Climat

Niveau de la mer : les prochaines années pourraient être décisives

Même si le réchauffement est contenu sous les 2°C, le niveau de la mer risque d’augmenter de plus de 1,5 mètres d’ici 2300. Plafonner les émissions de gaz à effet de serre le plus tôt possible pour arriver à zéro émissions nettes en 2040 permettrait de limiter la hausse entre 0,7 et 1,2 mètres.

Une nouvelle étude publiée dans Nature Communications sous la direction de Matthias Mengel montre comment tout retard dans la réalisation des objectifs de l’Accord de Paris pourrait affecter l’élévation du niveau de la mer d’ici 2300.

L’accord de Paris prévoit de rester bien en dessous des 2°C de réchauffement par rapport à la période préindustrielle. Cela implique de limiter les émissions mondiales de CO2 le plus rapidement possible puis d’arriver à zéro émissions nettes dans la seconde moitié du XXIe siècle. Cela reviendrait à équilibrer les émissions anthropiques par des puits.

Les auteurs de l’étude ont simulé l’élévation du niveau de la mer à l’horizon 2300 à partir de modèles climatiques. Deux scénarios ont été étudiés, que l’on peut qualifier d’optimistes en matière d’émissions de gaz à effet de serre.

Le premier scénario, appelé « net-zero GHG emissions » suppose que la hausse future des températures sera inférieure à 2°C et qu’un équilibre entre les émissions et l’absorption des gaz à effet de serre sera atteint d’ici la fin du siècle.

Dans le deuxième scénario, appelé « net-zero CO2 emissions », les températures sont  également stabilisées à des niveaux bien inférieurs à 2°C, mais toutes les émissions de GES ne sont pas équilibrées à la fin du siècle. Les températures baissent plus lentement en conséquence.

Emissions de CO2 et impact sur la température et le niveau de la mer. Les scénarios d’émission basés sur RCP2.6 avec les émissions de CO2 provenant de l’utilisation des combustibles fossiles et de l’industrie sont poursuivis linéairement avec le taux actuel jusqu’à l’année du pic. Les émissions de CO2 diminuent ensuite de 0,3, 0,5 et 0,7 GtC par an jusqu’à ce que les zéro émissions nettes de CO2 (a) et zéro émissions nettes de gaz à effet de serre (d) soient atteintes. Les scénarios qui ne retiennent pas le réchauffement à moins de 2 ° C avec au moins 66% de chance sont masqués en gris. (b, e) Réponses de la température moyenne mondiale aux scénarios d’émissions (a, d) en ° C au-dessus des niveaux préindustriels. (c, f) Hausse mondiale du niveau de la mer par rapport à l’année 2000. L’ombrage se réfère à la fourchette centrale du 66e percentile par scénario en (b, e) et à la fourchette centrale du 90e percentile en (c, f). Source :  Matthias Mengel et al (Nature Communications).

Les sources d’élévation du niveau de la mer sont la dilatation thermique, la fonte des glaciers et celle des calottes du Groenland et de l’Antarctique.

Le niveau de la mer continuera à augmenter dans presque tous les cas d’ici 2300. Le moment où le pic des émissions interviendra s’avère cependant déterminant. Chaque délai supplémentaire de 5 ans dans le plafonnement des émissions se traduirait en effet par 20 centimètres de plus. Autre source de différence dans le bilan final d’élévation du niveau de la mer : le rythme de la baisse après le pic.

La hausse médiane du niveau de la mer atteint 116-164 cm en 2300 dans les scénarios de stabilisation de la température  net-zero CO2 et de 73 à 133 cm dans les scénarios net-zero GHG. C’est quand même beaucoup moins important que les risques relatifs aux scénarios RCP 4.5 et RCP 8.5 avec des prévisions centrales de 4,2 mètres et 11,7 mètres respectivement (Kopp et al, 2017).

Même avec un réchauffement inférieur à 2°C, il y a 5% de chances de voir niveau de la mer s’élever de 5 mètres dans le scénario net-zero CO2. L’étude prend en compte les nouveaux indices présentés par DeConto et Pollard, montrant une sensibilité de la calotte glaciaire antarctique plus importante que prévu.

Une modélisation récente de la calotte antarctique, développée par Robert DeConto (Université du Massachusetts) et David Pollard (Université d’État de Pennsylvanie), indique en effet que les réserves de glace du continent pourraient être moins stables qu’on ne le pensait auparavant. Ils pointent deux facteurs : l’hydrofracturation et l’effondrement des falaises. Des périodes chaudes antérieures marquées par un niveau de la mer nettement supérieur à celui d’aujourd’hui  laissent penser que la calotte glaciaire de l’Antarctique a dû être un acteur majeur de l’élévation il y a environ 3 millions d’années.

D’après la nouvelle étude publiée dans Nature Communications, 5 mètres de hausse seraient un maximum avec un réchauffement contenu sous les 2°C. C’est ce qui pourrait arriver si l’Antarctique était très fragile, avec un pic d’émission tardif (2035) et un rythme de baisse de émissions de CO2 plutôt lent (0,3 GtC par an).

Si en revanche le pic intervient dès 2020 avec un rythme de baisse rapide (0,7 GtC par an) pour atteindre les zero-net GHG dès 2040, le niveau de la mer pourrait être contenu à 0,7 mètres (50% de chances). On peut voir ci-dessous un tableau exprimant les résultats des modèles en fonction des scénarios, des pics d’émission et des taux de réduction. Les résultats sont exprimés en percentiles (5 signifie qu’il y a 95% de chances pour que l’élévation soit plus élevée, 50 est la médiane et 95 signifie qu’il y a 5% pour que la hausse soit plus importante).

