Climat

Température mondiale : mars 2018 au 4e rang malgré La Niña

Avec +0.432°C au-desssus de la moyenne 1981-2010, mars 2018 est le 4e plus chaud des archives NCEP-NCAR. Jamais un mois de mars n’avait atteint une telle anomalie avec des conditions La Niña.

Les réanalyses comme NCEP-NCAR intègrent de multiples observations dans un modèle permettant de suivre quasi quotidiennement l’évolution du climat. Les données sont donc immédiatement disponibles, contrairement aux bilans mensuels des stations au sol. Les réanalyses permettent ainsi de se faire une idée des futures annonces des agences comme la NASA, la NOAA et le Met Office qui ne sont pas faites avant le milieu du mois suivant (en l’occurrence à la mi-avril).

Le top 10 des mois de mars les plus chauds

Avec +0.432°C au-dessus de la moyenne 1981-2010,  le mois de mars 2018 est le 4e plus chaud des annales NCEP-NCAR remontant à 1948. Mars 2016 avait été marqué par un phénomène El Niño exceptionnel, mars 2017 par des conditions neutres dans le Pacifique et mars 2010 par un El Niño moyen à fort. Derrière ce trio de tête, mars 2018 se distingue donc comme le plus chaud avec des conditions La Niña.

ncep-ncar mars 2018

Top 10 des mois de mars les plus chauds depuis 1948. D’après NCEP-NCAR.

On peut voir ci-dessous l’évolution de la température mondiale en mars depuis 1948 :

all ncep mars 2018

Anomalies de température mondiale en mars par rapport à la moyenne 1981-2010. D’après NCEP-NCAR.

Le rythme décennal du réchauffement est en hausse constante depuis 1948 en mars. Malgré la baisse logique des températures depuis le pic El Niño de 2016, la tendance décennale 2008-2018 est en hausse. Pour une tendance significative, il est cependant préférable de regarder la tendance sur 30 ans, moins dépendante de la variabilité naturelle : elle est de +0.228°C/décennie sur 1988-2018 en mars.

decadal ncep mars 2018

Rythme décennal de réchauffement en mars. D’après NCEP-NCAR.

L’année en cours pour le moment au 4e rang

Le bilan est provisoire puisque l’on compare ici janvier-mars 2018 à des années complètes. En raison des conditions La Niña, l’année 2018 ne se situe pour l’instant qu’au 4e rang. Les températures de surface de la mer dans la région Niño 3.4 du Pacifique devraient remonter d’ici le milieu d’année pour se diriger vers un niveau neutre.

ytd ncep mars 2018

Le top 10 des années les plus chaudes. 2018 est limitée à janvier-mars. D’après NCEP-NCAR.

Les anomalies régionales en mars 2018

Les anomalies sont très importantes dans certaines portions de l’Arctique et de l’Antarctique alors que l’Eurasie s’est distinguée par des températures inférieures aux normales. En février, un brusque changement de température dans la stratosphère, un événement que l’on appelle réchauffement stratosphérique soudain, a perturbé le courant-jet et les conditions météorologiques naturelles, permettant à l’air froid de s’infiltrer au sud de l’Arctique. Le réchauffement stratosphérique soudain peut perturber les températures des moyennes latitudes sur deux mois. Le dernier événement aurait atteint des niveaux record.

ncep mars 2018

Carte d’anomalies pour le mois de mars 2018.

 

+1,16°C en mars 2018 par rapport à l’ère préindustrielle

On peut remonter plus loin dans le temps, en utilisant les archives de la NASA, et en retenant comme base la période 1880-1899 (représentative de la période préindustrielle). L’anomalie est de +1,16°C en mars 2018, donc sous l’objectif le plus ambitieux de la COP 21 (+1,5°C).

pre ncep mars 2018

Catégories :Climat

Tagué:,

152 réponses »

  1. J’ai pas tout compris à votre post Basile .
    J’ai dit qu’il fallait réduire la population mondiale ? C’est quoi cette aberration ?
    De quelle mesure vous parlez ?

    Basile , vous qui êtes plein de certitudes et vous qui savez tout sur tout , j’aimerai avoir votre avis sur la baisse des t° depuis 2016 , sur l’augmentation du volume de la banquise arctique et sur l’augmentation de la surface de l’antarctique le tout avec un taux de CO2 qui n’a fait qu’augmenter sur la période . J’attends.

    Pour info j’en ai discuté plusieurs fois avec un maitre de conférence , et lui même m’a dit que c’était troublant sauf a reconnaître des perturbations extérieures qui viennent pondérer la hausse des t° du aux GES et la question était dans quelle mesure cette pondération a lieu.

    J'aime

    • Phil je crois que ne vouloir regarder que la baisse depuis 2016 me paraît historiquement et mathématiquement malhonnête puisque cette baisse s’inscrit dans la variabilité observée sur la série longue qui elle va globalement à la hausse. Si on zoome sur la période 2003-2013 on pourrait même dire que la température baisse… sauf que les outils mathématiques à notre disposition disent tous le contraire, de la simple courbe tendancielle, en passant par de la moyenne mobile ou carrément de l’attracteur de Lorenz pour voir s’il y a des points de stabilité dans une série chaotique, tous disent qu’il n’a pas stabilité et qu’il y a hausse.

      J’entends bien le discours du « il faut attendre », soit, mais dans ce cas donnez-nous une dead line claire, sinon autant attendre la saint glinglin qu’il pleuve des grenouilles.

      J'aime

  2. Phil
    Vous avez écrit

    « le problème majeur étant le nombre d’habitants sur terre »…………………………………………………………………………………………….;;

    Si vous êtes convaincus que le problème majeur est le nombre d’habitants sur terre, je ne comprends pas comment vous ne pouvez pas être convaincus qu’il faille le réduire.
    simple logique…(c’est la suite logique du raisonnement « le problème majeur étant le nombre d’habitants sur terre »)

    « J’ai pas tout compris à votre post Basile . »
    Je comprends que votre seul et unique argument (même derrière des tonnes de remise en cause technique) c’est : « peut-être »

    je trouve ça très léger……….je pense que ça nous conduit tout droit à l’accident car nous n’intervenons pas malgré les alarmes nous ne changeons rien (exceptés les premiers à quitter leurs îles parce que l’eau envahit les terres, ceux qui quittent leur village car il n’y a plus de glacier donc plus de rivière, « les cercueils de la FEMA » etc, etc, etc ,etc ,etc ,etc, vous avez raison « Ce qui fait le poison c’est la dose »)

    quand aux variations de température « a court terme », Parmantier à écrit :

    « Vous devriez argumenter sur les données journalières de votre commune, vous seriez peut-être encore plus performant. »

    Merci

    J'aime

  3. Basile , votre post est très intéressant mais il ne réponds pas à la question :

    Basile , vous qui êtes plein de certitudes et vous qui savez tout sur tout , j’aimerai avoir votre avis sur la baisse des t° depuis 2016 , sur l’augmentation du volume de la banquise arctique et sur l’augmentation de la surface de l’antarctique le tout avec un taux de CO2 qui n’a fait qu’augmenter sur la période . J’attends.

    J'aime

    • Phil, comme Ninja, vous dites souvent « l’avenir nous le dira », mais regardez ce graphique.

      Il date de 1988. James Hansen en est l’auteur. Le scénario B est celui qui se rapproche le plus de l’actuel au niveau du CO2 (un tout petit peu plus chez Hansen). Pour 2016, Hansen tablait sut 0.94. Il y a eu au final 0.99. Pas mal, non ?
      Surtout qu’en 1988, des gens qui comme vous disaient « nous verrons bien dans quelques années », il y en avaient sans doute encore plus.
      Sinon, mais vous ne voulez pas l’entendre, la variabilité naturelle surpasse d’une année à l’autre l’impact de la hausse du CO2.

