Climat

Les activités humaines affectent la structure verticale des températures de l’athmosphère

Une étude démontre que les activités humaines ont une empreinte spécifique sur la température de l’atmosphère. La répartition des températures, aussi bien verticalement qu’en fonction des latitudes permet d’identifier les facteurs qui en sont a l’origine. C’est ce que montre l’étude du Lawrence Livermore National Laboratory et de dix autres institutions scientifiques.
Comment savoir, en effet, si un changement des températures est dû a l’activité solaire, a un phénomène comme El Nino, a une éruption volcanique ou aux aérosols ?
Il s’avère que les données satellitaires récoltées depuis 34 ans  ont enregistré un réchauffement de la troposphère (partie basse de l’atmosphère) et un refroidissement de la stratosphère. C’est ce a quoi on pourrait s’attendre dans le cadre d’un réchauffement dû a des gaz a effet de serre. Une partie des rayons qui devraient être renvoyés vers la stratosphère est en effet piégée. Un renforcement de l’activité solaire n’aurait pas cet effet. Les volcans ont quand a eux une action plus localisée. La modification de la structure verticale des températures relevée par les satellites porte bien la marque de l’effet de serre, conclut l’étude.

Publicités

Catégories :Climat

Tagué:,