Climat

Les bénéfices pour l’Europe d’un réchauffement contenu à 1,5°C

Limiter le réchauffement global à +1,5°C par rapport à la période préindustrielle ne bénéficierait pas qu’aux Etats insulaires mais aussi à l’Europe. Par rapport à +2°C, la fréquence des extrêmes climatiques serait significativement réduite en Europe, d’après une étude publiée dans la revue Environnemental Research Letters.

Le 22 avril 2016, 175 pays réunis au siège de l’ONU ont signé l’Accord de Paris pour lutter contre le réchauffement climatique. Avec pour objectif de contenir le réchauffement sous les 2°C au-dessus de la période préindustrielle, voire 1,5°C si possible.

L’objectif de +1,5°C semble déjà intenable compte tenu du niveau actuel d’émissions et du budget carbone restant à la planète. Mais tant que le seuil n’est pas atteint, il n’est pas interdit d’examiner les perspectives climatiques qu’offriraient une telle limitation.

Les études comparent souvent des scénarios entre des niveaux d’émissions de gaz à effet de serre très disparates. On ne mesure donc pas forcément l’impact qu’aurait en Europe une différence de 0,5°C dans les projections de températures.

Une étude publiée par deux chercheurs de l’université de Melbourne, Andrew King et David Karoly,  nous permet de comparer deux scénarios très proches. Les scientifiques ont utilisé les modèles climatiques CMIP5 pour évaluer l’impact d’un réchauffement planétaire de 1,5°C et de 2°C sur les températures extrêmes en Europe.

D’après leurs simulations, avec +2°C, on verrait des phénomènes de type été 2003 une fois sur deux. Un risque qui serait réduit de 24% avec +1,5°C.

En moyenne annuelle, l’intérieur et l’est du continent devraient se réchauffer davantage que la hausse globale de 0,5°C (entre 1,5 et 2°C). L’ouest et les régions côtières un peu moins. Le nord de l’Europe serait plus humide, le sud plus sec. Ces observations générales sont en parfait accord avec les projections du dernier rapport du GIEC.

En revanche, pour ce qui est des températures estivales, c’est presque tout le continent qui connaîtrait un réchauffement amplifié avec 2°C au niveau global. La pointe nord-est de la France et les îles britanniques seraient épargnées. On peut voir ci-dessous en jaune et en bleu clair les régions avec une anomalie « normale » de 0,5°C. Les zones en orange, rouge et marron connaissent un réchauffement amplifié.

Evolution de la température moyenne et des extrêmes de température projetés avec un réchauffement de 1,5 ° C et 2 °C . Cartes montrant la différence moyenne pour (a) la température moyenne annuelle, (b) la température moyenne en été (c) la température maximale la plus élevée, (d) la température moyenne en hiver, et (e) la température minimale entre 2°C et 1,5°C de réchauffement climatique. Source : King et Karoly – Environnemental Research Letters (2017).

Avec un réchauffement global de 1,5°C, une année chaude comme celle de 2016 (un record pour l’Europe), aurait lieu une fois sur deux. Avec +2°C, cela se produirait dans 88% des cas.

Au niveau saisonnier, les auteurs de l’étude ont examiné quel sera l’impact sur la température en été. Avec +1,5°C, un été de type 2003 se produirait dans 42% des cas, contre 1% avec un climat « naturel ». Avec +2°C, la survenue de ce genre d’épisode serait portée à 59%. L’été 2003 a été le plus chaud jamais observé en Europe.

L’évolution de la fréquence des extrêmes climatiques européens sous différents niveaux de réchauffement. Source : King et Karoly – Environnemental Research Letters (2017).

A noter que dans le climat actuel, le risque de survenue d’un « été 2003 » est déjà largement augmenté par rapport au climat dit naturel.  Par « climat actuel », il faut entendre la température sur 2006-2026 dans les simulations RCP 8.5.

Les périodes pluvieuses prolongées comme mai-juillet 2007 en Grande-Bretagne sont très rares et ne devraient pas devenir plus fréquentes à 1,5 ℃ ou 2 ℃ du réchauffement climatique, d’après les chercheurs de Melbourne.