      J'aime

      • « j’aimerai avoir votre avis sur la baisse des t° depuis 2016 , sur l’augmentation du volume de la banquise arctique et sur l’augmentation de la surface de l’antarctique le tout avec un taux de CO2 qui n’a fait qu’augmenter sur la période . J’attends. »
        Je suppose que Basile ne dira pas le contraire. Personne n’a dit que le réchauffent était linéaire. Je vous martèle que la variabilité naturelle surpasse d’une année à l’autre l’impact de la hausse du CO2. Vous avez donc une montée accidentée et pas une pente linéaire, sauf si vous faites une ligne de tendance.

        J'aime

    • Phil, Je me permets d’entrer dans la conversation.

      Je ne comprends pas que vous continuiez à poser ces questions auxquelles il a été répondu maintes fois sur ce blog.

      On a entendu : 2016 n’est pas exceptionnel, c’est à cause d’El Niño. Puis :en 2017, la température chute par rapport à 2016.
      Eh! C’est de la mauvaise foi gratuite ou de l’aveuglement.

      Et pour la banquise, c’est pareil! Vous utilisez un événement pour dire une chose dans un sens puis son contraire dans l’autre. Et vous utilisez des données sur quelques jours pour aller contre des phénomènes qui ont été annoncés depuis plus de 150 ans.

      Pour information, savez-vous combien l’atmosphère contient-elle de ppm d’ Ozone, cette fameuse couche qui protège la vie des rayons ultra-violets?
      Vous verrez qu’un « petit peu » peut faire beaucoup de mal ou beaucoup de bien.

      J'aime

      • Oui oui . La baisse des t° c’est le dérèglement climatique et la hausse le réchauffement.
        Vous faites de l’auto persuasion mélangé à des positions sectaires qui n’acceptent pas le simple questionnement contradictoire.
        Donc la banquise fond le volume diminue , l’antarctique fond la surface diminue et les températures montent . Ca va comme ça ?
        On va tous mourir noyés sous 7 mètres d’eau d’ici 2040 ou cramés avec 6° en plus d’ici 2100.

        J'aime

        • Je ne suis pas trop étonné par votre réponse. Le fait majeur qui devrait sauter aux yeux est qu’Hansen a anticipé dès 1988 une temp aux alentours de 1°C entre 2015 et 2020. Et c’est le cas, vous ne pensez tout de même pas qu’il allait vous annoncer la météo du 1er mai 2018 trente ans en avance…
          2017 devait nécessairement être moins chaude que 2016, comme c’est tjs le cas avec un El Nino majeur. Et 2018 ne battra pas 2016. Le Met Office l’ a annoncé.
          Pour la 10è fois, El Nino peut booster la temp globale de 0.2. La tendance décennale est de 0.18°C. Il faut donc un petit plus que 10 ans pour que la hausse due au CO2 dépasse l’amplitude d’El Nino.

          J'aime

        • Lire, c’est comprendre. De toute évidence, sois vous avez compris ce que j’ai écris, et vous refusez de répondre, soit vous êtes incapable de comprendre et vous ne savez donc pas lire. Dans les deux cas, soit celui qui refuse l’échange, soit celui qui ne peut comprendre, je vous plains.

          J'aime

      • « Eh! C’est de la mauvaise foi gratuite ou de l’aveuglement. »
        Oui, d’autant que depuis la fin du el Niño de 2015/2016, il y a eu 2 épisodes la Niña dont l’un est toujours en cours… mais ceux-ci n’arrivant plus à endiguer la montée des températures, l’explication tient en ce que le système soit toujours sous son influence. Le tout revenant à : pile je gagne, face tu perds. 😉

        J'aime

  4. Goupil , la baisse des t° n’est pas corrélée avec la hausse du CO2. Cela oblige à regarder les éléments extérieurs plus puissant que le CO2.
    Toutefois votre raisonnement se tient , il est même très argumenté et intelligeant. Je vais dire  » peut être  » ( j’adore agacer Mr Basile) que la tendance future sera encore à la hausse.

    Qui avait prévu la baisse des t° depuis 2016 ? pas grand monde.
    Comment auriez vous accueilli quelqu’un sur ce forum qui serait arrivé en 2015 et qui aurai dit : les t° vont grimper encore en 2016 puis elles vont baisser « . ? vous auriez dit , c’est impossible , ce n’est pas mathématique et ce n’est pas ce que prévoit les experts ( tout au moins ceux qui sont publiés). Alors prudence car si c’est le soleil qui influe sur la baisse récente ( et non pas el nina) et bien ça va durer encore .

    2030 . Si les t° globales n’ont pas baissées entre 2016 et 2030 alors le soleil n’y sera pour rien.

    J'aime

    • @Phil: eh bien non, vous vous trompez. On savait tous ici que la température mondiale baisserait après le fort el niño de 2016. Les commentaires de l’époque sur le blog de Johan en attestent. Par contre, ce qu’on ne savait pas, c’est qu’un la niña se développerait 1 an et demi plus tard, alors qu’en 1998 le la niña était apparu quelques mois seulement après la fin du el niño.

      J'aime

      • En fait vous savez peu de chose et faites quand même beaucoup d’erreur de prédiction ( annoncer un événement par inspiration surnaturelle) ce qui ne vous empêche pas d’être condescendant.

        J'aime

  5. Johan , le scenario B prévoyait une t° moyenne en 2017 plus élevée que 2016 et 2018 plus élevée que 2017 . Est ce le cas ? Non . Donc on s’éloigne de sa courbe au fil du temps.
    « Sinon, mais vous ne voulez pas l’entendre, la variabilité naturelle surpasse d’une année à l’autre l’impact de la hausse du CO2. » pourquoi cela ne serait il pas le cas sur du long terme comme par le passé avec une atténuation global en cas de refroidissement naturel à cause du CO2 ?

    J'aime

  6. Des chercheurs de l’Université Technique de Norvège à Trondheim affirment que leur mascotte nationale, l’Elan, émettrait une centaine de kilos de méthane par an par ses rots et ses pets fréquents.

    Je vous laisse , je part chasser cette ignoble bête responsable du réchauffement climatique , faudrait pas que l’elan vole la vedette au CO2 humain .

    J'aime

    • Et ça fait combien comparé aux émissions humaines? Et en équivalent CO2? Parce que si vous voulez ne pas être juste dans la provoc’, c’est cela qu’il faut savoir.

      J'aime

      • De plus, il faudrait rechercher le bilan carbone global de l’élan. Si un élan pète et rote, relâchant du méthane, c’est qu’il a absorbé du carbone. Ce carbone vient des plantes qui elles-mêmes ont absorbé du CO2. La boucle est bouclée. Le problème n’est pas l’émission de carbone en soit, mais le déstockage de ce qui a été accumulé pendant des centaines de milliers, voire il y a des centaines de millions d’années.

        J'aime

        • Oui, mais le méthane est nettement plus puissant que le carbone, comme gaz à effet de serre, et n’est pas absorbé par les organismes photosynthétiques, à ma connaissance. De plus, il est bien moins soluble que le CO2 dans les océans. Par contre, sa durée de vie est plus courte. Après, il suffit de voir l’évolution de la teneur atmosphérique en méthane depuis 800000 ans et sur le dernier siècle pour se rendre compte à quel point la remarque de Phil est à côté de la plaque.

          J'aime

      • Les élans sont là depuis des millions d’années, il y avait même toute une mégafaune qui a disparu lors de la dernière glaciation. Pourtant, et ne vous en déplaise, le taux atmosphérique de méthane n’a jamais dépassé 800 ppb (partie par milliard) depuis 800000 ans. Brusquement, en mois de 2 siècles, nous voilà rendu à 1800 ppm. Et vous évoquez la faute de l’élan! Vous ne savez vraiment plus quoi dire…

        J'aime

        • Destockage de carbone… les élans ont failli disparaître du fait de la chasse. Je le répète, quelques réintroductions (avec un prédateur pour réguler) et quelques lois et le tour est joué, mais ça ne changera pas grand chose.
          Pour le méthane, on ne va pas accuser le fraking non plus. C’est aussi trop anthropique.

