Climat

Température mondiale : bilan d’ERA5 pour février 2021

Le réfroidissement lié à La Niña se confirme. Avec +0,256°C au-dessus de la moyenne 1981-2010, le mois de février 2021 est le 12e plus chaud des archives ERA5.

Les réanalyses comme ERA5 (ECMWF) intègrent de multiples observations dans un modèle permettant de suivre quasi quotidiennement l’évolution du climat. Elles sont produites par assimilation de données, un processus qui repose à la fois sur des observations et des modèles utilisant les lois de la physique et les observations passées. Les données sont actualisées de manière journalière, contrairement aux bilans mensuels des stations au sol. Les réanalyses permettent ainsi de se faire une idée des futures annonces des agences comme la NASA et la NOAA qui ne sont pas faites avant le milieu du mois.

Carte d’anomalies pour le mois de février 2021. Source : ERA5

Avec +0,256°C au-dessus de la moyenne 1981-2010, le mois de février 2021 est le 12e plus chaud des annales ERA5. Les conditions actuelles sont tirées vers le bas par l’épisode La Niña actuellement en vigueur dans le Pacifique. Les températures de surface de la mer équatoriales sont inférieures à la moyenne du centre à l’est de l’océan Pacifique. La circulation atmosphérique tropicale correspond également aux conditions La Niña. D’après la NOAA, il y a environ 60% de chances d’une transition de La Niña à ENSO-Neutre pendant le printemps de l’hémisphère nord 2021 (avril-juin).

Il faut remonter à la période 2011-2012 pour voir des conditions La Niña aussi marquées dans le Pacifique. Ce mois de février 2021 affiche une anomalie d’environ +0,23°C par rapport à 2011 et 2012, ce qui montre que le rythme du réchauffement climatique ne ralentit pas malgré l’influence visible de la variabilité naturelle.

L’anomalie dans les régions tropicales baisse encore par rapport au mois de janvier. L’hémisphère nord affiche des températures très contrastées selon les régions. L’hémisphère sud ne compense pas et l’Antarctique est plus froid que la moyenne 1981-2010.

Anomalies de température en février par rapport à la période 1981-2010. Source : ERA5.

La température climatologique moyenne mondiale pour la période préindustrielle est supposée inférieure de 0,63°C à la moyenne de 1981-2010. C’est ce qui est suggéré dans le rapport du GIEC « Réchauffement de la planète de 1,5 ° C », qui estime à 0,63°C ( ± 0,06 ° C) la différence de température moyenne annuelle entre les périodes 1981-2010 et 1850-1900. Le graphique ci-dessous présentent la température mensuelle par rapport à la période 1981-2010, la moyenne sur 12 mois par rapport à 1981-2010 et la moyenne sur 12 mois par rapport à la période préindustrielle (1850-1900). Sur les 12 derniers mois, la température globale atteint +1,18°C au-dessus de la période 1850-1900.

Catégories :Climat

Tagué:,

10 réponses »

  1. « Il faut remonter à la période 2011-2012 pour voir des conditions La Niña aussi marquées dans le Pacifique. Ce mois de février 2021 affiche une anomalie d’environ +0,23°C par rapport à 2011 et 2012, ce qui montre que le rythme du réchauffement climatique ne ralentit pas malgré l’influence visible de la variabilité naturelle. »

    En 2010 l’indice était à -2.4 et en 2020 à -1.2 . Il est donc normal qu’avec l’inertie du système il fasse plus froid en 2011 qu’en 2021 même avec un indice identique sur ces 2 années.

    Je vois le même indice que maintenant en 2007 et pourtant , il faisait plus chaud en 2007.
    Prudence dans les raccourcis.

    J'aime

    • L’indice Oceanic Niño (ONI) pour la région 3.4 est utilisé par la NOAA et les autres agences pour identifier les événements El Niño (chaud) et La Niña (froid) dans le Pacifique tropical. C’est un indicateur que l’on sait corrélé avec la température globale. Vous m’avez mis en graphique le multivariate Enso index (un mélange de plusieurs indicateurs), qui peut avoir un intérêt mais ne représente pas les températures de surface de la mer auxquelles je fais référence. Voici l’indice ONI :

      Pour voir les chiffres de plus près, le tableau correspondant :

      Pour DJF, on a -1.4 en 2011 et -0.9 en 2012. Pour 2021, l’ONI est à -1.1.
      Donc effectivement, il faut remonter à la période 2011-2012 pour voir de tels niveaux d’ONI dans le Pacifique. En février 2011 et 2012, la température fut respectivement de 0,238°C et 0,235°C en-dessous de 2021.

