Climat

Température mondiale : +0,366°C en juillet, d’après NCEP-NCAR

Avec +0,366°C au-dessus de la moyenne 1981-2010, le mois de juillet 2020 est le 7e plus chaud des archives NCEP-NCAR. 

Les réanalyses comme NCEP-NCAR intègrent de multiples observations dans un modèle permettant de suivre quasi quotidiennement l’évolution du climat. Les données sont donc immédiatement publiées, contrairement aux bilans mensuels des stations au sol. Les réanalyses permettent ainsi de se faire une idée des futures annonces des agences comme la NASA et la NOAA qui ne sont pas faites avant le milieu du mois suivant (en l’occurrence à la mi-août).

Le top 10 des mois de juillet les plus chauds

Avec +0,366°C au-dessus de la moyenne 1981-2010,  le mois de juillet 2020 est le 7e plus chaud des annales NCEP-NCAR qui remontent à 1948. L’anomalie de température mondiale est stable par rapport à juin 2020 (+0,366°C également). A noter que NCEP-NCAR a tendance à afficher des températures moins élevées que les autres archives (notamment la NASA et ECMWF) depuis le mois de mars 2020. Un bilan global des archives sera présenté sur ce blog à mesure que tomberont les données des autres séries.

Top 10 des mois de juillet les plus chauds depuis 1948 (anomalies par rapport à 1981-2010). D’après NCEP-NCAR.

 

On peut voir ci-dessous l’évolution de la température mondiale en juillet avec une tendance de fond au réchauffement depuis 1948. La tendance est de +0,139°C par décennie depuis 1948, avec une accélération sur les 20 dernières années à +0,177°C par décennie.

Anomalies de température mondiale en juillet par rapport à la moyenne 1981-2010. D’après NCEP-NCAR.

 

L’année 2020 à la quatrième place 

Dans ce classement provisoire, les sept premiers mois de 2020 sont comparés à des années pleines. 2020 se situe pour le moment à la quatrième place des années les plus chaudes, sachant que le record de 2016 est en partie dû à un El Niño extrême.

Top 10 des années les plus chaudes depuis 1948. Anomalies par rapport à la moyenne 1981-2010. D’après NCEP-NCAR.

 

Les anomalies régionales en juillet 2020

L’anomalie dans l’hémisphère nord (+0,391°C) est la 8e plus élevée des archives. L’hémisphère sud enregistre également sa 8e anomalie la plus importante depuis 1948 (+0,318°C).

Des conditions ENSO neutres prévalent toujours dans le Pacifique. Selon la NOAA, cette situation devrait perdurer lors de l’été 2020 au sens de l’hémisphère Nord, puis des conditions La Niña pourraient émerger à l’automne  (50 à 55% de chances) et se maintenir en hiver (50% de chances).

Carte d’anomalies pour le mois de juillet 2020. D’après NCEP-NCAR.

 

+0,931°C en juillet 2020 par rapport à l’ère préindustrielle

On peut remonter plus loin dans le temps, en utilisant les archives de la NASA, et en retenant comme base la période 1880-1899 (représentative de la période préindustrielle). L’anomalie est de +0,931°C en juillet 2020, sous l’objectif le plus ambitieux de la COP 21 (+1,5°C).

Catégories :Climat

Tagué:,

3 réponses »

  1. Bonjour, comment cela se fait que depuis quelques mois les donnés NCEP/NCAR affichent des temperatures moins élevés que les autres agences? Est-ce que ça veut dire que les données NCEP/NCAR sont moins fiables?

    J'aime

    • Bonsoir,
      Il serait un peu présomptueux de ma part de distribuer les bons et les mauvais points.
      Ceci dit, on peut faire quelques remarques :
      NCEP-NCAR est une réanalyse de première génération. ERA5 (ECMWF) est une réanalyse de dernière génération censée être plus performante et la comparaison avec les observations semble montrer qu’elle l’est.
      ERA5 affiche une grande proximité avec les chiffres de NASA Gistemp, qui font office de référence en la matière et qui se basent sur les relevés au sol.
      Chaque méthode a des avantages et des inconvénients.
      Il est clair que si ERA5 publiait des données quotidiennes, je choisirais celles-ci plutôt que NCEP-NCAR.
      J’ai tendance (subjectivement) à accorder beaucoup de confiance à ERA5 et à NASA Gistemp, qui sont pour moi les deux archives de référence. La corrélation affichée par la NASA et ERA5 avec les autres archives est très forte.
      Selon les conditions météo, une méthode peut avoir certains biais. On sait que les satellites sont par exemple assez sensibles à El Niño/La Niña.
      Dernièrement, NCEP-NCAR présente un biais froid mais cela n’est pas toujours le cas. Il y a peut-être une raison…

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s