          J'aime

    • [détente] À bicyclette et arc/flèches pour atténuer votre empreinte carbone, je l’espère – il y a toujours les fermes-usines, plus proches. Sinon, pêtez un coup, ça ira mieux. 🙂

      J'aime

  7. J’en rajoute une couche.

    Au secours! la Terre se refroidit.

    01/04/2018 : 0,524°C au-dessus de la moyenne 1981-2010
    02/04/2018 : 0,467°C
    03/04/2018 : 0,458°C
    04/04/2018 : 0,347°C

    sources : global climat : températures mondiales.

    J'aime

    • Eh oui… sur les dizaines de paramètres climatiques mesurables selon diverses méthodes et à diverses échelles de temps et d’espace, il s’en trouve logiquement statistiquement toujours un pour frémir très provisoirement dans le sens défendu par nos valeureux sceptiques, qui se jettent dessus comme des morts de faim. Une dose d’erreurs ou de mensonges ou d’interprétation bien orientée par dessus tout ça, et le tour est joué! Par exemple, affirmons que l’hiver 2017-2018 fut très froid par chez nous; c’est complètement faux, mais qu’importe. Le dernier évènement neigeux a assez marqué les esprits pour tenter le tour de passe-passe. Ensuite, disons que l’extension totale des banquises repart à la hausse, sans préciser que c’est après avoir explosé tous les records de fonte ces dernières années. Arrêtons-nous lourdement sur le départ poussif de la saison cyclonique de 2017 dans l’Atlantique nord. Cela tombe bien: le nombre, la puissance phénoménale des ouragans et les records extraordinaires qui s’apprêtent à tomber ne sont encore qu’un futur très proche…

      J'aime

      • C’est incroyable comme il est prétentieux le jeune padawan écolo-gaucho-condescendant.
        Mr Maignial, pardon, « Grand Maître Maignial », brillant étudiant en biologie moléculaire de 24-26 ans (un génie en fait) prend son petit air supérieur par rapport aux « valeureux sceptiques », et nous prédit dans un futur très proche  » le nombre, la puissance phénoménale des ouragans et les records extraordinaires qui s’apprêtent à tomber ».
        Rien que ça !
        Et bien on va attendre gentiment, et j’espère que c’est pour cette année, car « futur très proche », c’est très proche.
        Je scrute déjà le ciel.

        Respect à Phil qui a supporté la condescendance de la meute de prétentieux sans broncher.

        PS : je sais, j’ai craqué, j’ai pas attendu 7 jours. C’est pas bien

        J'aime

        • Ninja, ne soyez pas stupide, nous ne pouvons pas plus prévoir que vous, mais dans votre attentisme légendaire il y avait, comme emballé, le sentiment de pouvoir le faire en attendant une année aussi plate que les autres. Voulez-vous que l’on recherche quelques uns de vos commentaires début 2017, portant sur la critique d’un production estampillée AlGore prévoyant les ouragans que vous ne voyez pas venir ?

          J'aime

          • Je ne suis pas assez calé (logique, puisque stupide) pour comprendre le charabia de votre première phrase.
            Al Gore est businessman qui a raconté de grosses conneries. Ça a marché 1 fois (j’ai couru même…), mais la deuxième fois ça a fait un flop monumental.

            PS : la meute se forme, le louveteau est bousculé, le grand mêle surgit.

            J'aime

            • Mais relisez vos commentaires et vérifiez la liste des ouragans de l’année dernière et leur force au lieu de répondre à coté de la plaque en jouant les Caliméro ; puis concluez nom de nom !

              J'aime

              • Ghtuz,
                1) Je me fous de vos injonctions.
                2) J’ai d’autant moins de considération que vous faites bloc pour défendre des tirades lyriques ridicules (faut vite prévenir Macron, Trump et tous les autres que l’humanité va crouler sous les ouragans à la puissance phénoménale et les records extraordinaires fort probablement dès cette année, histoire qu’on soit prêt…).

                J'aime

                • Ghtuz,
                  Il y a eu 3 ou 4 ouragans vers septembre de l’année dernière, et vous me parlez de cela donc.
                  Le plus médiatisé a bien sûr été Irma, et voilà ce que j’en pense : c’est pas de chance, il est passé pile là où il ne fallait pas. 100 km plus loin ça aurait été différent. Alors les JT se sont emparés de l’affaire et notre ministre Hulot, aidé du présentateur Delahousse, a saisit la balle au bond dans un climat d’émotion forte pour dire une connerie dont il a le secret : « à force de ne pas regarder la réalité en face, elle finit par nous rattraper ».
                  Spencer a poussé plus loin l’analyse (heureusement…) en démontrant que des ouragans comme celui-là il y en a eu d’autres et il ne fut pas le plus intense enregistré, surtout pour le Américains.
                  En même temps, construire des baraques en bois en plein sur la route des ouragans, c’était pas le mieux, mais il y a eu moins de 10 morts il me semble, alors que dans les années 1800 et quelques, un ouragan avait fait plus de 20.000 victimes. Finalement, le développement et la technologie issue de l’énergie fossile, pour la prévention et la résilience, ça a du bon non ?
                  Quant à ce qui s’est passé les siècles précédents, ça a peut-être été pire ponctuellement.
                  Il y a eu aussi les inondations de Houston, mais n’importe quel idiot comprendra qu’avec des millions d’ha là où il n’y en avait que quelques centaines il y a moins de 150 ans, ça fait forcément plus de dégâts. Surtout quand on a bétonné partout et construit en zone inondable. Et puis, le record de hauteur d’eau dans Houston date de 1935 (toujours selon Spencer qui ne rate jamais de renvoyer dans leur cordes les catastrophistes).
                  Donc il y a eu une période de calme et ça s’est réveillé, comme au bon vieux temps. Un peu comme la neige en février, on n’était plus habitué après 5 années sans.

                  En attendant, vous avez prévenu Macron pour les « ouragans à la puissance phénoménale et les records extraordinaires » ? Parce que là, ça urge. merci.

                  J'aime

                • « Il y a eu 3 ou 4 ouragans vers septembre de l’année dernière, et vous me parlez de cela donc. »
                  Oui et uniquement de cela.

                  Harvey August 17 – September 1 Category 4 hurricane
                  Irma August 30 – September 12 Category 5 hurricane
                  Jose September 5 – 22 Category 4 hurricane
                  Katia September 5 – 9 Category 2 hurricane
                  Lee September 15 – 30 Category 3 hurricane
                  Maria September 16 – 30 Category 5 hurricane

                  Le reste ne m’intéresse pas.

                  J'aime

                • Et bien même si ça ne vous intéresse pas, dites-moi Ghtuz où se trouve l’influence du CO2 dans ce graphe d’énergie cyclonique mondiale ? Ou même, plus simplement, l’influence du réchauffement « sans précédent » ?
                  On remarquera qu’en 2017, malgré Irma & Cie, ce n’était pas pire qu’en… 1972 !

                  PS : Je m’attends malgré tout à un très gros pic dès 2018 si j’en crois Maignial, même si à priori, à vue d’œil, c’est pas gagné. Attendons pour voir…

                  J'aime

                • Ninja, l’équation du forçage radiatif donnée par Johan Lorck est:

                  variation de forçage thermique= 5,35 ln(C/C0)

                  Est-elle juste ou pas?

                  Le taux de CO2 actuel (C dans l’équation) est d’environ 410, et celui des années 1850 (C0) est d’environ 280. Vrai ou faux?

                  Le résultat de l’équation donne alors environ 2w/m². Vrai ou faux?

