Climat

Canicule : les températures continuent à grimper en France

Un point sur la vague de chaleur qui touche la France et plusieurs pays d’Europe depuis ce début de semaine. Météo France indique que l’épisode en cours qui touche la quasi-totalité du territoire est « exceptionnel par sa précocité, et par l’intensité très marquée de la chaleur le jour et la nuit. » 

La masse d’air exceptionnellement chaude venue du désert du Sahara a confirmé ce que les modèles et les météorologues avaient annoncé avant le début de l’épisode, à savoir des températures sans précédent en Europe pour un mois de juin. D’ici samedi, des records absolus pourraient tomber.

La chaleur a commencé à toucher le sud-ouest de l’Europe dimanche et concerne désormais une bonne partie du continent.

D’après Météo France, il n’avait jamais fait aussi chaud à l’échelle du pays en juin que cet après-midi du mercredi 26/06/2019. Moyennée sur toute la France, la température maximale a atteint 34,9°C, battant les 34,3°C du 30 juin 1952.

78 départements français sont désormais en vigilance orange canicule, du jamais vu également. Le précédent record, qui remonte à 2018, concernait 67 départements. C’est en 2004, à la suite de la canicule de 2003, que la vigilance  a été mise en place.

Des records déjà battus mardi

Dès le mardi 25 juin, des records absolus étaient tombés dans des stations françaises d’altitude, en Savoie et en Haute-Savoie : Mont-Arbois (1833m) avec 28,0°C,  Col des Saisies (1614m) avec 29,2°C, Val d’Isère  (1850m) avec 28,3°C, Le Grand Bornand (1430m) avec 30,4°C, Le Tour (1500m) avec 31,4°C.

Il faut dire que mardi, une température de 24.3°C à 850 hPa (environ 1500 m) a été relevée par le radiosondage, non loin de là, à Payerne (Suisse). Jamais une masse d’air à 850 hPa aussi chaude n’avait été relevée en juin en Suisse.

Des records pour un mois de juin ont été battus à  Carpentras (38,9°C), (34,4°C), Selonnet-Village (32,7°C), Saint-Saturnin-lés-Apt (36,2°C).

A Paris Montsouris, un record journalier a été battu pour un 25 juin avec 33,2°C en 2019, battant les 33°C du 25 juin 1976.

Nouvelle hausse des températures mercredi

Le thermomètre a continué à grimper ce mercredi 26 juin. La nuit a été très chaude dans de nombreuses localités avec des records mensuels de chaleur nocturne battus, d’après les chiffres de Météo France : Nice (26°C), Toulouse-Blagnac (23,3°C), Pic du Midi (12,3°C à 2880 m)…

La barre des 40°C a été dépassée dans la journée, notamment à Clermont Ferrand, qui vient de battre son record absolu avec 40,9°C, effaçant les 40,7°C du 31/07/1983. Voici les autres 40°C et plus du jour recensés par Infoclimat : 41,2°C à Charmes, 41,1°C à Montclus, 40,6°C à Peyrolles-en-Provence, 40,4°C à Apt-Viton, 40,4°C à Trets, 40,3°C à Issoire, 40,1°C à Montignac.

Des records mensuels ont été battus à Carpentras (39.2°C) pour le 2e jour d’affilée, mais aussi à Aix en Provence (38.1°C), Sens (37.6°C), Luxeuil (37.3°C), Nancy (36.9°C), Limoges  (36.1°C), Bastia (35.7°C). Cette liste n’est pas exhaustive.

A Paris-Montsouris, le record n’a pas été battu mais une humidité relative importante a renforcé la sensation de chaleur. L’humidex est un indice qui combine la température et l’humidité. Il ne s’agit pas d’un indice subjectif car avec une humidité importante, le corps humain se refroidit plus difficilement.

Le précédent record d’humidex à Paris-Montsouris remontait au 8 août 2003 avec 43,8.  Ce niveau a été nettement battu ce mercredi 26 juin avec un humidex de 44,4 (combinant 34,2°C et une humidité relative de 54%).