Cependant, les jours de précipitations extrêmes au Royaume-Uni et en Irlande devraient devenir à la fois plus fréquents et plus intenses dans un monde plus chaud.

Andrew King et David Karoly avaient déjà publié une étude similaire en mai 2017 dans la revue Nature Climate Change, sur le climat de l’Australie cette fois. Les résulyats étaient comparables aux projections pour l’Europe.

Leur conclusion était qu’un été record comme celui de 2012-2013 en Australie, dont la probabilité est de 3% sans réchauffement anthropique, aurait 57% de chances de se produire avec +1,5°C et et 77% avec +2°C.

Publicités

Catégories :Climat

Tagué:,

7 réponses »

  1. Ouais, bon. Je ne vois pas trop l’intérêt d’une telle étude considérant le fait que l’objectif de limitation à +1,5 ℃ est désormais de la science-fiction et que l’objectif de +2 ℃ est désormais lui aussi en passe de disparaître. De plus, je m’intéresse beaucoup plus à d’autres indicateurs que la température moyenne, c’est d’ailleurs ce qu’avaient suggéré 2 chercheurs dans Nature en 2014 :

    http://www.nature.com/news/climate-policy-ditch-the-2-c-warming-goal-1.16018

  2. À ces risques, j’ajouterais la hausse du niveau des mers à moyen et long terme. Déjà, un réchauffement de +1,5°C provoquerait une hausse de plusieurs mètres. Adieu Londres, Anvers, Hanovre, Copenhague, Barcelone, Marseille, Venise… Avec +2°C, la situation empirerait. Difficile de dire de combien, mais le pari est plus que risqué…

  3. Excusez-moi mais j’ai qd même du mal à croire qu’un réchauffement à +1.5°C (dont nous ne sommes plus si loin) provoquerait l’engloutissement de toutes ces villes ????

    • Maignial parlait de long terme. Le niveau de la mer va continuer à augmenter bien au-delà de la fin de ce siècle. Sur quoi se base-t-on ? Les estimations du niveau de la mer et des températures passées. Il y a certes des incertitudes sur la question, mais si on remonte au dernier interglaciaire, l’Eémien, il y a 130 000 ans, les températures étaient sensiblement les mêmes qu’aujourd’hui et le niveau de la mer 6 à 9 mètres au-dessus, d’après l’étude de James Hansen en 2016.
      Certes, cela prendra du temps. Vous pouvez voir sur le lien suivant le niveau de la mer sur une carte Google Earth. On peut sélectionner une hauteur de niveau de la mer, zoomer sur une région. Je vous invite par exemple à tester 0 mètre aux Pays-Bas puis 6 mètres, vous verrez le résultat. Vous pouvez faire de même pour Venise. Mais déjà vous verrez qu’avec un mètre, ce qui pourrait être atteint à l’horizon 2100, la mer progresse beaucoup.
      Voir : http://geology.com/sea-level-rise/

  4. Pour Venise, ce n’est pas l’eau qui monte tant que ça, mais la ville qui s’enfonce paraît-il.
    Pour le niveau de la mer, il monterait de 2 mm/an en moyenne, avec selon certaines sources une stagnation depuis quelque années.
    Il a été question des Fidji dernièrement avec un sot-disant engloutissement d’ici peu, alors que si on prend le premier marégraphe du coin, le niveau baisse depuis 4 ans je crois.
    Pour le Bangladesh, certes il y a eu des pertes de terre, mais globalement le solde est positif car les fleuves déversent des sédiments et créent de novelles terres…

    • En Inde, la montée du niveau des océans provoquera une salinisiation des terres et les sols seront impropre aux cultures actuelles (certains paysans se tournent vers des espèces halophiles pour éviter de ce tout perdre – mais parfois pour du « bio »carburant). Cela va sans dire que cela aura un impact au niveau mondial même.
      Les eaux ne montent effectivement pas partout de la même façon, entre l’eustatisme, les courants et les marées, cela est bien plus complexe qu’il n’y paraît. Le volcanisme (gonflement des chambres magmatiques) peut éventuellement jouer à la faveur d’une élévation du sol dans certains cas, comme pour les champs phlégréens récemment, quelques cm en quelques mois…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :