Climat

NASA : nouveau record de chaleur en juillet, le 10è d’affilée

Le mois de juillet 2016 a été le plus chaud depuis le début des relevés en 1880, selon la NASA. L’anomalie de température à la surface du globe remonte légèrement après la phase de refroidissement qui a débuté à la fin du 1er trimestre 2016.

C’est un record pour un mois de juillet avec une anomalie en petite hausse par rapport au mois de juin. Avec +0,84°C au-dessus de la moyenne 1951-1980, juillet 2016 dépasse le précédent record établi en 2011 (+0,74°C) de 0,1°C. C’est quand même le 10è mois d’affilée à battre un record mensuel de chaleur. La série avait débuté en octobre 2015 et culminé en février 2016 avec un niveau exceptionnel de +1,32°C.

Les 10 mois de juillet les plus chauds depuis 1880 (écart à la moyenne 1951-1980). Source : NASA GISS.

Les 10 mois de juillet les plus chauds depuis 1880 (écart à la moyenne 1951-1980). Source : NASA GISS.

Actuellement, les conditions ENSO sont neutres dans le Pacifique, d’après le dernier bulletin de la NOAA publié le 15 août. Les effets d’El Niño se sont nettement estompés. Les températures à la surface de la mer sont en recul dans l’est du Pacifique depuis le mois de janvier 2016. La Niña devrait se développer avec 55-60% de chances pour que l’événement se manifeste d’ici l’hiver 2016-17, d’après la NOAA. La tendance pour un épisode La Niña de forte intensité a été revue à la baisse.

L’anomalie est une nouvelle fois à un niveau record dans l’hémisphère nord avec +1,03°C, nettement devant le précédent record de 2015 (+0,89°C). L’hémisphère sud affiche « seulement » sa troisième plus forte anomalie depuis 1880, avec +0,67°C, derrière les mois de juillet 2009 (+0,80°C) et 2011 (+0,77°C).

Anomalies de températures au mois de juillet 2016. Source : NASA.

Anomalies de températures au mois de juillet 2016. Source : NASA.

Depuis le début de l’année (janvier-juillet), l’anomalie est de +1,06°C au-dessus de la moyenne 1951-1980, ce qui est encore 0,25°C au-dessus du précédent record établi en 2015 (+0,81°C). L’année 2016 a toujours de grandes chances d’établir un nouveau record après celui de 2015, année qui s’était soldée au final par une anomalie moyenne de +0,87°C. On peut relever que 1998 est la seule année pré-2000 à intégrer ce top 10 en raison du phénomène El Nino exceptionnel qui avait élevé la moyenne globale.

Température moyenne en janvier-juillet par rapport à la période 1951-1980 (d’après les chiffres de la NASA).

Température moyenne en janvier-juillet par rapport à la période 1951-1980 (d’après les chiffres de la NASA).

Les chiffres publiés par la NASA sont relatifs à la période 1951-1980 mais on peut aussi calculer les anomalies par rapport à la période préindustrielle. Cela permet de comparer la situation actuelle aux objectifs que sont fixés les Etats pour contenir le réchauffement climatique en-dessous du niveau considéré comme dangereux. Par rapport à la période 1880-1899, l’anomalie a été de 1,014°C en juillet 2016. Cela porte la moyenne de janvier-juillet 2016 à +1,32°C au-dessus du climat préindustriel. Lors de la COP21 de Paris, un accord a été obtenu pour contenir le réchauffement sous les 2°C, voire 1,5°C si possible.

Temp pre 2015-16
Publicités

10 réponses »

  1. Bonsoir Johan,

    La moyenne de janvier-juillet 2016 est de +1,32°C au-dessus du climat préindustriel. Si je vous comprend bien, vous avez additionné l’anomalie de température de chacun des 7 mois de 2016, puis divisé par 7 pour obtenir cette moyenne de +1.32°C ?? Est-ce que c’est cela ??

      • Merci Johan
        C’est justement le genre d’info que je cherchais avant hier.
        Heureusement qu’El Nino soit terminé, ce rythme accéléré de réchauffement était très inquiétant, il n’est que passablement inquiétant maintenant…
        As-tu vu les 2 récentes vidéos de Paul Beckwith?

        Merci pour ton article que je partage comme tous les autres.

        Bonne journée

        Jack

        • J’ajouterais que si on veut faire une courbe d’anomalie de température annuelle globale composée de points représentant la tendance en cours, il faut à chaque point recalculer la moyenne globale. Par exemple, le point mars prendra en compte les trois premiers mois divisés par trois. Ce que j’ai fait sur le graphique de cet article, ce n’est pas cela mais une courbe des anomalies mensuelles seulement. Chaque mois est pris individuellement. Je n’ai pas publié de courbe de moyenne annuelle, le chiffre janvier-juillet, qui relèverait d’une telle courbe, n’est pas inclus dans la courbe de ce graphique.
          Par ailleurs, j’ai vu rapidement la vidéo de Paul Beckwith, qui recense certains risques imminents liés au réchauffement climatique. J’ai noté qu’il avait fait référence à l’objectif difficilement atteignable des 1,5°C, fréquemment évoqué sur mon site. Une étude a d’ailleurs montré que cet objectif, s’il existe vraiment, serait dépendant de nouvelles techniques, notamment la géo-ingénierie. 1,5°C, cela pourrait être après une période éventuellement un peu plus chaude.

  2. J’ai l’impression que le mois d’août est parti pour établir un record, lui aussi. Ce qui frappe depuis quelques jours, c’est l’anomalie intense qui s’est développée sur la majeure partie du continent antarctique. On dirait que cette anomalie tire la moyenne mondiale vers le haut.

    • Oui, pour le moment, août est en légère hausse par rapport à juillet, selon la réanalyse NCEP NCAR, avec environ +0,02°C. Maintenant, le record de la NASA pour août est bien plus élevé qu’en juillet (avant 2016) avec une anomalie de +0,82°C en août 2014. On pourrait finir dans ces eaux là mais on est encore à la moitié du mois, donc c’est encore incertain.
      Et j’ai noté aussi que l’Antarctique était la région du globe avec les anomalies les plus importantes récemment. Voir la carte : https://global-climat.com/temperature-mondiale-actuelle/.
      Les prévisions de NCEP CFS V2 annoncent un Antarctique extrêment chaud cet hiver. Voir :

  3. J’ai l’impression que le mois d’août est bien parti pour établir un nouveau record de chaleur, à son tour. Ce qui frappe depuis quelques jours, c’est l’anomalie positive intense qui s’est développée sur la majeure partie du continent antarctique. C’est sans doute cela qui tire la moyenne mondiale vers le haut.

  4. La.geo ingenierie est la.pire chose pour la.planete. 5 ans qu on mange du chemtrails ici dans le sud de la france ainsi que partout en europe et usa. A chaque epandage presque quotidien maintenant la temperature au sol grimpe. Les avions voilent le.ciel tot le matin puis debut aprem et soir. Ca fait un effet de serre important on suffoque et le ciel est pourri de metaux lourd et tout blanc. Des milliers de gens postent des foto et video tous les.jours de le.france entiere. Meme europe. Et tout le monde s en fou apparement. Que pensez vous de la geo ingenierie et des chemtrails suite aux epandages massives et reguliers. Merci

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s