                  Multipliez par la surface de la Terre et si vous êtes d’accord avec ce qui précède, calculez la puissance du forçage.

                  Si vous voulez en déduire la quantité d’énergie stockée, il vous suffit de multiplier par 3600 puis par 24 puis par 365 et vous aurez en Joules l’énergie recherchée.

                  Où est passée cette énergie dont vous niez l’existence?

                  Les calculs nécessitent un niveau seconde voire première en mathématiques. Avec votre bac+2, vous êtes parfaitement apte à éviter les pirouettes et me fournir de vraies réponses. Il s’agit d’un simple calcul à la Feynman.

                  Quatre points d’interrogations, j’attends quatre réponses.

                  Mais si vous vous sentez mal à l’aise, j’imagine que vous allez me pondre un lien ou émettre un peuh!!! ou encore une autre diversion.

                  J'aime

                • Toujours cette désobligeance…
                  Et vous que pensez-vous du graphe que j’ai mis juste au-dessus concernant l’énergie cyclonique de 2017 en réponse à Ghtuz ?
                  Aussi, pourquoi ne réagissez-vous pas à cette tirade : « le nombre, la puissance phénoménale des ouragans et les records extraordinaires qui s’apprêtent à tomber ne sont encore qu’un futur très proche… » de votre autre compère ?

                  Donc pour en revenir à votre question concernant le forçage thermique, comme je vous l’avait déjà dit, je suis une buse dans ce genre de calcul et je ne chercherai pas. Votre équation, je ne la connais pas et puisque je vous sens faire le malin, je doute très fort que vous maîtrisiez tout ce qu’il faut pour pouvoir l’utiliser et faire des prédictions avec ça.
                  Bourdeau a sans doute bien raison quand il dit que certains ici (dont vous à priori) on appris (mal) quelques notions à l’université, mais qu’ils ne les maîtrisent pas.
                  Quand bien même, votre communication pour convaincre (ou éradiquer ?) ceux qui ne vous suivent pas dans vos délires consisterait à poser des questions de ce genre, sachez qu’elle est inefficace, et qu’elle ne peut que renforcer vos contradicteurs à se braquer.

                  Je suis entrain de m’infuser le bouquin de Gervais (l’innocence du carbone) qui lui a un tout autre CV que le vôtre, et il étrille les modèles climatiques dont certains prévoient des augmentations de température de 0,2°C à 6,4°C dans le cas d’un doublement du taux de CO2. Il y a juste un facteur de 32. C’est à ça que servent vos grand calculs et petites formules ?????

                  J'aime

                • Pour Ninja:
                  4 questions, aucune réponse.
                  une pirouette.  » je suis une buse dans ce genre de calcul et je ne chercherai pas. ». Si vous avez bac +2 comme vous l’affirmez, vous avez les compétences pour effectuer le calcul.

                  « Mais si vous vous sentez mal à l’aise, j’imagine que vous allez me pondre un lien ou émettre un peuh!!! ou encore une autre diversion. »

                  Et oui, vous êtes mal à l’aise devant les preuves factuelles. Vous n’avez rien contesté et arguez de votre pseudo incompétence. Vous êtes donc un véritable troll. Car je ne peut penser que vous soyez de bonne foi.

                  J’ai donc ma réponse

                  J'aime

                • De toute façons entre vous et moi, c’est un dialogue de sourd, vous et la meute ne répondez pas plus à certaines de mes questions.
                  Donc ça fait de vous un autre troll j’imagine.

                  J'aime

                • Ninja: Vous prétendez ne pas avoir le niveau pour faire une multiplication, ne pas savoir combien il y a de secondes en 1 heure, d’heure pas jour, de jour dans l’année et vous prétendez donner des cours de climatologie! Vous préférez vomir plutôt qu’ argumenter sur les faits. Pitoyable!

                  J'aime

                • Je crois qu’il y a déjà beaucoup de réponses à vos questions ou objections. Pour ce qui est de cyclones tropicaux, la tendance n’est pas claire, comme le montre l’indice ACE que vous avez posté. Il n’y a pas de tendance à une augmentation des cyclones pour le moment. Les scientifiques s’attendent en revanche à ce qu’ils deviennent plus intenses en lien avec les températures de surface de la mer et soient davantage susceptibles de délivrer de fortes pluies (en raison d’une plus grande humidité). Un indice sur les cyclones tropicaux au niveau global montre qu’il y a déjà une augmentation de l’intensité des plus forts cyclones, mais pas des cyclones de faible intensité. Voici un graphique tiré de Elsner (2008) qui montre clairement l’augmentation de la vitesse des vents pour les plus puissants:
                  null

                  J'aime

                • Un question m’est passé par la tête aujourd’hui : la formule de forçage radiatif dont me parlait Parmentier (avec son élégance et sa tolérance habituelle – j’en ai marre de me retenir avec les cons), est-elle gravée dans le marbre ? Je me demande si les choses sont aussi simples que « 5,35 ln(C/C0) ». Il faudrait demander à des spécialistes (des vrais), car peut-être qu’il faut intégrer d’autres paramètres. Moi, buse parmi les buses, je pense que cette équation n’explique pas tout. Je tâcherai de me renseigner.
                  (Pas la peine de me baver dessus, et pour info je n’ai pas non plus à obtempérer aux injonctions de tel ou tel qui tape du pied).

                  J'aime

                • ΔF = 5.35 ln (C/Co)… le « ln » de la formule, c’est parce que la relation entre le dioxyde de carbone et le forçage radiatif est logarithmique : des concentrations accrues ont un effet de réchauffement progressivement plus petit. Je m’en suis expliqué dans l’onglet « Effet de serre et réchauffement climatique ».
                  Il s’agit du calcul lié au forçage du CO2, qui permet de comparer le CO2 avec d’autres forçages, comme le soleil.
                  Si vous voulez intégrer d’autres forçages, cela s’ajoute à cette équation ΔF = 5.35 ln (C/Co).
                  Par exemple, avec un passage de 280 à 410 ppm, on obtient l’équation suivante :
                  ΔF = 5.35 ln (410/280) = 2 W m-2
                  Notez que cette équation n’explique pas tout puisqu’elle ne concerne que le CO2.
                  Si vous voulez ajouter un forçage solaire supplémentaire de 1 W m-2, par exemple, cela s’ajoute aux 2 W m-2.
                  L’incertitude qui vous intéresse, il me semble, concerne plutôt l’impact de ce forçage sur la température.
                  On parle alors de la sensibilité climatique, qui est l’estimation de la sensibilité du climat à l’augmentation du forçage radiatif. On peut l’exprimer par l’équation suivante : ΔT = λ * ΔF
                  Où « ΔT » correspond à l’augmentation de la température ; « λ » est la sensibilité climatique ; « ΔF » le forçage radiatif en Watts/m2.
                  Le dernier rapport du GIEC estime que la sensibilité climatique se situe entre 0,54 et 1,2°C /(W/m2).
                  Avec le forçage actuel (2 W m-2), on obtiendrait donc la hausse de température suivante :
                  ΔT = λ * ΔF = (0,54 à 1,2)*2 = 1,08 à 2,4°C.

                  J'aime

                • Merci JL.
                  la vision de Spencer => http://www.drroyspencer.com/research-articles/global-warming-as-a-natural-response/ (en Français pour ceux qui comme moi ont la flemme de lire l’Anglais => http://translate.google.com/translate?sl=en&tl=fr&u=http%3A%2F%2Fwww.drroyspencer.com%2F ).
                  Ce que je pense (et ce n’est pas un insulte, juste une manière de parler) c’est qu’ici vous êtes complètement barjots avec cette histoire de réchauffement par le CO2. Vous en faites des gigatonnes dans le catastrophisme en allant chercher toutes les études Américaines les plus catastrophistes et en ne mettant le réchauffement que sur les 20-25ppm de CO2 anthropique. Avec vos calculs simplistes pour croyez imaginer prévoir la température à 80 ans. Barrés de chez barrés ! Le coup du « nombre, la puissance phénoménale des ouragans et les records extraordinaires qui s’apprêtent à tomber ne sont encore qu’un futur très proche » que vous semblez accepeter sans broncher me sidère.
                  J’imagine que le système climatique est bien plus compliqué et chaotique avec les nuages, le vent, les pressions, l’humidité, etc…
                  Avec ça vous êtes dans la mouvance officielle et faites peur aux crédules.
                  Cette histoire de réchauffement par le CO2 de l’homme est à mon avis une méga-arnaque, qui est devenue pour beaucoup un support pour leur carrière. Et puis, c’est tellement facile de fédérer les gens autour du thème « il faut sauver la planète et c’est de notre faute ».
                  Bien plus important me semblent être les problèmes de pollutions des océans, de notre environnement et de gestion des ressources naturelles. L’augmentation de la population mondiale me paraît être aussi un thème important à évaluer.
                  Le comportement des 3 ou 4 zigotos ici quand on n’est pas d’accord avec eux me semble aussi très suspect. il y a des consulations chez le psy qui se perdent à mon avis.

                  J'aime

          • GHTUZ : nous ne pouvons pas plus prévoir que vous.
            Alors nous avons aussi le droit de nous exprimer et d’être respecté.

            Ninja : je prends sur moi mais qu’ils sont obtus. Pas grave la réalité des relevés devront un jour ou l’autre les faire réfléchir . Il est clair que la baisse des t° depuis 2016 ne les arrange pas .

            J'aime

    • À ce rythme, c’est plutôt une autre couche qu’il nous faudrait cet été.
      Ceci dit, si du jour au lendemain le CO₂ retombe à 280ppm, je me demande bien si cela serait effectivement aussi brutal (avec les évènements météo extrêmes déjà scénarisés).

      J'aime

      • Merci pour le compliment Maignial. Ce qui vous embête c’est quand on se contente de relevés actuels qui ne vont pas dans le sens de vos théories. Ex ; augmentation du volume de la banquise arctique. Et la vous allez jusqu’à m’expliquer que c’est à cause des glaciers qui fondent et qui glisse dans la mer ( en pleine hiver arctique lol) . Je vais tous les ans faire un treck en montagne et quand je constate visullement ou sur une carte IGN la fonte d’un glacier , je peux vous dire qu’il n’y en a pas un seul qui se détache d’en haut et qui glisse vers la vallée . Au contraire , le glacier rétrécie par le bas vers le haut. Alors vos grandes théories qui essayent de justifier d’autre grandes théories qui sont de plus en plus éloignées de la réalités finissent par devenir de plus en plus pompeuses .

        J'aime

  8. Mais tout chauffe Ghtuz le bleu qui semble majoritaire sur la carte est un dérèglement climatique du au réchauffement et le orange un réchauffement climatique très important . Pas besoin de se poser la question pour l’air , c’est pareil.

    J'aime

    • Premièrement, cette carte est un planisphère. Ce qui signifie que les régions polaires, en particulier l’océan austral qui a des SST « bleues », sont disproportionnées par rapport aux régions tropicales et équatoriales qui sont, elles, majoritairement jaunes en dépit de l’actuel « la niña ».

      Deuxièmement, la base de référence est 1985-2006. On ne remonte donc pas bien loin dans le temps, ce qui explique peut-être que l’impression soit très différente avec les cartes de la NASA: https://podaac-tools.jpl.nasa.gov/soto/?layers%255B%255D=jpl_ourocean_l4___sst___36000_x_18000___daynight#b=BlueMarble_ShadedRelief_Bathymetry&l=jpl_l4_mur_ssta___ssta___36000_x_18000___daynight(la=true),GHRSST_L4_MUR_Sea_Surface_Temperature,MODIS_Aqua_CorrectedReflectance_TrueColor,modis_aqua_l3_chla_daily_4km_l___chlorophyll_a___8640_x_4320___daynight&ve=-333.98177496038033,-100,98.98177496038033,100&pl=false&pb=false&d=2018-04-04&ao=false&as=2018-03-28&ae=2018-04-04&ass=1/day&afr=500&tlr=days

      J'aime

      • … Pour mieux illustrer cette histoire de planisphère: sur de telles cartes, le Groenland apparaît aussi grand que l’Australie. En réalité, il est 11 fois plus petit…

        J'aime

      • La carte ne plait pas à Monsieur Maignial car elle fait trop ressortir le bleu du fait qu’elle se présente sous forme de planisphére. Ce serait du orange il aurait dit carte parfaite. Monsieur Maignial contactez donc la NOAA ( site favori des défenseurs du GIEC) pour vous plaindre.
        Vous ne voyez pas el nina sur la carte ? moi je le vois , Mais je suis surement comme NINJA je dois être stupide aussi.

        J'aime

        • @phil: ça résume assez bien nos échanges: j’argumente, vous faites des pirouettes. D’où un agacement croissant de ma part…

          Je vous explique pourquoi la représentation sous forme de planisphère vous donne l’impression que le bleu est majoritaire, alors que ce n’est pas le cas. Quant au la niña, je le vois très bien, ce qui n’empêche pas que le jaune est ultra-dominant dans les régions inter-tropicales: deux tiers de ces régions sont à anomalies chaudes, malgré le la niña. Si vous ne le voyez pas, je ne peux rien pour vous et je m’explique mieux que vous ne compreniez rien à ce que je raconte.

          J'aime

  9. Pourtant tout droit sortie d’un de vos sites préférés : NOAA.
    Quand la réalité s’éloigne de vos théories , vous ne trouvez rien à dire . Vous en venez même à critiquer vos sources .
    Tiens je vais remettre le post qui traduit bien ça , ci dessous.

    J'aime

  10. Merci pour le compliment Maignial. Ce qui vous embête c’est quand on se contente de relevés actuels qui ne vont pas dans le sens de vos théories. Ex ; augmentation du volume de la banquise arctique. Et la vous allez jusqu’à m’expliquer que c’est à cause des glaciers qui fondent et qui glisse dans la mer ( en pleine hiver arctique lol) . Je vais tous les ans faire un treck en montagne et quand je constate visullement ou sur une carte IGN la fonte d’un glacier , je peux vous dire qu’il n’y en a pas un seul qui se détache d’en haut et qui glisse vers la vallée . Au contraire , le glacier rétrécie par le bas vers le haut. Alors vos grandes théories qui essayent de justifier d’autre grandes théories qui sont de plus en plus éloignées de la réalités finissent par devenir de plus en plus pompeuses .

    J'aime

    • « Ce qui vous embête c’est quand on se contente de relevés actuels qui ne vont pas dans le sens de vos théories. Ex ; augmentation du volume de la banquise arctique. »
      Ah bon ? Voyons-voir ça :
      null
      Si vous voyez que la banquise augmente, c’est que vous avez dû regarder le graphique à l’envers…
      D’après le NSIDC, l’étendue des glaces de mer dans l’Arctique en mars 2018 a été de 14,30 millions de kilomètres carrés, soit le deuxième plus bas des relevés satellites de 1979 à 2018. Soit 1,13 million de kilomètres carrés sous la moyenne de 1981 à 2010.

      J'aime

  11. La surface diminue mais le volume augmente. C’est bien plus important le volume que la surface.


    Si vous voyez que le volume diminue , c’est que vous avez du regarder les graphiques dans le mauvais sens ……

    J'aime

  12. Phil,
    Je crois que Maignial ne critique pas la source mais certainement l’interprétation que vous devez en faire , je dois avouer cependant que je ne comprend pas l’interprétation que vous en faite, c’est pour répéter encore une fois (on doit être à 10 ou 15) que les températures baissent après les records?