Percentile 5.0 16.66 50.0 83.33 95.0
Net-zero CO2
Peak year 2020 rate 0.3 56.67 84.41 137.27 219.66 355.43
Peak year 2020 rate 0.5 45.66 74.36 122.5 189.87 275.81
Peak year 2020 rate 0.7 40.37 70.24 115.88 178.43 247.87
Peak year 2025 rate 0.3 67.47 96.95 156.98 268.83 458.3
Peak year 2025 rate 0.5 56.69 84.41 137.29 219.65 354.76
Peak year 2025 rate 0.7 51.59 79.36 129.64 203.87 313.75
Peak year 2030 rate 0.5 66.54 95.83 154.97 262.48 450.6
Peak year 2030 rate 0.7 61.33 89.63 145.24 236.99 407.48
Peak year 2035 rate 0.7 70.97 100.7 163.7 289.48 481.1
Net-zero GHG
Peak year 2020 rate 0.3 23.65 58.85 101.21 159.63 224.06
Peak year 2020 rate 0.5 0.1 45.02 81.11 132.74 175.4
Peak year 2020 rate 0.7 −9.61 38.47 72.75 122.58 159.76
Peak year 2025 rate 0.3 41.76 72.05 121.28 195.42 290.79
Peak year 2025 rate 0.5 20.46 56.46 97.95 154.76 215.79
Peak year 2025 rate 0.7 8.57 49.88 87.93 141.32 190.25
Peak year 2030 rate 0.5 37.16 68.74 116.01 185.94 273.78
Peak year 2030 rate 0.7 26.57 61.05 104.71 165.36 233.41
Peak year 2035 rate 0.7 42.68 72.78 122.86 198.09 295.71

Les hypothèses les plus extrêmes montrent l’importance du niveau d’émissions de gaz à effet de serre dans les années qui viennent. Sur la base du 95e percentile, on peut voir avec le scénario net-zero CO2 que chaque retard de 5 ans entraîne une augmentation supplémentaire de 1 m de niveau de la mer d’ici 2300.

Publicités

97 réponses »

  1. Finalement je vous aime bien Bourdeau, je n’avais pas décelé cet humour si fin de votre part, mais là chapeau la référence ! Un « scientifique indépendant » qui ne publie rien et qui nie la validité de Ec=1/2mv² (http://nov79.com/about3.html), j’avoue avoir bien rit, et pour cela je vous remercie.

  2. A contrario je vous propose les 5000 pages du rapport AR5 de l’IPCC, les 477 pages du Climate Science Special Report de l’US GCRP, les articles de scientifiques avérés de la PNAS, de la Royal Society, de la Recherche, ou du Deutsches Klimarechenzentrum, pour le sérieux des données satellitaires ou stationnaires, je vous propose le site de la NASA, du NOAA/ESRL, du NSDIC ou le site Space Weather Live pour l’activité solaire.

    Bref, comme vous le voyez, les sources fiables et variées ne manquent pas.

    PS :
    Quant au tableau déprimant que vous dépeignez de moi sans me connaître, je vous prierai de retourner aux insectes qui sont votre passion au lieu de dire n’importe quoi, je suis marié et le joyeux père de deux enfants, j’habite en pleine nature au milieu de 17 ha, j’accueille copains proches et lointains chez moi bien plus qu’à mon tour et j’oeuvre dans le monde associatif local.

  3. Bonjour à tous, merci à tous
    grand plaisir de lire tout ca

    il me semble que nous vivons dans un monde magique et inconcevable, dans le sens ou nous ne pouvons pas comprendre ce monde avec des concepts et des idées, comme Don Juan dit à Castaneda (comme tous les « maitres » doivent le dire)
    Vous connaissez tous les observations des principes quantiques? ou le fait que dans certaines équations de la théorie des cordes « la notion de temps disparait » ? (LE TEMPS DISPARAIT!!!!??????) n’est ce pas magique?

    Nous pouvons donnez des explications incroyable pleines de détails prodigieux, les échanges entre Bourdeau, Maignial et Goupil ; c’est presque poétique….. mais en lisant cela, je pense que nous somme incapable de comprendre tant de complexité (comportement des gaz dans l’atmosphère,……), trop d’interactions, trop de variations, trop d’inconnus

    Bref merci Bourdeau pour cette démonstration d’humilité, MAIS

    D’un point de vue enfantin en vous lisant tous il me semble que c’est le temps qui pose problème dans cette histoire, la Terre et pas mal de ces habitants ont certainement connus des conditions plus chaude, plus plus plus , moins moins moins, OK mais vous semblez tous d’accords sur le fait que les variations sont « a priori » très lente, et que les variations que nous observons aujourd’hui sont très rapide.

    D’un point de vue automatique le système ne semble pas prévus pour de telles vitesses de variations, cela me semble clair si les données sur le réchauffement des océans est correctes (déséquilibre évident du « cycle carbone »). Comment peut on croire que ce n’est pas l’eau qui est la base du système automatique d’équilibre de température???? Comment peut on penser que l’Océan va absorbez indéfiniment le co2???? Comment peut on penser que l’atmosphère va se refroidir si la température des Océans monte???????????????

    Des questions donc Mr Bourdeau : pourquoi les mers du globe se réchauffent jusqu’a 2000m de profondeur et surement au delà si ce n’est pas les 97% du co2 émis par nous qui en sont la cause?

    Vous semblez presque proposer que le co2 soit apparus après les réchauffement : en serait-il de même pour l’Océan? Le co2 apparait aujourd’hui dans les Océans parce qu’ils se sont réchauffés d’une autre manière naturelle? et nos émissions alors??

    Certains de vous commentent : il fait froid.
    Je vois l’atmosphère comme un formidable filtre, une couverture EXEPTIONELLE……il fait -270 dehors……………………ou +400 en fonction de l’heure……….
    La phrase « le réchauffement climatique crée des hivers très froids…..quelquefois » n’est pas évidente, alors oubliez la notions de réchauffement

    N’êtes vous pas tous d’accords pour affirmer que le système automatique se dérègle?

    Il me semble que ce système (équilibre de températures) est très mal en point, sans doute cela fait partie d’un cycle plus grand.
    Quoiqu’il en soit du temps et des périodicités des phénomènes comment pouvons nous croire que nous ne sommes pas acteurs de ce cycle?

    Et ben ca fait du bien… comme disait Don Juan à Castaneda : »Ton opinion c’est de la m…. » mais bon….c’est finalement la seule chose qu’on fabrique.

    Est-ce qu’il existe des controverses sur le réchauffement des Océans?

    Encore MERCI
    Amusez vous bien

    • Basile ..et tous les « réchauffeurs » je jette l’éponge ….je me suis évertué à citer des phénomènes climatiques (et autres: vous croyez que la réunion de tous les continents a été sans conséquence …tous les 500 millions d’années …etc …) pour montrer que le « système de régulation » est robuste puisque nous sommes toujours là …et si 4 milliards d’années ce n’est pas un temps suffisant pour le constater alors que sont les énormes bouleversements actuels (+ ou – 0.4 °C en 30 ans d’observations satellites, noyés dans le bruit) ? vous triez des faits non établis (banquise = elles fluctuent mais cela a toujours existé depuis qu’elles sont là car leur existence est récente à l’échelle des temps, réchauffement des mers = idem, acidification des océans tamponnés à 8.2 de PH = IMPOSSIBLE, le CO2 est absorbé par l’eau de mer en proportion du froid et dégaze avec la chaleur, c’est un équilibre !!!) pour me demander comment j’explique ces catastrophes insupportables! Je vous redis que c’est « de la connerie » . La notion à admettre est que le « système » existe et nous avec parce qu’il est géré par de multiples équilibres …c’est tout et l’homme est une bien petite perturbation (une éruption volcanique émet plus de CO2 que notre production annuelle …et à l’époque des Gates du Decan les émissions de CO2 ont été absolument énormes (voir épaisseur des laves) et aux temps des dinosaures leurs flatulences étaient bien plus volumineuses que celles de nos vaches …etc …etc …que faut-il citer pour convaincre des esprits croyants en l’apocalypse ? RIEN …des murs …
      J’ai essayé de dialoguer avec des gens raisonnables et à part Ninja et quelques rares esprits ouverts je n’ai rencontré que fanfaronnades, moqueries ou questions enfantines comme les vôtres et absence totale de raisonnement logique …Je m’y attendais et je ne faisais qu’un test pour voir si les mentalités avaient évoluées …donc j’arrête le test. je laisse les pessimistes avec leurs idées noires ..et leur inculture , je suis un idiot inconscient du précipice que j’ai devant moi et très heureux de continuer à utiliser mon diesel et à manger de la viande sans complexe ni culpabilité. Je préfère la chaleur au froid et vive le CO2 qui est l’essence même de la vie ! C’est bizarre, avec ces frimas on n’entend plus les Jousels et autres gurus de malheur nous effrayer …il a réussi beaucoup de conversions, pas la peine de se mettre en danger! J’oubliais : la météo ce n’est pas le climat …une somme de conneries a bien des raisons d’être une ENORME connerie …on verra bien …

      • « pour montrer que le « système de régulation » est robuste puisque nous sommes toujours là »
        Avec quelques extinctions au passage, quand les changements sont très brusques. Le restera-t-il pour autant ou bien c’est le refrain « ça s’est déjà vu DONC ça ne change rien » ?

        « le CO2 est absorbé par l’eau de mer en proportion du froid et dégaze avec la chaleur, c’est un équilibre !!! »
        Oui, la température influe sur la solubilité. Mais l’équilibre n’est pas instantanée et les écarts de températures pas si extrêmes au même endroit. De mémoire, reprenez-moi, pour que cela dégaze, de préférence massivement, il faut aussi que le bicarbonate retrouve sa forme CO₂ aqueux ou H₂CO₃, avec un pH moins basique. Les océans ne sont pas des boisons gazeuses sursaturées non plus.

        « et l’homme est une bien petite perturbation (une éruption volcanique émet plus de CO2 que notre production annuelle »
        C’est faux. Vous le savez. Ils émettent également des aérosols et poussières ayant un effet refroidisant. Ils ne propulsent pas tous la même quantité de matière et n’auront pas le même effet sur le système climatique selon leur position par raport aux courant atmosphériques et même océaniques.

        « aux temps des dinosaures leurs flatulences étaient bien plus volumineuses que celles de nos vaches »
        Vu la taille, vous aurez même pu prendre les lapins comme exemple (où il en aurait fallu près de 4000 fois plus, il parait). Enfin, ils n’étaient pas élevés avec hormones/antibios en batterie par l’homme et ils ne s’amusaient pas à creuser des puits non plus pour en arriver là. Enfin, comme ce sont des estimations du passé et que nous n’avons jamais pu étudier in vivo ces êtres, à prendre donc avec pincettes.

        Jetez l’éponge, préservez nos coraux. 😉

        • Qu’il y ait un système terre qui existe et évolue depuis 4.7MM d’années n’a rien à voir avec la choucroute. Trappes du Deccan et flatulences de dinosaures datant de 60 à 70 M d’années (et plus) alors que nos ancêtres ressemblaient à un subtile mélange de mulot/taupe/marsupial et servaient essentiellement d’apéricube aux gros prédateurs à sang tiède, en quoi cela fait-il avancer le débat ? Alors oui, le climat était plus chaud et le taux de CO2 plus élevé, et je ne vois pas en quoi le fait que des dinosaures pouvaient se faire dorer la nouille sous de hautes latitudes il y a des dizaines de millions d’années nous renseigne en quoi que ce soit sur la situation actuelle de l’humanité apparue il y a 200 000 ans.

          Nous dépendons d’une agriculture dont la précision high-tech n’a d’égal que sa fragilité aux changements d’équilibre, et d’écosystèmes nécessitant divers temps d’adaptation, souvent longs ; les scientifiques nous disent que les lignes bougent et qu’elles le font à une vitesse jamais observée et vous nous parlez de tout sauf des 800 000 dernières années qui nous intéressent (sans parler des 150 dernières).

          Les géo-logues-physiciens-chimistes qui conçoivent ces modèles numériques que vous dénigrez ne sont pas des rats de laboratoires, ils ont une formation de terrain, marteau-loupe-sismographe-foreuse à la main, et ce sont les mêmes qui ailleurs cherchent et découvrent les gisements de matières énergétiques ou minérales si indispensables au maintien de notre niveau de vie (avec des modèles numériques au passage). Que les modèles soient imparfaits soit, même les chercheurs le reconnaissent, mais jeter le bébé avec l’eau du bain quand aucun Courtillot, Allègre ou Spencer n’a su bâtir un modèle alternatif robuste, n’aide pas trop la dialectique sur le sujet.

  4. @DenisP: oui, il y a aussi un débat pour savoir si les pyramides d’Egypte n’ont pas été construites par des extraterrestres. En cherchant bien sur les milliards d’individus que nous sommes, vous entendrez n’importe quelle sornette à coup sûr.

    @ Maignial: je ne savais pas que ceux qui affirmaient que les pyramides d’Egypte étaient bâties par des martiens étaient scientifiques. Ne feriez-vous pas un peu preuve de sophisme?

    • Un peu, sans doute, mais de nombreux scientifiques cités ici par Ninja ou autres ne sont pas du tout compétents en matière de climatologie. Alors pas tant que ça.

      Cela ne veut pas dire que ces gens ne peuvent rien apporter d’intéressant, mais on sent parfois qu’ils ne maîtrisent pas leur sujet. Je me suis surtout intéressé aux dires de Courtillot, et ça ne tient pas la route; même un amateur comme moi peut s’en rendre compte.

  5. Afin que certains points ne restent pas dans le flou de ce débat contradictoire, quelques précisions sourcées :
    – concernant la soit disant saturation du CO2 qui rendrait inefficiente toute émission supplémentaire, et qui serait une question encore débattue au sein de la communauté scientifique :
    http://www.realclimate.org/index.php/archives/2007/06/a-saturated-gassy-argument/
    – concernant le non-consensus de la communauté scientifique sur la question du réchauffement climatique :
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Positionnement_de_la_communaut%C3%A9_scientifique_envers_le_r%C3%A9chauffement_climatique
    – concernant la part du CO2 anthropique dans les concentrations atmosphériques actuelles :
    concentration périodes glaciaires : 185ppm +/- 15 ppm
    concentration périodes inter-glaciaires : 278ppm +/- 20 ppm
    et cela depuis 800 000 ans.
    Taux d’augmentation moyen lors des phases de transition glaciaire -> inter-glaciaire : 100 ppm / 10 000 ans
    Taux d’augmentation sur les 150 dernières années : 130 ppm / 150 ans, soit plus de 8600 ppm / 10 000 ans
    pour visualiser cette accélération : https://esrl.noaa.gov/gmd/ccgg/trends/history.html

  6. @DenisP et autres: oui, il y a aussi un débat pour savoir si des astronautes américains sont vraiment aller marcher sur la lune pendant les années 70′. Certains septiques pensent que toutes les séquences vidéos des marches sur la lune ont été réalisé dans les studios d’Hollywood.

    Les climatoseptiques ne parlent que de la température pour tenter de trouver des arguments crédibles à leurs propres yeux uniquement. Pourquoi ne parlent-ils jamais de la fonte des glaciers terrestres et des islandis au Groenland et en Antarctique ? Pourquoi, ils ne parlent pas de la montée du niveau des océans ? Pourquoi ils ne parlent pas de la puissance accrue des ouragans ? Pourquoi ils ne parlent pas de l’acidification des océans ? Pourquoi ils ne parlent jamais de l’assèchement de certaines rivières et fleuves dans le monde ? Pourquoi ils ne parlent pas de la diminution du niveau de l’oxygène atmosphérique résultant de la diminution du phytoplancton marin ? Pourquoi ils ne parlent pas de la désertification accrue qui se déroule dans certains pays, notamment en
    Chine ? Pourquoi ils ne parlent jamais des tornades dont certaines sont monstrueuses et d’autres se produisent en série aux USA ? Pourquoi ils ne parlent pas des canicules en France ou ailleurs, des sécheresses, des inondations, de l’érosion des côtes Françaises, notamment en Normandie, et en Angleterre, en Afrique et ailleurs dans le monde ? C’est parce qu’ils n’ont aucun argument scientifique valable à proposer. Ils ne pensent qu’à tenter de faire croire aux gens qu’il n’y a pas de réchauffement climatique sur la Terre, Ou bien ils disent qu’il faut attendre 2020 ou bien 2100 ou bien 2300. Vraiment, tous leurs pseudo arguments sont ridicules et ne parviendraient même pas à convaincre un enfant de 7 ans. Quant à moi, j’éclate de rire à chaque fois devant mon écran d’ordinateur lorsque je lis les commentaires de ninja et ses autres commentaires écrit sous le couvert d’un autre pseudo. C’est si facile de le reconnaitre car il y a la même structure de phrases. C’est encore plus drôle que de voir un film de Jerry Lewis ou de Bourvil. J’en ai les yeux plein d’eaux à force de rire ses « commentaires ». Continue à me faire rire Ninja, je t’en prie.

    • Mon cher GIEC…
      Déjà, à te lire on pourrait penser qu’il ne s’est jamais rien produit sur terre durant ces 8.000 dernières années, ni ouragan, ni sécheresse, ni fonte des glaces, ni réchauffement, ni refroidissement, ni rien.
      Bref, tes arguments sont carrément nuls de chez nuls, notamment concernant la hausse du niveau des mers qui doit se situer à l’heure actuelle entre 1,5 et 3 mm/an. Même les Fidji se portent très bien.
      Mais là où tu deviens carrément bête, c’est quand tu me prêtes des interventions cachées sous un autre pseudo.
      D’ailleurs, tant qu’on y est, dis-nous s’il te plaît sous quel autre pseudo j’aurais pu poster ici selon toi.

  7. @DenisP et autres: oui, il y a aussi un débat pour savoir si des astronautes américains sont vraiment aller marcher sur la lune pendant les années 70′. Certains septiques pensent que toutes les séquences vidéos des marches sur la lune ont été réalisé dans les studios d’Hollywood.

    @GIEC: même réponse qu’à Maignial, puisque même argument utilisé (voir post ci-dessus).

    Il n’y a donc finalement rien à faire. Toute personne critiquant la thèse anthropique subira le même traitement. Scientifique ou pas elle sera classée dans les rangs des « sceptiques », à l’étage des « conspirateurs », dans l’alcôve « illuminés », dans le tiroir juste entre « Pyramides martiennes » et « Homme pas pied sur Lune ».
    Mais comme vous êtes sympas vous ne classerez pas le dossier Bourdeau sur cette étagère. Si?

    • Notons que j’ai droit à un traitement spécial puisque j’ai quasiment droit au titre « d’imposteur multi-pseudos ».
      J’espère que tout le monde aura saisi la différence de niveau scientifique entre Bourdeau et moi et que je ne peux donc être lui et inversement (je dis ça surtout pour GIEC). Par contre je serais curieux de savoir qui d’autre je suis… Je sais, c’est très idiot, mais puisqu’il y en a qui le pensent, autant qu’ils précisent leur pensée, juste pour que je puisse rire un peu, moi aussi.
      On m’a déjà assimilé aussi à un « envoyé/espion/troll » à la solde d’une compagnie pétrolière quelconque. Ridicule…

      PS: au fait, je ne suis pas DenisP non plus… pas plus que je ne suis la reine d’Angleterre…

      • Ninja, je ne vous apprécie pas plus que ça dans ces termes, mais vous pourez toujours avoir confirmation du maître de ces lieux, Johan, qui aura peut-être accès aux journaux de connexion au blog, pour dissiper tout fantasme d’autres intervenants et mettre ainsi fin à toute tentative de diffamation en ce sens.

        • Je n’ai noté aucune identité double… Aucun problème de ce côté là, même si de toute façon cela ne revêt une importance capitale. Je répondrai plus tard sur le fond car j’ai besoin d’un peu de temps pour créer une nouvelle page.

  8. Je me permets de répéter ici la réponse que j’ai faite à DenisP page précédente et qui visiblement s’est perdue dans le flot.

    Je ne pense pas que la cause soit entendue, mais vous pourrez reconnaître honnêtement qu’il existe un fossé intellectuel entre douter de l’absolue exactitude de la recherche sur le sujet du changement climatique depuis plusieurs décennies et en nier la totalité du fondement. Après je comprends que les uns estiment qu’il ne faut pas s’en inquiéter et que les autres estiment que c’est une catastrophe à venir, mais il appartient à chacun d’estimer son niveau de sensibilité sur la question et n’a aucun rapport avec l’état de la science à un moment T. Si réellement vous pensez que le changement climatique est une farce dont il ne faut pas se préoccuper, pourquoi ne pas nous laisser nous passionner pour cette question soir disant futile dans notre coin ? Surtout que dans les faits, aucune politique restrictive n’est mise en place à l’échelle globale, donc rien n’est fait pour déranger notre quotidien.

  9. @Goupil : je ne pense pas que la question climatique soit une farce. Mais le catastrophisme ambiant qui l’accompagne me semble effectivement très exagéré. Et contrairement à vous je pense que la question climatique induit des politiques qui dérangent, et dérangeront de plus en plus notre quotidien.
    Mais je comprends votre point de vue d’en débattre, entre-vous, dans votre coin.
    J’interviens du reste assez rarement ici, je préfère vous lire. Mais l’intervention de Bourdeau m’a incité à intervenir. Un scientifique « sceptique » face à une communauté éclairée d’adeptes de la cause anthropique, ça vaut son pesant de cacahuètes.
    Mon opinion sur la question climatique n’est pas arrêtée, (c’est d’ailleurs la raison pour laquelle je consulte ce blog). Je me plais à penser qu’il en est de même pour les gens qui fréquentent ce forum.

  10. Effectivement je trouve la question d’un changement climatique rapide assez intéressante pour nous les hommes qui avons émergés depuis 200 000 ans au profit d’une période inter-glaciaire et dans une période plus longue d’alternance glaciaire/inter-glaciaire stable. Je n’ai pas la moindre réponse scientifique à fournir sur notre faculté d’adaptation à des changements rapides (5 à 15 000 ans de transition entre deux périodes précédemment) susceptibles d’affecter notre environnement. Jusqu’à maintenant l’humanité avait connu des variations de l’ordre de 1°C/1000 ans lors des phases de transition et nous sommes passés dans une phase à 1°C/100 ans. Est-ce grave, je ne sais pas, mais on peut admettre à minima que c’est exceptionnel.
    Puisque vous dites que « la question climatique induit des politiques qui dérangent », je vous demande en toute honnêteté lesquelles car je sèche et votre ressenti m’intéresse réellement. Quand je regarde autour de moi, y compris dans mes cercles d’amis, l’empreinte carbone de nos modes de vie semble bien moins nous préoccuper que notre prochaine destination de vacances, savoir si on aura un vol à moindre coût ou estimer si on pourra s’offrir le dernier SUV rutilant/mobile/(mettez ici ce que vous voulez) vu à la TV, quelle que soit sa consommation… alors quand je suggère que l’empreinte carbone d’une installation photovoltaïque est probablement très discutable autant dire que je débarque de la planète mars.

  11. Bonsoir,
    J’aimerais revenir sur l’article publié par Johan au début de ce post.

    Je suis peut-être un incurable optimiste mais, si je comprends bien le graphe (e), j’ai l’impression que si on atteignait la neutralité en gaz à effet de serre (autant de capté dans les forêts, océans que de relargué dans l’atmosphère), l’anomalie de température baisserait ensuite régulièrement d’environ 0.1°C / 10 ans, ce qui correspond grosso-modo à l’augmentation actuelle des températures.

    Si je ne fais pas de fausse interprétation, ça voudrait dire que ‘tout n’est pas perdu’ si l’Humanité réalise vraiment la transition énergétique.
    La banquise arctique pourrait donc se reformer en un siècle, etc, etc
    Johan, qu’en pensez-vous ?

    • Bonsoir,
      C’est le sens de cette étude de montrer qu’il y a mathématiquement la possibilité de limiter les changements climatiques. Ca se base purement sur des chiffres, si le pic se produit d’ici 2025, avec une très forte réduction des émissions par la suite et des émissions négatives avant 2040.

  12. @ Goupil : vous savez très bien qu’on est surtaxé sur notre énergie (carburants, etc…), qu’on dépense beaucoup d’argent pour l’éolien (polluant), qu’en ne renouvelant pas nos centrales nucléaires on va payer 2 fois plus cher notre kWh et qu’en plus on risque des coupures. On subventionne très grassement les V.E. qui de plus ont un bilan CO2 certainement pire que les Essences.
    En plus on maintient les gens dans la peur et la culpabilité.

    @ J. Lorck : Jean Jouzel avait fixé il y a peu la limite à 2020 concernant le pic mondial d’émission de CO2 avant la catastrophe irrémédiable. Ça été repoussé de 5 ans ?
    Aussi, ne pensez-vous pas qu’on est plus près d’une ère glacière que d’un réchauffement, notre pic interglaciaire ayant déjà 12.000 ans ? ce dernier va durer encore combien de temps d’après vous ? (question d’ordre général).
    Pensez-vous aussi qu’au vu des dernières anomalies, on va plutôt s’écarter des modèles RCPx ?
    Merci.

    • Heu Ninja, en France, il y a d’abord eu la TIP (taxe intérieure pétrolière) en 1928 pour soutenir l’industrie française du raffinage, qui donnera la TIPP dans les années post choc pétrolier (1973) pour financer des politiques d’économie d’énergie et d’alternatives de production (dont le fameux programme nucléaire). Alors je peux comprendre que vous n’aimiez pas les taxes, mais nous avons l’exemple d’un pays ou les énergies carbonées sont peu ou pas taxées, les USA, résultat une consommation par tête de pipe la plus élevée au monde et de très loin, sans programme cohérent d’isolation de l’habitat, des climatisations au rendement dégueulasse partout, sans parler des véhicules de 2.5 T à 10-15l/100 qui sont le « must have » américain, etc.

      Je suis d’accord avec vous pour dire qu’on peut discuter de comment devraient/sont utilisés les montants perçus par la taxe (qui s’appelle TICPE maintenant), mais si c’est pour tenter d’économiser des énergies fossiles dont on sait pertinemment que les réserves ne sont pas infinies et dont on fait plus que soupçonner que la combustion a des impacts majeurs sur la santé et le climat, ne me paraît pas une mauvaise idée dans l’ensemble.

