Climat

La hausse du méthane atmosphérique atteint un nouveau record en 2021

La concentration atmosphérique de méthane a atteint un nouveau record, selon la NOAA. En 2021, l’augmentation des niveaux de méthane dans l’atmosphère a été de 17 ppb (parties par milliard), soit la plus grosse augmentation annuelle enregistrée depuis le début des mesures en 1983. En 2020, l’augmentation était de 15 ppb, et constituait déjà un record.

Le méthane, deuxième facteur de réchauffement de la planète après le dioxyde de carbone, est généré par la production, le transport et l’utilisation de combustibles fossiles, mais aussi par la décomposition des matières organiques dans les zones humides et comme sous-produit de la digestion des ruminants dans l’agriculture. L’une des principales sources d’émissions de méthane d’origine humaine est l’industrie pétrolière et gazière.

La durée de vie du méthane dans l’atmosphère est beaucoup plus courte que celle du dioxyde de carbone, une dizaine d’années pour le CH4 contre une centaine pour le CO2, mais le méthane est plus efficace pour piéger le rayonnement que le CO2. Le méthane est environ 25 fois plus puissant que le dioxyde de carbone pour piéger la chaleur dans l’atmosphère sur une échelle de 100 ans. Sur une échelle de 20 ans, l’effet de réchauffement du CH4 est environ 80 fois fois supérieur à celui du CO2, d’après la moyenne des estimations. La réduction des émissions de méthane pourrait donc influer rapidement sur le rythme du changement climatique à court terme.

Mais les émissions mondiales continuent d’évoluer dans la mauvaise direction. Lors de la conférence sur le changement climatique COP26 qui s’est tenue l’année dernière à Glasgow, les participants se sont mis d’accord sur une promesse de réduction des émissions anthropiques de méthane de 30 % d’ici à 2030. La réduction des émissions mondiales de méthane provenant des activités humaines de 30 % d’ici la fin de cette décennie aurait le même effet sur le réchauffement climatique d’ici 2050 que le déplacement de l’ensemble du secteur des transports vers des émissions nettes de CO2 nulles, selon l’Agence Internationale de l’Energie.

L’augmentation annuelle du méthane atmosphérique au cours de l’année 2021 a été de 17 parties par milliard (ppb), soit la plus forte hausse enregistrée depuis le début des mesures systématiques en 1983, selon la NOAA. En 2021, les niveaux de méthane atmosphérique ont ainsi atteint une moyenne de 1 895,7 ppb, soit environ 162 % de plus que les niveaux préindustriels.

Tendance CH4 : Ce graphique montre la moyenne mondiale de l’abondance mensuelle du méthane atmosphérique déterminée à partir de sites marins de surface depuis 1983. Les valeurs pour l’année dernière sont préliminaires. (Laboratoire de surveillance mondiale de la NOAA)

On estime qu’environ 30 % du méthane provient de la production de combustibles fossiles, ce qui en fait une cible évidente pour atténuer les effets de la crise climatique à court terme. La réduction des émissions de méthane pourrait contribuer à réduire plus rapidement le réchauffement climatique qu’une stratégie basée uniquement sur le dioxyde de carbone.

Pendant ce temps, les niveaux de dioxyde de carbone ont continué à augmenter à des taux historiquement élevés. Selon la NOAA, la moyenne mondiale de la concentration de dioxyde de carbone en surface en 2021 était de 414,7 ppm, soit une augmentation de 2,66 ppm par rapport à la moyenne de 2020. Cette mesure représente la moyenne mensuelle annuelle du dioxyde de carbone à l’échelle mondiale sur les sites marins de surface. A Mauna Loa, le site de référence, la moyenne sur 2021 a atteint 416,45 ppm. Les émissions mondiales de CO2 provenant de la combustion d’énergie et des processus industriels ont rebondi en 2021 pour atteindre le niveau annuel le plus élevé jamais enregistré avec 36,3 milliards de tonnes. Ces chiffres combinés aux estimations des émissions de méthane (CH4) et de protoxyde d’azote (NO2) montrent que les émissions globales de gaz à effet de serre provenant de l’énergie ont également atteint en 2021 un niveau record. 

Tendance du CO2 : Ce graphique montre l’abondance mensuelle moyenne du dioxyde de carbone à l’échelle mondiale sur les sites de surface marins depuis 1980. (Laboratoire de surveillance mondiale de la NOAA)

Bien qu’il y ait eu un débat scientifique sur la cause de la flambée continue des niveaux de méthane, des recherches antérieures de la NOAA ont indiqué que les sources biologiques de méthane – telles que les zones humides – sont un facteur important d’augmentation du méthane depuis 2006. Cette situation est préoccupante car elle pourrait signaler une boucle de rétroaction causée par une augmentation des pluies sur les zones humides tropicales, qui à son tour génère encore plus de méthane – un cycle qui échapperait largement au contrôle de l’homme.

En outre, les émissions globales de méthane du secteur de l’énergie sont massivement sous-déclarées, selon l’Agence Internationale de l’Energie. Les émissions mondiales de méthane du secteur de l’énergie sont supérieures d’environ 70 % à la quantité officiellement déclarée par les gouvernements nationaux, selon une nouvelle analyse de l’AIE publiée en février 2022. L’année dernière, des émissions importantes ont été confirmées au Texas et dans certaines parties de l’Asie centrale, le Turkménistan étant seul responsable d’un tiers des grands événements d’émissions observés par les satellites en 2021.

Fuites de méthane détectées par satellite provenant des activités humaines en 2021. Source : Kayrros.

L’Engagement mondial en matière de méthane, lancé en novembre par plus de 110 pays lors de la conférence COP26 sur les changements climatiques à Glasgow, a marqué un important pas en avant. Dirigés par l’Union européenne et les États-Unis, ses participants ont convenu de réduire les émissions de méthane provenant des activités humaines – y compris l’agriculture, le secteur de l’énergie et d’autres sources – de 30 % d’ici 2030. Cependant, un plus grand nombre d’émetteurs doivent s’y joindre. Sur les cinq pays ayant les émissions de méthane les plus importantes de leurs secteurs énergétiques – la Chine, la Russie, les États-Unis, l’Iran et l’Inde – seuls les États-Unis font partie de l’Engagement tel quel.

Catégories :Climat

4 réponses »

  1. Bonjour Johan,
    Concernant le tracé de la courbe du CO2 que la NOAA a publié sur son site web, vous avez du remarquer aussi qu’il y a un plafonnement en 2022 par rapport à 2021. Les émissions mondiales de CO2 auraient-elles plafonné déjà ? J’ose à peine y croire…

    J’aime

    • Bonjour Jacques,
      Il s’agit de la concentration de CO2 et non des émissions. Si on peut espérer que ces dernières plafonnent dans les prochaines années, ce ne sera pas le cas pour la concentration de CO2 car il faudrait pour cela des réductions massives d’émissions de CO2. Tant qu’il y aura un surplus d’émissions par rapport aux puits, la concentration augmentera. Il me semble que la baisse de mars soit un épiphénomène entre mars 2022 et mars 2021. Entre février 2022 et février 2021, le gap est plus important.

      2021 1 415.52
      2021 2 416.75
      2021 3 417.64
      2021 4 419.05
      2021 5 419.13
      2021 6 418.94
      2021 7 416.96
      2021 8 414.47
      2021 9 413.30
      2021 10 413.93
      2021 11 415.01
      2021 12 416.71
      2022 1 418.19
      2022 2 419.28
      2022 3 418.81

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s