    Quelle intérêt cette répétition musclé, maintes fois démontée?

    J'aime

  13. Je vous parle volume , vous me répondez surface ce qui ne vous empeche pas de balancer la petite phrase pleine de supériorité :
    – » c’est que vous avez du regarder le graphique à l’envers …..  »

    Je qui prouve que l’évolution du climat ne va pas dans votre sens actuellement et que cela vous agace . Votre nervosité se ressent dans vos réponses.

    J'aime

    • Oui, un rebond sur un mois et ça parle tout de suite climat… Phil, l’énervement tient plus dans votre faculté à vous épandre dans tous les sens à répéter inlassablement la même chose sans prendre en compte un seul instant des explications qui vous sont donné en réponse. Si c’est la confrontation directe pour mettre les nerfs à vif ici, il est possible que vous touchiez au but.

      J'aime

      • Et oui, Ghtuz, pour revenir sur les STT, voilà l’archive de la NOAA pour février :
        null
        Phil y voit une tendance au refroidissement… Effectivement, ça se refroidit depuis le record de 2016. Février 2018 à la 7è place des STT en février. L’archive remonte à 1880. Cela laisse donc 132 mois de février plus froids que février 2018 sur un total de 139.

        J'aime

        • Et pour répondre sur le rebond de volume sur les données de DMI comparativement à PIOMAS, la dérivation de la neige pourrait être en cause, les mois de février et mars ont connu la grosse poussée d’air doux et des tempêtes (je l’avais fait remarqué à Bourdeau) et il est possible que les mouvements aient provoquée des crêtes en brisant la banquise et la neige de finir par la recouvrir.

          J'aime

  14. Mr Lorck, est-il possible de poster une petite vidéo de mon ordinateur pour observer à l’œil directement la disparition du volume de la banquise arctique?

    Cela vient des satellites de la nasa mais je n’aime pas la version présenté car il y une coupure en milieu de vidéo où ils reviennent dans le temps (ils font repartir la vidéo à « May 1991 »), je trouve ça confus, cela peut faire penser à une subite remontée de volume, en observant bien, je me suis permis de la remonter et de l’éditer pour la regarder correctement dans son intégralité (1984-2016)

    Un lien de l’original, pour plus de clarté allez à 1.16min = May 1991
    En dédicace aux commentaires douteux « la pause du réchauffement des années 2000 »

    On peux VOIR le volume disparaitre (c’est peut-être plus facile comme ça)

    J'aime

    • Pas de problème pour cette vidéo, Basile. On peut y voir ce qui est peut-être le plus important : l’âge de la glace. La glace de plus de 2 ans d’âge a connu une baisse dramatique ces dernières années. En ce sens, l’extension ne dit pas tout. La surface restante est d’autant plus fragile que le pourcentage de glace de plus de 2 ans est réduit.La prochaine phase de réchauffement soutenu pourrait faire mal.

      J'aime

    • Information totalement truquée. J’ai deux plans d’eaux dans mon jardin et à un moment, ils ont été gelés. Ils n’apparaissent pas sur la vidéo. Vite Ninja, Phil, réagissez. La banquise est beaucoup plus étendue que ce que ces fallacieuses vidéos cherchent à nous faire croire.

      J'aime

      • On dit quoi dans ces cas-là ? mdr ? ptdr ? 😀

        Il me semble qu’on a fait le tour non ? Chacun campe sur ses positions, et ça ne changera pas la face du monde.
        Arrêtez de me citer à tout va, et ça va bien se passer.
        Bonsoir.

        J'aime

        • Ok, ok. Mais peut-être connaissez-vous une saga où un petit garçon à lunettes a osé briser le tabou et provoquer Celui-Dont-On-Ne-Doit-Pas-Prononcer-Le-Nom: Voldemort. Je suggère donc d’éviter de citer des personnes qui n’interviennent pas directement dans le débat, cela évitera de relancer des objections pour lesquelles de longues réponses ont déjà été apportées, en vain.

          J'aime

  15. Bonjour à tout le monde

    Mr Lorck je suis désolé je manque de courage…. l’écrire était peut-être suffisant pour moi, je ne sais plus trop quoi en faire, je vous laisse la responsabilité de poster ou non ce commentaire, de le retirer ou de le censurer car il n’a plus grand chose à voir avec votre article et j’ai bien peur qu’il soit plein d’émotions déplacées.

    Mrs Lorck, Goupile, Ghtuz, Parmantier, Maignial, ou autre je vous propose un autre type d’échange :
    Essayez de me rassurer car pour ma part je suis totalement alarmiste et déprimé, paranoïaque de surcroit. « la lettre d’un paysan » qui résume bien mes angoisses

    https://docuclimat.com/2017/01/25/aux-possibles-survivants-de-la-catastrophe-qui-vient-lettre-paysan/

    Je crois que le problème majeur c’est notre mode de vie et que la solution est évidemment de changer notre mode de vie. Je crois que nous aurons besoin de tout le monde pour changer ce mode de vie (tant de travail), je ne crois pas du tout que nous soyons trop nombreux sur Terre, seul notre mode de vie pose problème.
    Je crois que ceux qui nous gouverne savent très bien les réels dangers du réchauffement à venir et pour solution ils réfléchissent, investissent et mettent tranquillement en application notre mort

    Les médias à leurs services ne font que décrédibiliser le travail des scientifiques en exagérant les faits

    témoignage d’un amis « oui mais tu sais on nous dit tout le temps que c’est une catastrophe alors que il ne se passe pas grand chose »………..
    Évidemment, Si on nous dit que l’eau va monter de 7m en 2040 et qu’en fait on prend que 30 cm en 10 ans on peux se dire « ils exagèrent (les journalistes) c’est pas si grave » mais Si on prend 30cm en 10 ans c’est clairement une catastrophe….

    J’ai 40 ans, j’ai été officier de marine marchande puis enseignant (lycée maritime)
    (Je suis content d’avoir embarqué sur le Marion Dufresne pour voir et comprendre l’aventure de la recherche d’un peu plus près)

    A la fin des années 90, la simple phrase
    « les changements mesuré sur des milliers et des milliers d’années se sont produit en quelques dizaines d’années » m’a suffit à comprendre que nous étions dans une situation très alarmante.

    Exactement comme si un matin le lieutenant de quart me dit que le baromètre est descendu de 1025 à 850 de 00h à 08h, il est peut-être 09h maintenant et le baromètre continu de descendre ha c’est sûr qu’on a jamais rien vu de tel même les anciens sont incapable de savoir l’ampleur de ce qui va nous arriver, on commence à prendre quelque rafales mais le noir intense de la tempête est à venir, on ne sait pas trop à quelle heure mais c’est pour aujourd’hui (si une journée c’est un siècle), c’est comme ça que je nous voit…..
    Nous sommes sur un bateau (c’est notre société mondiale) et nous allons dans la tempête, plus on change de cap (mode de vie) tard plus on sentira les effets mais là on ne change pas de cap et ceux qui habitent à la passerelle (Chief staff, Armateurs et « nobles »modernes) on décider d’envoyer le bateau dans la tempête, ils ont les embarcations de sauvetages toutes prêtes, ils ont un nouveau bateau en construction mais je crois que ça ne les sauveras même pas, je crois que la tempête est si violente qu’elle les emportera eux aussi, à l’image des banques de graine qui ont déjà connus des inondations…

    A mon sens il faut être fous aujourd’hui pour ne pas VOIR cette tempête arriver, le fait que aucun gouvernement ni aucune institution de grande ampleur ne propose de débat pour changer notre mode de vie………me fait penser obligatoirement qu’ils ont décidé de laisser arriver la tempête, ils nous endorment en attendant qu’elle soit là, ils ont opté pour NOTRE MORT A GRANDE ÉCHELLE! ils ne s’en cachent presque plus, voir Bill Gates et les vaccins, étude récente OGM avec des photos très intéressantes de rat cancéreux, premiers symptômes APRÈS trois mois de traitements et…..la durée des test pour savoir si c’est nocif pour l’homme? : 3 mois. Ça veux dire que ceux qui nous gouvernent contrôlent jusque là? (plus d’indépendance possible de la part des institutions d’états censé nous protéger?)
    Qu’est ce qui nous reste pour agir? Je vois la porte de sortie qui se ferme de plus en plus vite.

