Climat

La vague de chaleur atteint le Groenland

La vague de chaleur qui a balayé l’Europe, puis la Scandinavie et l’Islande atteint désormais le Groenland, avec une intensité maximale prévue les 30 et 31 juillet 2019. Les températures dépasseront localement les 20°C dans la toundra (sur les côtes), avec une température moyenne proche des niveaux record de 2012. Ce coup de chaud devrait conduire à une fonte exceptionnelle à la surface de l’inlandsis, à un niveau proche également de 2012.

Le Groenland est donc concerné par cette même masse d’air qui a défrayé la chronique mercredi et jeudi derniers, avec de nouveaux records de chaleur enregistrés en France, en Belgique, aux Pays-Bas et en Allemagne notamment. Conformément aux prévisions initialisées le 25 juillet par le modèle GFS, la vague de chaleur va toucher le Groenland à la fin du mois.

gfs_T850a_nhem_fh-54-234

La vaste zone de haute pression aura donc sévi de l’Europe à l’Arctique, en passant par la Scandinavie.

Paris a battu son record de chaleur jeudi avec 42,6°C, devançant nettement le record précédent (40,4 degrés Celsius) établi en 1947. Des records absolus de chaleur ont été relevés dans de nombreux pays : Allemagne (42,6°C à Lingen), Pays-Bas (40,7°C à Glize-Rijen), Belgique (40,7°C à Beitem… Mais après analyse, l’ancien record national a été battu de 3 degrés avec 41,8 °C a Begijnendijk), (39,4°C), Luxembourg (39°C), Royaume-Uni (38,7°C au Cambridge Botanic Garden)

En Ecosse, Edimbourg a enregistré sa température la plus élevée de l’histoire de la station, atteignant 31,2°C.

La zone de haute pression a ensuite migré vers le nord en fin de semaine dernière, touchant la Scandinavie. La Suède, la Norvège et la Finlande ont enregistré à leur tour des records de chaleur durant le week-end.

Un record absolu de chaleur a été annoncé pour la Norvège avec 35,6°C dans la ville de Laksfors. Le record a été remis en question depuis mais d’autres relevés sont à signaler comme les 34,6°C de Saltdal, record norvégien au nord du cercle polaire.

La Suède n’a pas battu son record absolu de chaleur mais à Markusvinsa, les 34,8°C représentent le niveau le plus élevé atteint dans le pays au nord du cercle polaire.

En Finlande, Helsinki, la plus vieille station du pays (début des mesures en 1844),  a battu son record de chaleur 31,8°C.

L’arrivée de la chaleur au Groenland pourrait maintenant entraîner une importante fonte à la surface de la calotte de glace, d’après les prévisions. La fonte en surface a été anormalement précoce cette année, avec une première poussée en mai, puis une seconde en juin. Depuis, les choses se sont calmées mais la masse d’air extraordinairement chaude risque également de déclencher une fonte généralisée à la surface de la calotte glaciaire du Groenland.  On peut voir ci-dessous l’évolution avec prévisions pour les 7 prochains jours et la comparaison avec les pertes record de 2012 en vert.

EAl_moWXUAApxUH

Prévisions du pourcentage de fonte à la surface du Groeland. Source : climato.be/melt.

Alors que la masse d’air chaud arrive sur le Groenland, il faut signaler que la glace de mer de l’Arctique est à son niveau le plus bas pour la saison. Ci-dessous, 2019 (courbe bleue) se situe encore plus bas que le niveau record de 2012. La perte de glace de mer en juillet 2019 correspond aux taux de perte observés en 2012, année où l’étendue en septembre a atteint le niveau le plus bas de l’ère des satellites.

Actuellement, c’est surtout la glace de mer autour de l’Alaska qui est anormalement réduite. L’étendue de la glace de mer des Tchouktches est maintenant 41% plus basse que celle précédemment atteinte (2017) pour le 27 juillet avec des eaux libres à 76N.

N_daily_extent_hires

Etendue de la glace de mer arctique. Source : NSIDC.

Il faudra quand même surveiller au cours des prochains jours la zone située au nord du Groenland, d’après Weather Underground. Juste à l’est de l’endroit où les dernières étendues de glace de mer épaisse et pluriannuelle subsistent, accrochées aux îles regroupées à l’extrémité nord de l’Arctique canadien. Cette glace de mer ancienne et épaisse de l’Arctique montre des signes de fragilisation. Un air très doux, se réchauffant encore plus au fur et à mesure qu’il descendra, coulera au large de la côte nord du Groenland au cours des prochains jours, là où une large zone de banquise est fixée à l’inlandsis.

En 2012, une tempête avait contribué à une réduction importante de l’étendue de la glace de mer en août. D’après le NSIDC, les projections suggèrent cependant qu’une nouvelle étendue record est peu probable cette année. Sans doute faudrait-il un événement similaire pour qu’une débâcle se produise à nouveau en 2019.

N_iqr_timeseries

Extension de la glace de mer arctique. Source : NSIDC.

 

Catégories :Climat, Pôles

Tagué:, ,

2 réponses »

  1. D’après météo France, le record national de chaleur en Belgique s’établirait même à 41,8°C à Begijnendijk, dans le nord du pays. C’est presque autant que le record de Madrid (42,2°C en 1995). Cela donne une idée de ce qui attend les régions du nord de l’Espagne et du sud-ouest de la France quand des conditions météo similaires s’y établiront. En attendant, on attend jusqu’à 25°C sur le sud du Groenland. Ce ne serait pas une première, mais on comprend que les glaciers risquent de souffrir même en altitude…

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s