Climat

Température globale record en juin d’après les données satellitaires de RSS

D’après la société Remote Sensing Systems (RSS), qui utilise des données satellitaires, le mois de juin 2019 a été – de loin – le plus chaud depuis le début de l’archive en 1979.

Avec +0,706°C au-dessus de la moyenne 1981-2010, les données RSS indiquent que le mois de juin 2019 a atteint un niveau record, devançant nettement le précédent maximum enregistré en juin 2016 avec +0,554°C. D’après les données publiées par les autres agences, juin 2019 arrive soit à la première, soit à la deuxième place.

RSS juin 2019

Anomalies de température en juin 2019 d’après les données RSS.

Les satellites utilisés par RSS ne mesurent pas directement la température à la surface du sol, mais interprètent la température de la basse troposphère. Des sondeurs sont capables de récupérer les profils de température verticaux de l’atmosphère en mesurant l’émission thermique de molécules d’oxygène à différentes fréquences.

Les produits de température d’air RSS sont assemblés à partir de mesures effectuées par les instruments MSU et AMSU installés sur des satellites.

Ils permettent ainsi de compléter les mesures des stations au sol (utilisées par la NASA, la NOAA ou le Met Office) et les réanalyses atmosphériques (NCEP-NCAR, ECMWF), qui utilisent une gamme d’observations beaucoup plus large, notamment des données satellitaires combinées à un modèle de prévision météorologique, pour produire une analyse de la température globale complète.

Pour le mois de juin 2019, les données satellitaires RSS et UAH ont déjà été publiées, de même que les réanalyses ECMWF (ERA5) et NCEP-NCAR. Celles des stations au sol de la NASA (Gistemp) ne le seront – comme d’habitude – qu’au milieu du mois, en l’occurence à la mi-juillet.

Voici un comparatif des mois de juin relevés par les différents organismes par rapport à la même moyenne, 1981-2010, depuis le début des relevés satellites en 1979.

RSS UAH NCEP ERA5 NASA
1979 -0,326 -0,260 -0,230 -0,258 -0,261
1980 -0,001 0,090 -0,010 -0,080 -0,201
1981 -0,194 -0,180 -0,060 -0,076 -0,111
1982 -0,271 -0,250 -0,360 -0,246 -0,341
1983 -0,228 -0,180 -0,140 -0,092 -0,181
1984 -0,327 -0,210 -0,330 -0,332 -0,381
1985 -0,480 -0,350 -0,160 -0,293 -0,251
1986 -0,306 -0,180 -0,210 -0,274 -0,281
1987 0,029 0,170 0,030 -0,017 -0,051
1988 -0,003 0,080 0,020 0,017 -0,011
1989 -0,281 -0,270 -0,270 -0,232 -0,241
1990 0,017 0,100 -0,010 -0,011 -0,001
1991 0,208 0,310 0,170 0,202 0,129
1992 -0,253 -0,210 -0,200 -0,149 -0,151
1993 -0,107 -0,080 -0,330 -0,129 -0,171
1994 -0,001 0,070 -0,230 -0,080 0,029
1995 0,092 0,140 0,000 0,088 0,029
1996 -0,123 -0,070 -0,340 -0,142 -0,151
1997 -0,035 -0,030 0,040 0,094 0,139
1998 0,494 0,570 0,370 0,357 0,369
1999 -0,171 -0,150 -0,060 -0,058 -0,031
2000 0,033 0,070 -0,090 -0,070 -0,001
2001 0,034 0,030 0,090 0,063 0,109
2002 0,341 0,300 0,250 0,197 0,129
2003 0,115 0,000 0,090 0,035 0,079
2004 0,119 0,000 0,080 0,080 0,039
2005 0,284 0,150 0,370 0,250 0,249
2006 0,200 0,060 0,290 0,255 0,249
2007 0,227 0,130 0,300 0,150 0,199
2008 0,013 -0,180 0,130 -0,025 0,089
2009 0,045 -0,160 0,250 0,178 0,249
2010 0,529 0,310 0,310 0,260 0,279
2011 0,319 0,140 0,300 0,194 0,199
2012 0,361 0,140 0,340 0,293 0,249
2013 0,368 0,210 0,390 0,281 0,309
2014 0,430 0,250 0,270 0,246 0,269
2015 0,474 0,310 0,350 0,360 0,409
2016 0,555 0,340 0,510 0,435 0,419
2017 0,408 0,220 0,384 0,376 0,319
2018 0,368 0,200 0,353 0,399 0,379
2019 0,706 0,470 0,500 0,542

RSS et ERA5 annoncent un mois de juin 2019 à un niveau record ; UAH et NCEP-NCAR placent juin 2019 à la deuxième position ; on attend la publication des données de la NASA.

Concernant la pertinence des différents types de mesures, on peut dire – pour se montrer prudent – que chacune a des avantages et des inconvénients. L’archive de la NASA présente l’avantage de remonter à 1880 et de proposer une moyenne basée sur les thermomètres, donc sur ce que l’on peut mesurer à hauteur d’homme.

ERA5 est une réanalyse de dernière génération censée être plus performante que NCEP-NCAR. Ces dernières données sont publiées quotidiennement dans la page « Température mondiale actuelle » du site global-climat car elles sont disponibles à J+2, ce qui  n’est pas le cas pour ERA5 d’ECMWF.

