Climat

Le réchauffement de l’Atlantique renforcerait les alizés du Pacifique

Le Pacifique connait depuis une vingtaine d’années un renforcement des vents d’est. Ces alizés plus puissants ont permis de contenir l’élévation de la température globale. Des chercheurs ont découvert que le réchauffement de l’Océan Atlantique en était la cause.

Une étude de l’université australienne New South Wales, publiée dans la revue Nature Climate Change, avait en début d’année apporté une explication au ralentissement du réchauffement climatique constaté depuis une dizaine d’années.  Matthew England, directeur de l’étude, estimait qu’un renforcement important des vents qui soufflent entre l’Amérique du Sud et l’ouest du Pacifique était probablement à l’origine de cette pause.

La force de ces vents d’est, les alizés, est en effet deux fois supérieure à la normale depuis les années 1990. L’étude australienne montrait que l’accélération des vents avait permis d’enfouir davantage de chaleur dans l’ouest de l’océan Pacifique, faisant remonter des eaux plus froides à la surface de l’autre côté, à l’est.  Ce renforcement des alizés aurait ainsi refroidi l’atmosphère de 0,1 à 0,2 degrés.

Source : NASA

Source : NASA

Des chercheurs américains et australiens (de la même université, New South Wales) pensent avoir découvert la cause de l’intensification des alizés dans le Pacifique. L’origine du phénomène serait due au réchauffement rapide l’Océan Atlantique qui a provoqué une importante différence de pression entre les deux océans.

Le réchauffement de l’Océan Atlantique a créé des zones de haute pression dans la haute atmosphère et des zones de basse pression à la surface de l’océan. L’air ascendant de l’Atlantique tend ensuite à plonger au-dessus de l’est du Pacifique, renforçant la pression atmosphérique dans cette région. L’énorme différence de pression entre l’Atlantique et le Pacifique a entraîné une intensification sans précédent des alizés.

Selon les auteurs de l’étude, le renforcement des vents d’est a contribué à un refroidissement de l’est du Pacifique tropical, amplifié la sécheresse californienne, accéléré l’élévation de niveau de la mer dans l’ouest du Pacifique et surtout ralenti le réchauffement climatique globale depuis 2001.

Les alizés pourraient aussi expliquer pourquoi les événements El Nino ont été moins fréquents ces dix dernières années. Pour qu’un phénomène El Nino se développe, il faut que les alizés faiblissent, permettant le basculement des eaux chaudes de l’ouest du Pacifique vers l’est du bassin. Après un phénomène El Nino majeur en 1998, les épisodes de type La Nina ont pris le dessus et on sait qu’ils ont tendance à refroidir les températures globales. Malgré cela, les deux années les plus chaudes jamais enregistrées furent 2010 et 2005. Et 13 des 14 années les plus chaudes relevées l’ont été au 21è siècle.

Les auteurs de l’étude ont été surpris de découvrir que la tendance au renforcement des alizés dans le Pacifique pouvait avoir son origine dans l’Océan Atlantique. Il se pourrait ainsi que la méconnaissance de la relation intime entre les deux océans explique les difficultés des modèles climatiques à expliquer l’accroissement de la force des vents dans le Pacifique équatorial.

Les scénarios retenus jusqu’à présent prévoyaient plutôt une atténuation des vents d’est en réponse au réchauffement climatique dû aux gaz à effet de serre. Matthew England estime que le renforcement des alizés ne devrait pas durer. Même s’il est difficile de prévoir quand le phénomène s’atténuera, il se pourrait qu’un fort événement El Nino puisse renverser la situation en réchauffant le Pacifique, ce qui aurait pour effet de synchroniser davantage les deux océans.

Le Centre de Prédiction du Climat américain estime qu’il y a de grandes chances pour qu’un phénomène El Nino se produise d’ici l’hiver mais il pourrait être d’intensité modérée.

Selon Matthew England, les eaux du Pacifique se sont considérablement réchauffées ces 20 dernières années, jusqu’à 3°C à des profondeurs de 100 à 300 mètres.  Cette chaleur pourrait resurgir d’ici 5 à 6 ans, à la faveur d’un affaiblissement des alizés.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s