      Pour les ruptures de fourniture d’électricité, bien sûr qu’éolien et photovoltaïque peuvent poser des problèmes dans l’état actuel de la technique s’ils représentent une part très importante de l’outil de production. Mais saviez-vous que les forts étiages connus parfois par les fleuves français depuis le début du XXIeme siècle, liés à de fortes sécheresses et un recul global des glaciers, ont déjà contraint plusieurs fois des centrales françaises à baisser leur production instantanée, alors que par définition les barrages tournaient au ralenti ?

      • L’augmentation des taxes n’a pas de fin.
        Par contre, l’argument concernant la gestion des ressources est tout à fait audible me concernant. Les Américains sont des gaspilleurs c’est clair.
        Pour ce qui est de la santé et de la pollution, certes les énergies fossiles ont des défauts, mais c’est grâce à elles qu’on s’est développé et que par ricochet on a une espérance et une qualité de vie bien supérieures à celle d’il y a ne serait-ce qu’un siècle. Cette énergie a permis et permet à la misère dans le monde de reculer. Le côté pile est très supérieur au côté face selon moi.
        De mon point de vue on devrait plutôt conserver nos centrales nucléaires et même nos 4 centrales à charbon (en France) plutôt que de les sacrifier de manière débile sur l’autel de la démagogie au profit d’éoliennes désastreuses (en plus de tout ce qu’on en connait, que fera-t-on des 1000 tonnes de béton et de ferraille servant de socle à ces éoliennes au bout de 15 ans, sachant qu’il en faut des milliers pour remplacer une centrale ?).
        Car quel est l’impact de 4 pauvres centrale à charbon en France sur le climat mondial ? il est nul !!! Surtout qu’on est parmi les moins émetteurs de CO2 en occident.
        De mon point de vue, je veux bien économiser les ressources et lutter contre la vraie pollution, mais nous obliger à enrichir un business (très) inefficace et nuisible, non.

        • Le coté face est une pollution et une destruction que nous ignorons totalement ici, car elle a été délocalisée et que nous vivons dans des endroits plus ou moins artificialisés. Que ce soit pour des « terres rares », du charbon ou de la pechblende, tout cela à un prix.
          Si les e-poubelles étrangères arrêtent de recevoir nos merveilles de technologies usées au rythme actuel, la taxe de recyclage risquera très certainement d’augmenter. Aucune idée sur les retombées sanitaires dans nos denses contrés que cela pourrait avoir si certains veulent aller vite et mal. Donc probablement un coût supplémentaire à prévoir.

  13. L’argument du nucléaire peu cher ne tient plus. Pendant des décennies, les coûts ont été artificiellement baissés en ne faisant pas les investissement nécessaires au renouvellement des centrales et au traitement des déchets. Recarréner les 3/4 du parc qui arrivent en fin de vie dans les 10 ans qui viennent coûtera 100 milliards. Les coûts de maintenance ont d’ores et déjà explosé à 4 milliards par an. À ce tarif, mieux vaut passer au renouvelable, sans compter les risques liés au nucléaire actuel…

  14. Bonjour

    commentaire, petit commentaire dans le débat de « réchauffement climatique » oui ou non (qu’il serait surement préférable de nommer dérèglement climatique)

    Si nous prenons comme référence la survie de la Terre, aucun problème. Bien sûr que le système Terre et sa régulation de température sont très robuste, je pense que personne ne conteste cela(?)

    Si nous prenons comme référence la survie de l’être humain….il me semble que le dérèglement observé aujourd’hui menace déjà notre survie….écoutez les témoignages des agriculteurs dans le monde. Oui tous les végétaux ont besoin d’un certains équilibre atmosphérique pour se développer, oui cet équilibre atmosphérique est mal en point à ce jour, oui nous avons régressé dans notre capacité à « prévoir le temps » car il est de plus en plus instable,
    oui nous avons besoin d’humilité dans nos réflexions ( -270 dehors la nuit, 3.5°pour la Tmoyenne des Océans, nous (humains) vivons dans un équilibre douillet très petit, la rupture de cet équilibre va sans doute créer des froids très intenses, peut être trop pour nous…)

    Je crois que c’est LA VITESSE de variation qui est préoccupante pour notre survie et non pas les variations elles-mêmes et les valeurs que la Terre a surement déjà connu

    De même qu’une variation importante au baromètre en 15 jours sera accompagné par des brises bien molles, la même variation sur 24heures sera accompagné cette fois d’un ouragan.

    Une petite blague aussi

    La Terre se promène dans l’Univers et elle rencontre une bonne copine qu »elle n’a pas vu depuis Pfffff …;du temps (???)…
    Sa copine lui dit
    « SALUT! …..et ben t’a pas bonne mine, qu’est ce qu’il t’arrive?
    « J’ai chopé l’humanité! » lui répond la Terre « ça me gratte, ça pue, ça fait du bruit, ca me RONGE de partout, etc etc…. »

    Et sa copine de lui dire « BHA! HAHA t’en fais pas moi aussi je l’ai eu… CA PART TOUT SEUL! »

    Bonnes continuations, qui que vous soyer ne jetez pas l’éponge, il y a tellement de nettoyage à faire

    Que nous voulions les discuter ou non, merci encore pour la clarté des mesures et des références présent dans ces articles.

  15. Eoliennes, nucléaire, charbon, de mon point de vue tout à fait personnel, le problème se situe plutôt du côté de la consommation. Nous sommes tellement formatés par des économies qui roulent au « consomme-tout » que nous ne voyons le problème que par les moyens de production, afin de permettre de maintenir ou développer notre niveau actuel de consommation.

    Est-ce que moins consommer doit forcément être vue comme une fatalité toxique alors que nos propres grands parents ne jetaient pas le 10ème des saloperies que nous vomissons ? Consommer moins d’énergie (isolation, eco-conception, co-voiturage), d’eau (agriculture, électro-ménager) et de matières minérales (interdiction de l’obsolescence programmée, low-tech, recyclage) ne nous rendrait pas moins heureux à mon avis. C’est certain, cela pose un problème au paradigme économique tel qu’il est posé aujourd’hui (tout en sachant que notre minorité est du bon côté de la pièce de Ninja ce qui implique qu’une majorité se trouve du mauvais côté), mais il n’y a aucune raison valable de penser que la grande accélération pourra durer indéfiniment.