D’autres pays d’Europe affichent des records également. Trois pays ont battu leur record national de chaleur pour un mois de juin : l’Allemagne avec 38,6°C à Coschen, la Pologne avec 38,2°C à Radzyn, la République Tchèque avec 38,9°C à Doksany. L’Italie et l’Espagne affichent aussi des températures caniculaires, alors que plusieurs records ont été battus dans les montagnes suisses.

Les jours à venir s’annoncent encore plus chauds

gfs_T2ma_eu_4

Prévisions d’anomalies de température de surface pour le jeudi 27 juin 2019 d’après le modèle GFS. Source : tropicaltidbits.

La journée de jeudi pourrait être encore plus chaude qu’au plus fort de la canicule de 2003. Avec une valeur moyenne autour de 30 à 30,5°C prévue jeudi, l’indicateur thermique (moyenne des températures minimales et des températures maximales) pourrait dépasser celui du 5 août 2003, qui avait atteint 29,4°C le 5 août 2003.

Catégories :Climat

Tagué:,

22 réponses »

  1. Bonjour Johan,
    Le site https://www.tameteo.com rapporte que la chaleur atteindra un pic d’intensité en fin de semaine, jusqu’à 45°C à l’ombre, selon l’auteur. https://www.tameteo.com/actualites/previsions/canicule-pic-d-intensite-en-fin-de-semaine-jusqu-a-45-c-a-l-ombre.html
    Je me souvient qu’en 2016 vous aviez publié l’article: https://global-climat.com/2016/06/09/vers-une-acceleration-du-rechauffement-dici-2022/. Bien que nous ne sommes qu’en 2019, on peut s’imaginer déjà que des records seront à nouveau fracassés en 2022.

    J'aime

    • Bonjour Jacques,
      Vigilance rouge pour l’Hérault, le Gard, le Vaucluse et les Bouches-du-Rhône. C’est la première vigilance rouge canicule depuis la création de l’alerte en 2004. Météo France prévoit en effet des pics locaux à 45°C…

      J'aime

      • Bonjour Johan,
        Juste pour te laisser savoir que les médias du Québec font état quotidiennement de la canicule historique qui sévit en France depuis lundi, dont l’état de vigilance rouge pour 4 ou 5 départements dans le sud de la France aujourd’hui. A cause de cette chaleur étouffante, j’imagine qu’il va y avoir une surmortalité dans les grandes villes en raison des îlots de chaleur urbains. Les médias d’ici, n’en font pas encore mention.

        J'aime

        • Bonjour Jacques,
          Aucune donnée de surmortalité n’a pour le moment été communiquée, il me semble, donc impossible à dire. On attend de voir mais un médecin dans les médias a dit qu’il fallait 48 heures avant de voir arriver les 1ers patients fragiles. La ministre de la santé a parlé de prochains jours qui allaient être difficiles mais sans en dire beaucoup plus.
          La situation est totalement différente que lors de la canicule interminable de 2003 et les structures de soins, bien qu’en sous-effectifs, sont aujourd’hui bien plus sensibilisées. Même chose pour la population. Certains accusent même les politiques et les médias d’en faire trop…

          J'aime

  2. En température minimale, la ville de Castres, dans le Tarn, affichait pas moins de 28,1°C cette nuit. Le vent d’autan a empêché la baisse de la température. Le même vent d’autan devrait heureusement tempérer la température maximale de quelques degrés.

    J'aime

  3. Voilà, le seuil des 40°C a été franchi sur plusieurs villes de la moitié sud: Le Luc, Carpentras, Albi, Toulouse-Blagnac, Orange, Montélimar et, encore plus étonnant, à La Rochelle! D’autres villes en sont tout proche à quelques dixièmes de degré près comme Millau, Montauban, Vichy ou Nîmes. On s’attendait à du « lourd » pour un mois de juin, c’est bien le cas!

    J'aime

  4. Même si la situation française (1/1000 de la planète) n’a rien à voir avec les constats mondiaux, il semble acté que juin 2019 soit le 2ème mois le plus chaud des relevés.

    J'aime

      • Il faudrait plus de 0,578 au delà de la moyenne 1981-2010 sur les 6 derniers jours pour que 2019 dépasse 2016. Et effectivement, à moins d’ une tendance sous cette même moyenne, ce qui est très peu probable, 2019 sera largement au delà de 2013.