    J’admire votre optimisme Mr Lorck quand vous croyez que nous pouvons encore nous en sortir en dessous de 2°

    J’ai plein de certitudes mais je ne crois pas tout savoir sur tout bien sûr, je remet beaucoup en question tout le temps c’est très fatiguant je m’en passerai bien.
    Oui j’ai moi aussi des doutes sur l’honnêteté du GIEC mais dans l’autre sens…
    Pourquoi se focaliser sur l’atmosphère (écrits, médias, budget aussi peut-être?) alors qu’elle ne représente avec les terres que 7% du contenu de chaleur en trop? Pourquoi ne pas focaliser beaucoup plus sur les Océans qui prennent 93% de chaleur en trop et qui sont sans doute LE régulateur des température de surface de la Terre?
    Quels rôles joue le co2 dans les mers? le mesure-t -on dans les mers ou est-ce une estimation statistique?
    Est-ce qu’il amplifie l’inertie thermique de l’eau?
    Est-ce qu’on arrive à modéliser l’évolution de températures des Océans? si nous arrêtons d’émettre du CO2 avons nous une bonne idée de ce qui se passe dans les Océans? J’en doute très fortement. Je crois que l’inertie des Océans nous échappe et que nous ne sommes qu’au tout début des effets du réchauffement.
    Pourquoi tant de divergences sur « le retard des effets du co2 » j’ai lu 50 ans, 20 ans 10 ans, d’où ça vient ces chiffres? qu’est ce que ça veut dire exactement? que aujourd’hui nous ressentons les effets de 1970? ceux de 1990?

    J’observe sur les courbes historiques de température que chaque période de réchauffement se finit plutôt violemment par une glaciation.
    Si ce sont les cycles astronomiques qui sont le moteur, pourquoi une telle violence par rapport à la douceur de la courbe sinusoïdale des cycles astronomique?

    Et je me dis « peut-être ». Peut être que la fin des réchauffements c’est un emballement (même naturel) qui se finit par une ouverture de l’atmosphère et un air vraiment très froid qui arrive à la surface et gèle tout ce qu’y s’y trouve….
    Il faudrait que vous arriviez à me contredire la dessus, je n’arrête pas d’y penser depuis les articles sur le froid stratosphérique de -80 qui descend sur nous, c’est ce qui m’inquiète le plus car respirer l’air à -70° ça veut dire mourir pour nous.

    J'aime

    • Bonjour Basile,
      Voici quelques réflexions – et non des vérités – en réponse à vos interrogations.
      « Je crois que le problème majeur c’est notre mode de vie et que la solution est évidemment de changer notre mode de vie….. La responsabilisation est nécessaire, bien entendu. Malheureusement, il y a eu des abus à ce sujet, visant à culpabiliser l’individu et à en faire le seul responsable de la pollution. Le tournant a eu lieu je crois dans les années 2000 avec l’appel aux gestes « écolo-citoyens » comme éteindre la lumière en sortant de la cuisine… C’est très bien, mais cela ne suffit pas. Les actions non coordonnées, inefficaces, sans objectif clair ont leur limites. Quand on a voulu éliminer les CFC pour sauver la couche d’ozone, on ne s’en est pas remis à la bonne volonté des consommateurs, qui se demandent légitimement pourquoi les gouvernements n’interviennent pas de manière plus décidée si c’est si nocif ? Les CFC ont été interdits par le protocole de Montréal 1987. Point.

      « Les médias à leurs services ne font que décrédibiliser le travail des scientifiques en exagérant les faits »….. Je pense que le plus grand risque n’est pas l’exagération, même si elle décrédibilise, mais les « fake news », ou ce que l’on appelait avant le travail de désinformation des lobbies. On l’a vu jadis avec le tabac ou l’amiante. Je ne suis pas du tout pour la censure mais il ne faut pas laisser s’installer des contre-vérités.

      « A mon sens il faut être fous aujourd’hui pour ne pas VOIR cette tempête arriver, le fait que aucun gouvernement ni aucune institution de grande ampleur ne propose de débat pour changer notre mode de vie………me fait penser obligatoirement qu’ils ont décidé de laisser arriver la tempête »….. A mon sens, un événement décisif a eu lieu il y a une vingtaine d’années. Pendant la présidence de Bill Clinton (1993-2001), les Etats-Unis s’étaient engagés à signer le protocole de Kyoto mais en 1997 le Sénat a refusé de le signer… Le sénat américain a refusé de ratifier le traité à 95 voix contre 0. Outre l’impact sur les émissions américaines, cela a porté un coup fatal à la mobilisation internationale. Et puis il y eu l’injonction faite aux pays en développement de la part des pays hostiles au protocole. Cette séquence restera à mon avis dans l’histoire.

      « Et je me dis « peut-être ». Peut être que la fin des réchauffements c’est un emballement (même naturel) qui se finit par une ouverture de l’atmosphère et un air vraiment très froid qui arrive à la surface et gèle tout ce qu’y s’y trouve »….. Je crois pouvoir vous rassurer là-dessus ! Cela n’est heureusement pas en vue… A ma connaissance. Maintenant, des surprises, bonnes ou mauvaises, nous attendent certainement au vu du caractère inédit des activités anthropiques. Mais quand on se dit que les enfants d’aujourd’hui vivront dans la seconde moitié du XXIe siècle, on ne peut pas être complètement pessimiste, non ?

      J'aime

    • Bonjour Basile,
      Tout d’abord, je respecte votre point de vue et vos craintes. J’étais à peu près dans le même état d’esprit que vous jusqu’à il y a 18 mois environ. Et puis quelqu’un à qui j’exprimais mes craintes m’a envoyé un lien d’une vidéo d’Istvan Marko (Grand chimiste reconnu). Puis j’ai regardé Courtillot (géologue), puis F. Gervais (Physicien), puis R. Spencer, R. Lindzen, J. Curry, et d’autres.
      Ce sont d’authentiques pointures qui ont influencé ma pensée et ont porté à ma connaissance plein de choses dont j’ai eu l’impression qu’elles étaient occultées, et là mon ancienne pensée s’est écroulée.
      J’ai pu visiter les sites Climate4you et Wood For Trees, qui recensent toutes les données officielles de température et de CO2 sans les commenter (donc pas de débat et donnée brutes).
      Je me suis aussi rendu compte que le film « Un vérité qui dérange » pour lequel je n’ai pas marché mais couru aussi vite que je pouvais était plein d’inexactitudes, mis en scène (merci Hollywood) et orienté pour nous faire croire certaines choses fausse, et qu’il a contribué surtout à gonfler le compte en banque de son auteur. Son deuxième opus est tout aussi NUL, à tel point que Spencer a publié un petit livre pour dénoncer les faussetés.
      Pour moi beaucoup de réalités ne collent pas avec le battage médiatique, et le débat qui n’est pas clos est en fait du type « pointures contre pointures ».
      POUR AUTANT, je reste perplexe quand même, car les 2 camps m’ont instillé une certaine dose de doutes.
      Je ne suis pas complètement dupe quand je vois des écrits orientés de « sceptiques » ou de « réchauffiste ».
      Le réchauffement ne fait strictement aucun doute pour moi, cependant, à 0,15°C par décennie environ, et à ce rythme qui est loin d’être garanti, je ne crois pas que les 2°C seront forcément atteints à l’horizon 2100, dans le pire des pires des cas.
      Et puis, quel intérêt pour des scientifiques retraités pour la plupart (plus jeunes leur carrière eût été compromise) d’aller à contre-courant de la pensée unique ? Sont-ils payés par les pétroliers ? Ça c’est n’importe quoi. A 70 piges, avec un tel niveau intellectuel, et après avoir été des stars, je crois qu’ils n’œuvrent pas pour mettre en péril la vie de leurs descendants. Et puis, les pétroliers sont assuré de leur business pour au moins 20 ans et ils investissent dans les renouvelables (au point qu’ils ne sont pas toujours d’accord avec Trump !!!). En fait les « réalistes » nuisent plutôt au business des renouvelables et à tous ceux qui profitent de la manne verte.