    Concernant les émissions de GES (et donc la consommation d’énergie liée) le comptage direct ou indirect (importations) dresse deux tableaux différents si l’on compte nos consommations importées ou non :
    http://www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr/lessentiel/ar/206/1087/lempreinte-carbone-demande-finale-interieure-france.html
    et
    http://www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr/publications/p/1939/1178/lempreinte-carbone-consommation-francais-evolution-1990.html

    et surtout ne jamais oublier que notre consommation d’électricité représente moins d’1/4 de notre consommation d’énergie :
    https://www.connaissancedesenergies.org/34-de-l-energie-consommee-en-france-est-d-origine-nucleaire-120315

    • « C’est certain, cela pose un problème au paradigme économique tel qu’il est posé aujourd’hui »
      Je ne sais pas s’il y a une lame de fond chez les économistes et les universitaires, mais ils finissent quand même par prévoir la « fin du capitalisme » vers 2045. Conscient du ratio destructions/créations toujours plus grand des emplois par l’automatisation et prochainement par la déferlante d’algorithme/IA (même inutile) dans le moindre appareil, d’une accumulation en panne et d’éclatement de bulles (même durant une microseconde – THF), des inégalités colossales, des dégats infligés à l’environnement (et de réduire à néant les peuples qui refusent/refusaient la civilisation) et des changements [climatiques] en cours et des conséquences sur les marchés, la magie des fables libérales n’opère plus. Encore le syndrome du club de Rome probablement 🙂

  16. Sur le coup de froid ici, chaud en Arctique lié à la rupture du vortex polaire arctique, un article que je trouve intéressant car plutôt bien documenté et sourcé :
    http://dr-petrole-mr-carbone.com/quand-le-rechauffement-fait-perdre-la-boule-a-la-meteo/

    Si vous avez le courage je vous conseille de suivre le lien vers l’étude de Judah Cohen indiquant que la fréquence d’observation de la situation de vortex polaire arctique « très faible » (cluster 7) est en augmentation statistique de 140% sur la période 1979-2015, alors que la situation de vortex « très fort » (cluster 1) positionné sur le pôle a été divisé par 2.

    (Ninja, Bourdeau, vous pouvez crier, j’ai mis les boules Quies)

  17. Mode humour :
    A quand les suicides collectifs ? 😀

    Les inégalité colossales ? en attendant la pauvreté recule dans le monde, il y a moins de guerre qu’avant, et beaucoup moins de morts violentes, surtout en proportion du nombre de de Terriens. Et toujours pas de catastrophe climatique particulière, à part des prédictions au conditionnel pour on ne quand, puisque c’est repoussé sans cesse.
    Bon, tout le monde ne peut pas se payer son SUV sur terre (la belle affaire…), c’est vrai, mais le principal, c’est la bouffe ! et de ce côté-là c’est 100 fois mieux qu’avant, même si c’est pas parfait pour tout le monde.

    • Gardez votre humour.
      Inégalités, oui, quand vous avez des revenus dont l’ordre de grandeur dépasse le nombre de doigts d’une main, il y a de quoi dire que c’est colossal.
      http://wid.world/

      En attendant surtout, la pauvreté, la pollution, les guerres et les « morts violentes » sont très loin d’être éradiqués et rien ne dit que ça peut de nouveau empirer. Quant aux conditions extrêmes qui peuvent toucher certaines régions du monde, oui c’est dramatique. Regardez en Afrique australe par exemple.

      • Vous ne pouvez pas nier que la pauvreté et la famine on reculé depuis un siècle. Combien de morts en 14-18 ? en 39-15 ? combien de morts à cause du communisme ? Voyez aujourd’hui, ça n’a plus rien à voir, même si ce n’est bien sûr pas parfait
        Les gens qui ont ce qu’il faut pour vivre ne vont pas faire la guerre sous prétexte qu’il y a quelques privilégiés qui gagent infiniment plus qu’eux. C’est pas le delta qui est important, c’est que le minimum soit assuré.
        Par contre si on veut recréer les condition de la misère…
        Personnellement, je m’en tape qu’il y ait des gens qui gagnent mille fois plus que moi dans le monde.
        Vous me semblez nostalgique d’un passé finalement bien plus terrible que notre présent et probablement notre avenir.

        • Malhonnêteté : le présent ne se compare pas à une réduction du temps sur 2 conflits mondiaux. Il n’est pas question de nier quoi que ce soit, mais les évolutions dans le sens espéré ne sont d’une part pas généralisées, et d’autre part ne sont nullement acquises. Votre défaut est là.

          • Malhonnête ? bon…
            Je pense que vous devriez aller consulter, car avoir un tel pessimisme chevillé au corps, une telle obsession et un tel fantasme de l’apocalypse dans votre esprit, ça mériterait un (voir plus) petit tour chez le psy.
            J’espère que pour être honnête et pour paraphraser un peu un internaute érudit, vous ne prenez pas une douche chaude par jour, ne faites pas vos courses sur internet, n’utilisez aucun moyen de transport à énergie fossile, cultivez vous-même vos légumes et n’utilisez pas de climatisation.

          • Et donc on devrait cessez toute critique d’une chose du moment qu’on l’utilise ?
            Ninja, vous êtes à raz, le sophisme « tu quoque » est totalement inutile ici.

