Climat

Met Office : déjà +1°C par rapport à l’ère préindustrielle

La température mondiale en 2015 est à mi-chemin des +2°C considérés comme le seuil à ne pas dépasser, selon les données du Met Office. Le réchauffement favorisé par le phénomène El Niño a tiré la moyenne au-dessus de +1°C par rapport à l’ère préindustrielle.

La température est à un niveau record en 2015 (sur janvier-octobre), d’après les archives de l’agence britannique qui remontent à 1850. Depuis la  période 1850-1900, que l’on peut considérer comme étant l’ère préindustrielle, la planète a déjà connu un réchauffement de 1°C, soit la moitié du seuil considéré comme dangereux. Le Met Office publie normalement ses chiffres par rapport à la période 1961-1990 mais a voulu cette fois insister sur le caractère symbolique du réchauffement de 1°C par rapport au début des émissions massives de gaz à effet de serre.

Anomalies de température mondiale (écart à la moyenne 1850-1900). Source : Met Office.

Anomalies de température mondiale (écart à la moyenne 1850-1900). Source : Met Office.

 

Le réchauffement observé cette année 2015 est dû au couplage des gaz à effet de serre et d’un phénomène El Niño exceptionnel, que l’on peut d’ores et déjà considérer comme étant l’un des trois plus importants depuis au moins 50 ans. El Niño a la capacité de booster la température mondiale de 0,2°C sur une année. Mais cela ne suffit pas à expliquer le niveau record de 2015. Comme on le voit ci-dessus, l’année 1998, marquée par l’épisode El Niño le plus important jamais observé, est quand même nettement au-dessous de 2015.

Neuf des dix années les plus chaudes depuis 1850 ont été enregistrées après 2000, une série qui ne peut s’expliquer par la seule variabilité naturelle. Dans le top 5, on trouve 2015, 2014 et 2010. Et le réchauffement n’a peut-être pas encore atteint son maximum cette année. En outre, d’après le Met Office, les premiers mois de 2016 devraient être aussi chauds que ceux de fin 2015 : l’année prochaine devrait donc être aussi une année flirtant avec le record absolu.

L’agence britannique rappelle qu’à plus long terme, le réchauffement sera fortement conditionné par les émissions de gaz à effet de serre. Les engagements des Etats faits dans le cadre de la COP21 – qui se tiendra dans trois semaines à Paris – ne permettraient pas de contenir le réchauffement sous les 3°C à l’horizon 2100. Et si ces promesses ne sont pas tenues, les températures pourraient s’élever de 4°C, voire plus.

2900 milliards de tonnes : c’est la quantité de CO2 conduisant à un réchauffement de 2°C par rapport à l’ère préindustrielle. 2000 milliards ont déjà été émis et il ne reste donc plus que 900 milliards, ce qui signifie que les 2/3 du budget ont déjà été brûlés, souligne le Met Office. Ce budget pourrait être dépensé dans les 30 prochaines années si les émissions se poursuivent au rythme actuel (environ 30 milliards de tonnes par an).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s