      J'aime

      • Par ailleurs, vous dîtes « je vois le même indice que maintenant en 2007 et pourtant , il faisait plus chaud en 2007.
        Prudence dans les raccourcis ».
        En fait, pour DJF, l’ONI était positif en 2007. La Niña concerne l’hiver 2007-2008. Vous faites donc référence à 2008. En février, la température globale fut de 0,38°C en-dessous de 2021.

        J'aime

  2. Ce mois de février s’établit en gros au niveau de la moyenne des années 2000, mais avec un « la niña » modéré. Les vagues de froid intenses et étendues en Amérique du nord et en Russie ont vraiment fait baisser la moyenne mondiale.

    J'aime

    • Je me permettrais de vous corriger car il me semble que vous confondez causes et conséquences (mais je peux me tromper)

      En fait la température globale a chuté probablement à cause d’une Niña assez prononcée, par contre les vagues de froid auxquelles vous faites allusion ne sont à mon avis (qui reste à valider par Johan s’il le veut bien) qu’un transfert de masses d’air polaire lié à un affaiblissement du jet-stream, ce qui a eu pour effet de réchauffer (ou plus exactement d’adoucir) d’autres régions du globe. Vous ne pouvez pas expliquer autrement que ces régions plus chaudes (ou moins froides) que la normale aient cohabité au même moment avec le Texas ou la Russie où il faisait extrêmement froid. L’atmosphère est un tout et les échanges avec les océans ou l’espace s’effectuent très graduellement, donc quand il fait plus froid que la normale quelque part il fait plus chaud que la normale ailleurs.

      J'aime

      • Géd, les températures de surface de la mer ont effectivement une importance déterminante sur la température globale à court terme. C’est notamment le cas dans le Pacifique avec Enso. C’est le paramètre de variabilité naturelle le plus important.
        Par ailleurs, comme vous le dites, les oscillations du jet stream font que certaines régions sont plus chaudes et d’autres plus froides que la moyenne. On pourrait donc penser que c’est un jeu à somme nulle
        Mais d’un autre côté, les continents se réchauffent et se refroidissent plus vite que la surface de la mer. Il y a en outre des grandes masses continentales dans l’hémisphère nord et les terres peuvent sérieusement se refroidir avec les longues nuit d’hiver. Au final, je pense que cela peut jouer à très court terme sur la température mondiale.

        J'aime

        • Merci pour ces explications, j’avais effectivement omis les échanges avec les continents, je comprends qu’ils sont plus importants que ceux avec les océans.

          J'aime

    • Ah! Ce sont peut-être les liens qui ne passe pas alors. Je réessaie:
      L’effet des vases communicants n’explique pas tout, l’hémisphère nord a été beaucoup plus froid ces dernières semaines qu’à l’automne dernier. Je pense que la niña, en entraînant une baisse de la température mondiale, a favorisé la survenue de vagues de froid hivernales au nord. Mais je pense aussi que ces vagues de froid se sont auto-entretenues sur des surfaces et des durées non négligeables, en modifiant l’albédo de la planète. Dans le sud des états-unis, notamment, de vastes zones, habituellement douces en hiver, se sont retrouvées enneigées et le gel s’est intensifié et maintenu pendant une semaine par rayonnement nocturne. Même chose en Espagne en janvier, et en Europe d’une façon plus générale en janvier et février. Même chose en Russie, mais là c’est plus habituel.
      https://www.meteociel.fr/observations-meteo/neige-glace.php?jour=15&mois=2&annee=2021&mode=0&region=nh&sub=OK

      J'aime

      • Okay, si je comprends bien ce serait le changement d’albédo causé par les vagues de froid, avec la couverture neigeuse, qui aurait fait baisser la température. Pourquoi pas, c’est peut-être une des raisons de la baisse des températures, mais est-elle prédominante ou accessoire ? Quelle est la part de la Niña au regard de celle concernant le changement d’albédo ?

        Par ailleurs la carte que vous montrez est impressionnante, on y voit de grandes surfaces englacées ou enneigées, pourtant quand on regarde les anomalies de températures les régions polaires, ainsi que le sud de l’Eurasie, paraissent bien au-dessus de la normale…Difficile de s’y retrouver avec tout ça !

        J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s