Climat

Un réchauffement plus rapide au 21è siècle que lors des 1000 dernières années

Une étude portant sur le climat mondial des 1000 dernières années montre que l’élévation des températures se fait actuellement à un rythme sans précédent.  La hausse devrait encore s’amplifier dans les prochaines décennies.

Dans un article paru dans Nature Climate Change, une équipe de chercheurs dirigée par Steve Smith, du Pacific Northwest National Laboratory, a comparé le rythme du changement climatique sur des périodes de 40 ans. A la faveur des progrès réalisés dans les reconstructions paléoclimatiques, il est aujourd’hui possible de reconstituer de manière fine les variations de températures sur les 2000 dernières années. Des études récentes ont cherché à expliquer pourquoi le réchauffement avait ralenti sur les 15 dernières années. La nouvelle étude porte sur une échelle de temps plus longue qui rend mieux compte de l’impact des émissions de gaz à effet de serre sur le climat de la planète.

Avant le 20è siècle, les périodes de 40 ans marquées par le réchauffement le plus intense n’ont guère dépassé un rythme de +0,1°C par décennie dans l’hémisphère nord, constatent les auteurs de l’étude. Dans la deuxième moitié du 20è siècle, les variations se sont amplifiées en raison des émissions de gaz à effet de serre : l’hémisphère nord s’est réchauffé de plus de 0,2°C par décade, un rythme deux fois plus rapide que lors des périodes les plus chaudes reconstruites sur les 900 années précédentes.

Mais d’après les projections des modèles climatiques, c’est à partir de 2020 que les taux de réchauffement devraient véritablement surclasser les variations passées avec un rythme de +0,25°C. Vers 2030-2040, le rythme pourrait passer à 0,40°C/décennie, selon le modèle climatique CMIP5 basé sur une sensibilité climatique de 4,5 °C pour un doublement du niveau de CO2.

Rythme du changement climatique en °C par décennie (Source : PNNL)

Rythme du changement climatique en °C par décennie (Source : PNNL)

D’après les modèles climatiques, le rythme climatique ne sera pas uniforme sur toute la planète. Il serait plus prononcé dans l’hémisphère nord que dans l’hémisphère sud. L’Arctique connaîtrait même un réchauffement deux fois plus important que le reste de la planète en raison de l’effet de rétroaction lié à la fonte de la glace de mer.

Publicités

Catégories :Climat

Tagué:

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s