      Bref, les pointures n’arrivent même pas à s’accorder sur les températures du passé qui prouveraient que le réchauffement actuel a commencé en 1700 !!!
      La fameuse courbe de Mann qui nie cela, très bien reprise dans le film d’Al Gore, et qui trônait dans les rapports du GIEC a finalement disparu du dernier rapport du GIEC suite au climate gate. Le GIEC reconnait donc lui-même qu’elle est fausse ? La terre a donc déjà connu des réchauffements comme le nôtre ?

      Apparemment, si on prend beaucoup de recul et qu’on observe notre pic interglaciaire sur ses 10.000 ans, la terre à tendance à se refroidir, avec des fluctuations de refroidissement et de réchauffement. A la fin ça se terminera par une véritable ère glaciaire, et là ça en sera fini de notre civilisation.

      Un reconstruction de l’anomalie au Groënland (source = climate4you) : j’ai pas l’impression qu’on vive un réchauffement si extraordinaire (je sais que les piliers ici me diront que le Groënland n’est pas la Terre, mais j’imagine que le profil global est le même.

      En ce moment je lis le livre d’un scientifique physicien, spécialise de thermodynamique, professeur émérite d’université, médaillé au CNRS en thermodynamique, primé par l’Académie des sciences, et choisi comme rapporteur critique par le GIEC.
      Ça m’interpelle vraiment tout ce qu’il dit, et c’est pas un étudiant ou les autres piliers de ce blog qui feront le poids, surtout quand je les vois le dénigrer comme si eux étaient des vraies pointures alors que ce ne sont que des amateurs éclairés.

      J'aime

      • Et bien voyez, Basile, quand je parle de désinformation. Prenons pour exemple ce graphique posté par Ninja. Comme il le précise lui-même, il s’agit du Groenland, donc une région précise du globe, qui ne représente pas forcément la tendance mondiale. Et pour cause, comme on l’a déjà dit, l’insolation a varié sous les hautes latitudes lors de la déglaciation, exposant davantage certaines régions à certaines périodes. Cela explique l’optimum de l’Holocène et la température au Groenland. Deuxième facteur : la circulation océanique (AMOC) qui réagit aux variations de l’insolation.
        Enfin, il n’y a pas quelque chose qui vous choque sur ce graphique ? Regardez l’échelle. La période récente, c’est 0. Le niveau de CO2 y est à 280. Aujourd’hui, il atteint 410 ppm.
        J’ai trouvé ce même graphique sur Skepticalscience, mais cette fois, la hausse récente de température y a été ajoutée. On peut voir que la hausse du CO2 a fait grimper la température au niveau maximum de l’Holocène, alors que l’insolation tapait de plein fouet sur le Groenland.
        null

        J'aime

        • Lorck,
          Entre 2 points, il y a combien d’années sur un graphe comme celui-ci ? 30 ans ? plus ?
          Il s’agit d’une courbe moyennée j’imagine (avec un échantillonnage ça serait n’importe quoi il me semble). Dans ce cas il faudrait faire la moyenne de 1980 à 2010.
          Parce que si vous y ajoutez un point mensuel ou même annuel, alors il faut le faire sur toute la courbe, on est bien d’accord ? Et là on aura une courbe bruitée à +/- combien ?
          Pouvez-vous m’éclairer SVP ? Merci.

          Aussi, soyez gentil s’il vous plaît de parler de mauvaise info ou de mauvaise interprétation, si ça ne correspond à ce qui vous semble être la vérité, plutôt que de désinformation. C’est beaucoup moins péjoratif. Merci aussi.

          J'aime

          • La résolution est sans doute moins fine pour le lointain passé. Mais les températures de 2010 seront bientôt largement dépassées donc aura une moyenne de long terme élevée.
            Après ne le prenez pas personnellement, mauvaise interprétation pourrait être plus adapté. Je vise surtout ceux dont émanent ces infos et qui les lancent en toute connaissance de cause.

            J'aime

            • JL (votre pseudo est long et compliqué, et « Lorck » seul, ça peut paraître un poil agressif, j’utiliserai donc vos initiales),

              On est d’accord sur la résolution du graphe sur le Groënland, et j’ajoute que de reporter un point de mesure directe sur un graphe moyenné ou avec une telle résolution ça biaise les choses.
              Le site http://www.climate4you.com/ n’est ni réchauffiste, ni sceptique, ni rien du tout.

              Voici ce qui y est écrit :
              « The objective is to provide information on meteorological and climatologically issues of general and specific interest.
              The purpose is to assist reflective people to form a personal opinion on meteorological and climate matters. The purpose is not to provide a forum for discussions, as there are many fine web sites providing excellent possibilities for this.
              It is definitely not the purpose ».

              Sinon il existe une autre reconstruction chez Spencer (50% réchauffiste et 50% sceptique si j’ai bien compris)

              « This graph shows the average of 18 non-tree ring proxies of temperature from 12 locations around the Northern Hemisphere, published by Craig Loehle in 2007, and later revised in 2008. It clearly shows that natural climate variability happens, and these proxies coincide with known events in human history ».

              Pour la température bientôt supérieure à 2010, en apparence on en prend pas vraiment le chemin :

              J'aime

    • « Mrs Lorck, Goupile, Ghtuz, Parmantier, Maignial, ou autre je vous propose un autre type d’échange :
      Essayez de me rassurer car pour ma part je suis totalement alarmiste et déprimé, paranoïaque de surcroit. « la lettre d’un paysan » qui résume bien mes angoisses »

      Impossible de vous rassurer car je suis dans une position quasi similaire et j’observe depuis le même angle, les changements mortifères que nos sociétés infligent à la biosphère – la sixième extinction de masse est en cours, c’est un fait. En tant qu’ancien officier de marine, j’imagine avec le recul que vous pouviez constater davantage les changements dans les océans qu’une personne restée sur terre. Le réchauffement ou changement climatique n’est que la conséquence du changement de propriétés du système. Et vouloir y remédier (même sans aborder la géo ingénierie) et conserver le statu quo, à coup de minerais de sang, a de fortes chances d’aggraver la situation. Tant pour les écosystème que pour ceux qui s’en sont arrachés pour vivre l’aventure humaine.

      J’avais lu aussi cette lettre et mon pessimisme est resté intacte, cela doit être pratiquement de naissance. Je l’ai accepté.
      Mais cela n’empêche pas de se réjouir du temps présent. Si cela nuit à votre santé, lâchez prise et dîtes-vous que vous n’êtes pas seul, si une chose doit arriver, que le monde d’aujourd’hui s’écroule pour toutes les raisons possibles, nous trouverons moyen d’atterrir en douceur et de s’entraider pour faire notre « deuil ». Trop nombreux sur cette planète ? Peut-être, avec le au niveau de vie actuel. Nous ralentirons nos ardeurs à peupler cette gigantesque boîte de Pétri.

      Une dernière chose, oubliez les médias mainstream dont les obligations de résultats dépendent de ceux qui les financent, reportez-vous à la source (revues, sites) autant que vous le pouvez.

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s