        • Pour la pauvreté je ne sais pas, pour la famine c’est très vrai en % de population mondiale, beaucoup moins en nombre absolu (même s’il y a baisse légère aussi en nombre absolu, elle est beaucoup moins spectaculaire), comme s’il existait un volant irréductible qui varie de 800 M à 1.2 MM d’individus (selon les années) que le système ne sait pas nourrir. Dans le lien ci-dessous, vous pourrez par contre constater comment la faim dans le monde peut bondir de 5% (soit quand même 350 M d’individus) après la crise des subprimes, ce qui en dit long sur la fragilité du système. Pour mémoire c’est l’Asie+Inde qui comptent le plus de crève-la-faim avec près des 2/3 et grosso modo l’Afrique pour le dernier 1/3.
          https://www.les-crises.fr/la-faim-dans-le-monde/
          Concernant la paix/la guerre, j’ai retrouvé ça qui est plutôt bien fait mais ne couvre que la période récente (mais trop de blabla parfois) :
          http://visionofhumanity.org/app/uploads/2017/06/GPI17-Report.pdf
          et ça, qui couvre une période plus longue :
          http://www.slate.fr/story/96245/monde-chaos-paix
          dès que je retrouve l’étude que j’avais lue sur la cyclicité de la morbidité liée aux conflits et génocides au cours de l’histoire longue, je vous la link.
          Par contre Ninja, vous admettrez qu’après la 1ère guerre mondiale, tous s’accordaient pour dire « plus jamais ça », la der des ders », etc. (à part l’état major allemand humilié) ce qui n’a pas empêché de remettre le couvert 25 ans plus tard. Or il ne faut pas oublier que pas mal de conflits majeurs prennent leur source dans des phases de profonde dépression économique. De la même manière que l’insouciance du boom économique des années 20-30 ne disait rien sur le conflit à venir, je ne pense pas que la situation relativement calme actuellement dise grand chose sur les années à venir. D’où pourrait venir l’étincelle ? Tensions sur l’approvisionnement énergétique ou agricole ? Endettement public/privé stratosphérique ? Retour des partis extrémistes aux manettes du pouvoir dans les pays occidentaux ? Guerre totale entre réchauffistes et climato-sceptiques 😉 ?
          Donc je suis plutôt d’accord pour dire que monde en apparence/dans les stats ne va pas si mal, mais ce constat court laisse beaucoup trop de sujets sous le tapis qui sont pourtant d’importance capitale.
          PS : je suis d’accord avec Ghtuz, l’explosion exponentielle des inégalités est également inquiétante, non pas pour une histoire de sous ou de SUV, iPhone, etc. mais par les tensions globales que cela crée dans et entre les nations.

  18. @Goupil: je suis bien d’accord, discuter des moyens de production ne suffit pas. Il faut consommer moins. Cela passera par une lutte contre le gaspillage et par l’éco-conception des produits en amont, mais aussi par l’interdiction de l’obsolescence programmée et la généralisation des circuits courts, aussi bien au niveau des marchandises que pour les bassins de vie et d’emploi; c’est donc toute l’organisation du territoire qui est à revoir. Tout ce qui conduit à la spécialisation des territoires, que ce soit les nouvelles métropoles côté administratif et emplois, ou les fermes centralisées d’élevage intensif pour la bouffe, est une catastrophe. Parce que cela nécessite des transports de toutes natures coûteux en énergie. Et je ne parle même pas du commerce international, qui est en grande partie inutile, coûteux, polluant, et ruine la compétitivité des travailleurs locaux dans les pays où la productivité est moindre.

    Au contraire de beaucoup de gens, la décroissance me paraît être une chance à saisir sur le plan social et écologique. Par exemple, c’est bien beau de dire que le pouvoir d’achat fut stable sur les 20 dernières années; mais le calcul ne prend en compte que l’inflation et l’évolution des salaires, et ça ne suffit pas. Comment mettre sur un pied d’égalité financier l’électro-ménager des années 70, où une machine à laver durait 30 ans, avec celui d’aujourd’hui qui lâche en 10-15 ans? Les mobiles actuels, offrant, certes, autrement plus de services que les bons vieux téléphones fixes de la génération précédente, ne sont-ils pas un gouffre financier lorsqu’il faut les changer tous les 2 ou 3 ans parce qu’il y a un composant qui pète? Même sans parler de bouleversement de nos modes de vie, nous avons énormément à gagner de ce côté là, en mettant fin à l’obsolescence programmée et ainsi, à une partie de notre surconsommation. Mais, en effet, c’est incompatible avec le capitalisme, système financier intrinsèquement productiviste. Nous n’irons pas loin tant qu’on n’aura pas admis cette réalité. Les résolutions des cop et autres réunions resteront creuses, parce qu’il n’est pas vrai qu’on fera plonger nos émissions dans un tel contexte.

    • Parce que la guerre de 14-18 a été provoquée par la pauvreté !!! Et aujourd’hui, il n’y aurait plus de massacres, de génocides! Renseignez-vous. Jamais le nombre de personnes fuyant la guerre, la famine, quittant leur pays, prenant des risques insensés n’a été aussi grand. Sur quelle planète vivez-vous?

      • La 2ème guerre mondiale aurait fait environ entre 50 et 85 millions de morts.
        Je ne dis pas qu’il n’y a plus de guerre et que tout est génial, je dis qu’il y a moins de victimes. Dites moi si je me trompe.
        Si vous ne l’avez pas vu ou entendu, écoutez ce vieux Monsieur, comme il le dit lui-même, « avant », il y était => https://www.youtube.com/watch?v=UUMl_Sp6eb0

        • Comptabilité macabre : 85 millions de morts en 6 ans. Plus de 4M de mort par an uniquement par la pollution en temps de paix depuis combien de temps ?
          Ridicule. N’allons pas sur ce terrain.

        • « Les cardiopathies ischémiques et les accidents vasculaires cérébraux sont les principales causes de mortalité dans le monde, responsables de 15 millions de décès au total en 2015.  »
          « Les bronchopneumopathies obstructives chroniques ont fait 3,2 millions de morts en 2015, tandis que les cancers pulmonaires (avec ceux de la trachée et des bronches) ont provoqué 1,7 million de décès. Le diabète a tué 1,6 million de personnes en 2015, »

          http://www.who.int/mediacentre/factsheets/fs310/fr/

          3 causes et 20 millions de morts par an, principalement liées à notre mode de vie. En 6 ans, durée de la seconde guerre mondiale, cela ferait 120 millions de morts. Et je vous fait grâce des autres maladies dues à notre mode de vie et au merveilleux pétrole

          • Parce que « avant » on ne mourait pas de tout cela non plus ? On mourait aussi d’autres choses qu’on ne connait plus aujourd’hui, comme les intoxications alimentaires (Lactalis c’est peu à coté). C’est vrai que la vie d’aujourd’hui est tellement plus dure et l’air tellement pollué qu’on vit plus longtemps en moyenne…
            Entre temps la population mondiale a été multipliée par presque 3.

          • Ninja,

            Si on vit plus longtemps, c’est à cause
            – baisse de la mortalité infantile : avant, 1 enfant sur 4 décédait avant 5 ans –> hygiène et non pas le pétrole
            – progrès dans le traitement des maladies par la chirurgie, les médicaments : pour ma part, je suis jeune et suis pourtant mort, tué par le mode de vie mais sauvé par la chirurgie.

            Les progrès de l’hygiène et de la médecine ne font que masquer la dégradation catastrophique due au mode de vie.

            Même le QI moyen des pays occidentaux en est affecté.
            http://www.europe1.fr/societe/le-qi-moyen-baisse-dangereusement-dans-les-pays-occidentaux-3396503

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s