Climat

Nouvelle prévision de dégel du pergélisol

Le réchauffement climatique dégèlera 20% de pergélisol de plus que prévu, selon une nouvelle étude. Cette débâcle pourrait libérer des quantités importantes de gaz à effet de serre dans l’atmosphère terrestre.

Le pergélisol est un sol congelé, exposé à une température inférieure à 0° C pendant au moins deux ans. De grandes quantités de carbone sont stockées dans la matière organique piégée dans les sols de pergélisol glacé. Lorsque le pergélisol décongèle, la matière organique commence à se décomposer, libérant des gaz à effet de serre tels que le dioxyde de carbone et le méthane.

Une nouvelle étude menée par des scientifiques des universités de Leeds, d’Exeter et du Met Office révèle que le permafrost est plus sensible aux effets du réchauffement climatique qu’on ne le pensait jusqu’à présent.

L’étude, publiée dans Nature Climate Change, suggère que près de 4 millions de kilomètres carrés de sol gelé pourraient être perdus pour chaque degré supplémentaire de réchauffement. Actuellement, le permafrost couvre une surface de 15 millions de km². Le pergélisol recouvre 24% des terres de l’hémisphère nord.

Carte du permafrost (source : NSIDC)

Les derniers modèles climatiques prévoient tous un réchauffement des sols et donc une fonte du permafrost à l’avenir mais l’ampleur de la surface gelée varie grandement selon  les différentes prévisions.

Les auteurs de la nouvelle étude ont établi une corrélation entre  la distribution du permafrost et l’évolution des températures actuelles. Leurs résultats ont été utilisés dans les projections climatiques pour déduire une carte future du pergélisol.

La présence du permafrost ne dépend pas seulement de la température de l’air, elle dépend aussi de la topographie, des propriétés thermales des sols, de la neige et de l’hydrologie. Cependant, les scientifiques ont découvert qu’il était possible d’établir une corrélation entre les températures de surface et la présence de permafrost.

L’accord de Paris adopté fin 2015 lors de la COP21 a fixé comme objectif de contenir le réchauffement sous les 2°C par rapport à l’ère préindustrielle, voire 1,5°C si possible. La température s’est déjà élevée d’environ 1°C.

La nouvelle méthode utilisée par les scientifiques permet d’évaluer l’impact des objectifs de la COP21 sur le permafrost. Si le climat se stabilise à +2°C, la surface de pergélisol serait réduite de 40%. Une stabilisation à +1,5°C sauverait environ 2 millions de km² de pergélisol.

On estime qu’il y a plus de carbone contenu dans le pergélisol congelé que dans l’atmosphère actuelle (qui en contient  850 milliards de tonnes environ). Ces sols gelés occupent une partie importante du Groenland, de l’Alaska, du Canada et de la Russie. C’est justement dans ces régions arctiques que l’élévation des températures est la plus importante. L’Arctique se réchauffe environ deux fois plus vite que le reste du monde et le pergélisol commence à dégeler dans de vastes zones.

Avec un climat plus chaud, le dégel du permafrost entraînerait un largage de dioxyde de carbone et de méthane dans l’atmosphère, ce qui pourrait favoriser l’élévation des températures. A son tour, un climat plus chaud augmenterait encore le stress sur le permafrost.

L’impact climatique serait non négligeable. D’après une étude publiée en 2014 dans Environmental Research Letters, la fonte du permafrost est susceptible d’entraîner un réchauffement de 0,29°C d’ici 2110, sachant 60% du carbone dû à la fonte du permafrost serait relâché après 2100.

La décongélation du pergélisol a des conséquences potentiellement préjudiciables, pas seulement pour les émissions de gaz à effet de serre, mais aussi pour la stabilité des bâtiments situés dans des villes à haute latitude.

Environ 35 millions de personnes vivent dans des régions recouvertes de pergélisol. Un dégel important pourrait déstabiliser le sol, menaçant d’effondrement routes et bâtiments.

Source : « An observation-based constraint on permafrost loss as a function of global warming » – S. E. Chadburn, E. J. Burke, P. M. Cox, P. Friedlingstein, G. Hugelius, S. Westermann (Nature Climate Change).

Advertisements

Catégories :Climat

Tagué:, , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s