        J'aime

  5. À noter qu’un humidex de 50 pile a été relevé à 16h00 à Aniane, dans l’Hérault. 49,9 à Istres.
    Côté température, on frôlait les 45°C par endroit…

    J’espère qu’aucun incendie majeur ne se déclarera. C’est que dans l’Hérault, sur la côte, on n’a plus eu de pluie significative depuis novembre dernier!

    J'aime

    • Le problème n’est pas la personne qui incarne une fonction pour soulager une soif imaginaire de démocratie. Il est plus lointain, les grecs l’appelaient aussi hybris. D’autres contemporains le cerne parfois sous d’autres noms comme « honte prométhéenne ». Mais oui, le prix à payer semble de plus en plus visible et exorbitant.
      Ceci étant, il suffit de regarder ce qu’il se passe en ce moment en Inde, à Chennai, où les aquifères et les réservoirs d’eau ont été insuffisamment approvisionnés par les dernières moussons et asséchés par les chaleurs de plus en plus marquée ainsi qu’une demande croissante : la crise affecte les comportements et des personnes peuvent perdre les pédales au point de tuer. Peut-être que les modifications du cycle de l’eau engendrés par ce réchauffement nous fera découvrir des situations aussi périlleuses dans nos belles contrés qui n’ont jamais connu de telles conditions et ont été jusqu’alors épargnées par le résultat de cette folie.

      J'aime

  6. Je ne peux m’empêcher une pique destinée à nos « amis » climatosceptiques qui sont venu sévir il y a quelque mois ici. Lorsqu’on parlait de possibles 50°C à l’ombre d’ici la fin du siècle, ils hurlaient au catastrophisme et à l’hystérie généralisée. Mais nous sommes déjà plus proches des 50°C que des 40°C alors que la décennie 2020 n’a pas débuté. Et ce record est atteint en juin, alors que le potentiel maximum pour les grandes canicules en France se situe fin juillet/début août. Je pense que si des conditions météo identiques venaient à se produire début août, on atteindrait localement 48°C. Cela arrivera dans 2 ans, 5 ans, 10 ans, 20 ans peut-être, mais nous n’y échapperons pas.

    J'aime

    • Qu’ils hurlent.
      Il suffit de regarder il y a un an, quasi jour pour jour. La région Nord-Pas-de-Calais, le week-end du 1 juillet a connu une poussée de températures. Du jamais vu de la part des habitants rencontrés ce même jour. De mémoire on avait peut-être aussi la même configuration météorologique avec de plus basses pressions vers la péninsule ibérique faisant remonter de l’air plus chaud venant plus au sud. Une situation de blocage qui se produit plus fréquemment et nous apportent pratiquement une canicule par an dont « une du siècle » tous les 15 ans, ce n’est pas un refroidissement en cours 😉
      Mais statistiquement, les services météo annoncent un été aux conditions plus modérées pour les mois qui vont suivre.

      J'aime

    • « nous sommes déjà plus proches des 50°C »

      Exactement, et si nous avons d’ici la fin du siècle +5°C (moins probable que +3°C mais cependant très possible) cela veut dire que sur les terres ce sera +10°C au moins dans les pics de chaleur, donc 45.9°C (record absolu ce vendredi en France) + 10°C = 56°C !

      Jean Jouzel n’a pas raconté de bêtises, c’est effectivement ce qui attend certains endroits en France avant la fin du siècle, et peut-être plus tôt qu’on ne le pense.

      J'aime

    • « nous sommes déjà plus proches des 50°C »

      Exactement, et si nous avons d’ici la fin du siècle +5°C (moins probable que +3°C mais cependant très possible) cela veut dire que sur les terres ce sera +10°C au moins dans les pics de chaleur, donc 45.9°C (record absolu ce vendredi en France) + 10°C = 56°C !

      Jean Jouzel n’a pas raconté de bêtises, c’est effectivement ce qui attend certains endroits en France avant la fin du siècle, et peut-être plus tôt qu’on ne le pense.

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s