Climat

Un trou au-dessus du Pacifique perturbe la stratosphère et le climat mondial

Une équipe internationale de chercheurs dirigée par Markus Rex, de l’institut Alfred Wegener de Potsdam, a récemment découvert l’existence d’un trou atmosphérique au dessus de l’ouest du Pacifique tropical. Il pourrait contribuer à la destruction de la couche d’ozone et influencer le climat au niveau global.

L’hydroxyle est une molécule particulièrement importante puisqu’elle assure l’élimination de la pollution atmosphérique.  Composée d’un atome d’oxygène et d’un atome d’hydrogène, cette molécule se forme quand les rayons ultraviolets entrent en contact avec l’ozone et la vapeur d’eau. L’hydroxyle est qualifié de détergent de l’atmosphère car il transforme les gaz polluants par oxydation. Sans ce système de nettoyage, l’air serait surchargé de pollution.

Grâce à L’hydroxyle,  de nombreux gaz sont éliminés avant de pouvoir atteindre la stratosphère, qui se situe entre 12 et 50 kilomètres d’altitude et qui abrite la couche d’ozone.  Le service d’auto-nettoyage de l’air est une aubaine et on comprend bien que s’il venait à disparaître,  de fâcheuses conséquences pourraient s’ensuivre au niveau de la stratosphère. Les substances qui atteignent cette altitude peuvent en effet y rester pendant des années et faire le tour du globe.

Markus Rex et ses collègues ont détecté l’existence d’un trou au-dessus de l’ouest du Pacifique tropical à un niveau de la troposphère (sous la stratosphère) où est censé se situer le bouclier hydroxyle. Normalement, seuls quelques agents chimiques parviennent à franchir ce bouclier. Le méthane, le protoxyde d’azote, les hydrocarbures halogénés et les chlorofluorocabures (CFC) peuvent se frayer un chemin vers la stratosphère où ils peuvent détruire une partie de la couche d’ozone jusque dans les régions polaires. Le trou découvert dans le Pacifique amplifie le phénomène et permet également à d’autres polluants comme le dioxyde de souffre de prendre de l’altitude, où il a un impact sur le climat.

Les particules de souffre présentes dans la stratosphère réfléchissent le soleil et peuvent partiellement contrer l’effet réchauffant des gaz à effet de serre. La combustion du charbon est la source non naturelle la plus importante et représente environ 50 % des émissions. Le pétrole représente de 25 à 30 % des émissions globales annuelles. Le développement économique rapide de l’Asie du sud-est s’est accompagné d’une émission massive de dioxyde de souffre. Outre ses effets désastreux sur la santé humaine, le dioxyde de souffre  a eu un effet refroidissant sur le climat. Selon l’étude de Markus Rex, le trou dans le bouclier hydroxyle ne fait donc pas qu’amplifier la destruction de la couche d’ozone, il impacte également le climat de la terre entière. La couche d’aérosols située au niveau de l’atmosphère s’est épaissie ces dernières années mais les chercheurs ne savent pas encore si le trou en est la cause.

Publicités

Catégories :Climat, Océans

Tagué:, ,