Climat

Un des étés les plus chauds à la surface du globe

L’été 2022 a été l’un des plus chauds jamais observés. D’après la NASA, l’anomalie pour la période de juin à août 2022 a atteint un niveau record depuis le début des relevés en 1880. Pour la réanalyse ERA5, la moyenne sur juin-juillet-août 2022 se classe au troisième rang, derrière 2019 et 2016.

Le comparateur ci-dessous permet de voir les cartes d’anomalies de la NASA et d’ERA5 pour juin-juillet-août en déplaçant le curseur vers la droite ou vers la gauche.

Cartes d’anomalies de la NASA et d’ERA5 pour juin-juillet-août 2022. Anomalies par rapport à 1981-2010

Le graphique suivant montre les anomalies sur juin-juillet-août calculées par la NASA et un lissage sur 30 ans en rouge. Pour l’été 2022, l’anomalie de +0.93°C au-dessus de la période 1951-1980 est la plus élevée depuis 1880, à égalité avec 2019.

Anomalies de température pour juin-juillet-août (courbe noire) par rapport à 1951-1980 et lissage sur 30 ans (courbe rouge). Source : NASA

Si la NASA annonce un été 2022 record, la réanalyse ERA5 classe la moyenne globale juin-juillet-août 2022 au 3e rang depuis le début des relevés en 1979.

Les réanalyses comme ERA5 (ECMWF) reposent à la fois sur des observations et des modèles utilisant les lois de la physique et les observations passées. La NASA utilise des stations au sol disséminées à la surface du globe et les températures de surface de la mer pour établir sa moyenne globale.

Malgré des méthodes différentes, les données saisonnières de la NASA et d’ERA5 pour juin-juillet-août sont cohérentes et la tendance de long terme similaire, comme le montrent le nuancier et le graphique ci-dessous. Les anomalies sont rapportées cette fois par rapport à la même période de référence 1981-2010 pour faciliter la comparaison ( les archives d’ERA5 débutent en 1979 contre 1880 pour la NASA).

Anomalies de température globale pour juin-juillet-août par rapport à 1981-2010. Sources : NASA, ERA5

L’été 2022 a été marqué par de nombreuses vagues de chaleur, notamment en Amérique du Nord, en Europe et en Asie. L’Europe a connu des anomalies exceptionnelles de juin à août : d’après ERA5, le record a été largement battu avec une anomalie de +1,8°C au-dessus de la période 1981-2010. C’est 0.4°C de plus que le précédent record européen établi en 2021.

La France a connu sa deuxième période juin-août la plus chaude depuis le début des relevés, d’après l’indicateur thermique national de Météo France. Seul l’été 2003 a été plus chaud. Si on considère la moyenne mai-août dans l’Hexagone, 2022 passe cependant devant 2003.

On relèvera également que la Chine vient d’enregistrer son été le plus chaud, d’après l’organisme météorologique national. Une vague de chaleur exceptionnellement longue a atteint son intensité maximale au mois d’août. L’épisode a duré plus de 70 jours sur une large portion du territoire, du jamais vu en Chine.

Catégories :Climat

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s