Climat

Prévision de température globale pour octobre-novembre 2017

Cette page fournit des anomalies climatiques mensuelles du modèle NCEP CFSv2 pour les mois d’octobre et novembre. Les anomalies mensuelles sont basées sur la période de 1982-2010 (proche de la période de référence habituelle, 1981-2010) sans aucun ajustement. Les chiffres sont mis à jour quotidiennement par la NOAA et font donc l’objet de révisions très régulières.

Le modèle table sur +0,51 en octobre et +0,52°C en novembre. Dans l’article bilan de la réanalyse NCEP-NCAR, j’avais écrit :« il faudrait une moyenne de 0,28°C sur octobre-décembre pour que 2015 passe devant 2017 : très peu probable également. 2017 sera donc bien la deuxième année la plus chaude des relevés NCEP-NCAR. »

Au regard des températures relevées sur l’année en cours et en prenant en compte ces prévisions du modèle NCEP CFSv2, il m’avait semblé peu probable de voir des températures inférieures à 0,28°C.

Mais comme le signale le lecteur Ghtuz dans un commentaire, l’éruption du Mt. Agung, un volcan de Bali, pourrait tirer les températures vers le bas. Reste à voir quand l’impact se fera sentir sur le climat. Le lien très intéressant de Ghtuz permet de se faire une idée du timing. Le pic du refroidissement pourrait n’avoir lieu que dans quelques mois. En tous cas, l’éruption serait imminente.

Octobre : +0,511°C au-dessus de 1982-2010

Anomalies de température prévues pour le mois d’octobre 2017 (NCEP CFSv2)

Novembre : +0,523°C au-dessus de 1982-2010

Anomalies de température prévues pour le mois de novembre 2017 (NCEP CFSv2)

Rappel de la prévision du mois de septembre :

Anomalies de température prévues pour le mois de septembre 2017 (NCEP CFSv2)

 

Publicités

Catégories :Climat

Tagué:,

7 réponses »

  1. Bonour Johan,

    La zone en noir est probablement un dépassement de l’index des couleurs. Peut-on en déduire que les risques d’incendies de la forêt boréale ne sont pas écartés et que le pergélisol prendra encore plus de temps à se reformer voire l’apparition de nouveaux pingos ?
    Même la péninsule de Yamal ne connaîtrai pas de répis et continue d’être affectée par les anomalies.
    😦

  2. Depuis quelques jours, je suis avec intérêt et une certaine inquiétude l’évolution de la tempête Ophelia, devenue ouragan de catégorie 1. Les dernières projections indiquent qu’il pourrait frapper mardi prochain le sud de l’Irlande, en ayant conservé ses caractéristiques tropicales, toujours au stade de tempête ou d’ouragan de catégorie 1 ! Ce type d’évènement est exceptionnel en Europe. Depuis 15 ans, nous avons eu Vince (2005), 1er ouragan à toucher la péninsule ibérique (au stade de tempête) en ayant conservé ses caractéristiques tropicales; et Grace (2009), encore tempête tropicale au large de la Galice, ayant touché l’Irlande en ayant grandement perdu de sa puissance (simple dépression) mais avec des pluies de 50 à 100 mm.

    Là, le phénomène semble un cran au-dessus de Grace. La houle cyclonique atteindrait 8 mètres dans tout le golfe de Gascogne, et nos amis irlandais risquent de subir de sévères intempéries si ces prévisions se confirment. En France, on s’attend plutôt à battre des records de chaleur, sous l’effet du flux de sud rapide qui va se mettre en place entre l’ouragan et l’anticyclone positionné sur l’Europe centrale. Je ne serais pas étonné que la température dépasse 30°C sur le sud-ouest, avec peut-être jusqu’à 34-35°C sur le Béarn.

  3. ça ne s’arrange pas… Ophelia est passé en catégorie 3! Il était initialement prévu qu’il reste en catégorie 1, et voilà que c’est le 6ème ouragan majeur de l’année 2017.

    Il va nécessairement s’affaiblir au contact des eaux plus froides des côtes européennes; mais vu son inertie et sa vitesse en hausse, il pourrait faire de gros dégâts s’il touche l’Irlande, à moins qu’il n’ait la bonne idée de passer plus à l’ouest. Par bonheur, il devrait en tout cas éviter la péninsule ibérique, car il y serait peut-être arrivé en catégorie 2…

    • Bonjour Maignal,

      Ce qui m’étonne, au contraire de Vince, c’est qu’il puisse se renforcer sur des eaux qui ne sont même pas à 24°C à cette latitude, même si près des Canaries les eaux étaient à 26°C (il est peut-être alimenté différemment et j’ignorerai totalement comment – air chaud ZIC puis sub-saharien ?) afin qu’il garde plus longtemps et plus loin sa puissance et son status « ouragan ».

      • Salut Ghutz 🙂
        Ophelia évoluait apparemment sur des eaux à 26°C (soit plus de 2°C au-dessus de la moyenne) et un très faible cisaillement des vents au moment de son renforcement en catégorie 3. Les conditions n’étaient donc pas si défavorables, même si un tel scénario a surpris les spécialistes. En tout cas, jamais, depuis au moins 1939 (suivi rationalisé et systématique de l’activité cyclonique), un ouragan majeur ne s’était formé dans cette portion de l’Atlantique (http://www.sudouest.fr/2017/10/15/ophelia-un-ouragan-majeur-si-pres-des-cotes-europeennes-du-jamais-vu-3863646-4971.php). Jamais un ouragan de catégorie 2 n’avait longé les côtes de la péninsule ibérique, comme c’est le cas actuellement! C’est fou!

        Maintenant, difficile de dire si le réchauffement climatique a un rôle là-dedans. Mais il est clair que ce genre de conditions propices est amené à se répéter si le réchauffement se poursuit.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s