Il faut préciser que les données satellitaires surestiment les phénomènes El Niño par rapport aux relevés au sol de la NASA, de la NOAA ou du Met Office. D’après Kevin Trenberth (chercheur au NCAR),  El Niño répand la chaleur dans la troposphère alors que des poches froides affectent les températures de surface de la mer utilisées par la NASA ou la NOAA. Autre différence, selon Carl Mears, le directeur de RSS : El Niño amplifie le réchauffement de surface en raison du gradient vertical adiabatique humide.

L’impact d’El Niño est visible sur le graphique ci-dessous qui compare les données pour le mois de juin. RSS et UAH connaissent des pics prononcés lors des événements majeurs comme 1998 et 2016. La tendance globale de toutes les archives, avec un bémol pour UAH, est à un net réchauffement depuis 1979. On peut apprécier également l’homogénéité des variations malgré les différences fondamentales dans les instruments utilisés :

Comparaison données juin 2019

Comme on l’a dit, les satellites ne sont pas des thermomètres. Les données doivent être converties en estimations des tendances de la température et présentent des incertitudes importantes. Un autre organisme, l’Université de l’Alabama à Huntsville (UAH), utilise les mêmes instruments  mais un traitement différent conduit à des différences notables dans l’estimation de la température globale.

Roy Spencer et John Christy, responsables d’UAH, sont des climato-sceptiques bien connus dont les données affichent des anomalies nettement moins positives que celles des autres agences, comme on peut le voir sur les données comparées ci-dessus.

Pour le mois de juin, la tendance décennale la plus basse depuis 1979 est celle d’UAH avec +0,11°C/décennie, tandis que RSS, qui utilise pourtant des données satellites également, affiche +0,201°C.

Depuis 2000, la tendance est à l’accélération pour tous les jeux de données, RSS étant à nouveau en tête avec +0,253°C, devant ERA5 avec +0,225°C. Voici un comparatif des tendances pour le mois de juin :

RSS UAH NCEP   ERA5 NASA
Tendance depuis 1979 +0,201 +0,11 +0,176 +0,159 +0,169
Tendance depuis 2000 +0,253 +0,155 +0,201 +0,225 +0,188

Un problème majeur auquel sont confrontés les satellites est lié aux modifications de l’orbite, ce que l’on appelle la «dérive diurne». Le temps d’observation local pour la plupart des satellites dérive dans le temps, ce qui affecte l’historique à long terme. Sans correction, les cycles de température quotidiens commenceront à ajouter un faux biais aux données. Une correction de dérive diurne est donc nécessaire pour chaque satellite. Les deux groupes – UAH et RSS – utilisent différentes méthodes pour y parvenir.

RSS adopte l’approche consistant à utiliser un modèle climatique haute résolution pour éliminer la dérive diurne. L’ajustement diurne dans la dernière version V6 d’UAH est empirique, selon Christy et Spencer, et calculée en comparant un engin spatial à dérive diurne à un autre qui ne dérive pas pendant la période de comparaison.

Publicités

Catégories :Climat

5 réponses »

  1. Le décrochage des séries UAH au début des années 2000 est-il dû à la correction de la dérive diurne seule ?

    Était-elle différente (ou inexistante) avant cela, ce qui pourrait expliquer la grande synchronisation des courbes avant la période récente, ou bien y a t-il d’autres facteurs de divergence ?

    J'aime

    • Effectivement, les divergences se sont agravées. Le problème de dérive diurne a toujours existé. Il faut dire que 15 satellites ont été lancés depuis 1979 et que les instruments ont évolué. La dérive diurne est une source importante de corrections. UAH et RSS divergent encore plus depuis la dernière version de RSS, v4 avec le retrait des satellites NOAA-15 et AQUA, combinés aux nouvelles données de NOAA-19 et METOP-B. Comme précisé dans l’article, RSS utilise un modèle de correction, UAH une méthode empirique.

      J'aime

      • Modèle de correction ou méthode empirique est-ce qu’il n’y a pas moyen d’étalonner en regardant la corrélation avec les enregistrements au sol ?
        Science mise à part, le fait qu’UAH soit entre les mains de Spencer/Christy explique peut-être à lui seul la divergence.
        Pour info, Kauppinen essaye de refaire parler de lui avec sa théorie de l’influence des nuages trop sous-estimés. Le gars ne fait que s’auto-citer tous les 3-4 ans.
        https://www.zerohedge.com/news/2019-07-11/scientists-finland-japan-man-made-climate-change-doesnt-exist-practice

        J'aime

        • De toute façon, même UAH donne une tendance au réchauffement plus marquée sur les 20 dernières années que sur les décennies précédentes. Il y aura toujours des complotistes pour dire que le réchauffement anthropique n’est qu’une invention des extrémistes fascistes khmers verts ou je ne sais quelle autre idiotie, mais ceux qui doutaient sincèrement ne vont plus tarder à ouvrir les yeux. Hélas! Il sera trop tard.

          J'aime

  2. À noter que la banquise arctique est très malmenée en ce début d’été. Le passage du nord-est est déjà ouvert, celui du nord-ouest pourrait s’ouvrir dans les semaines à venir vu que la température est largement positive sur les îles nord-canadiennes actuellement. Et d’après PIOMAS, le volume est à une anomalie basse record. Ce qui est frappant, c’est que l’évolution a été particulièrement brutale ces dernières semaines. La dernière fois qu’autant de glace a disparu d’un coup, c’était en 2012, et on est à peu près au même niveau d’extension et de volume à ce moment de la saison d’ailleurs. La glace est fragile. À voir si les conditions météo actuelles se maintiendront en juillet-août…

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s