuis maintenant 3 ans.

      Quand à l’augmentation des précipitations hivernales neigeuses dans les régions froides, comme l’Alaska, ce n’est pas du tout incohérent de la lier au réchauffement: le réchauffement des océans provoque davantage d’évaporation, et une atmosphère plus chaude contient davantage de vapeur d’eau susceptible de se condenser et de précipiter en dehors des zones anticycloniques. Sauf que dans une région où la moyenne hivernale est passée de -30 à -27°C depuis un siècle, les précipitations se font toujours sous forme de neige. Rien de très surprenant là-dedans.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s