Climat

NASA : octobre 2016, le 2è plus chaud depuis 1880

Le mois d’octobre 2016 a été le deuxième plus chaud depuis le début des relevés en 1880, selon la NASA. Sur janvier-octobre, l’anomalie est de +1,02°C, un record.

Pour le mois d’octobre 2016, la NASA n’annonce pas un record de chaleur, cette fois. Avec +0,89°C au-dessus de la moyenne 1951-1980, octobre 2016 arrive à la deuxième place, loin derrière le niveau exceptionnel atteint en 2015 (+1,07°C). Les 3 mois d’octobre les plus chauds depuis 1880 ont été enregistrés ces 3 dernières années. Onze des 13 derniers mois ont battu un record mensuel de chaleur, d’après la NASA (juin arrive 3è et octobre 2è).

La série avait débuté en octobre 2015 et culminé en février 2016 avec un niveau exceptionnel de +1,34°C, l’anomalie la plus importante enregistrée tous mois confondus.

D’après la réanalyse NCEP-NCAR, les anomalies en octobre étaient déjà annoncées à la deuxième place. Les derniers chiffres de la réanalyse pour novembre montrent que le mois est plus chaud, même si les températures sont retombées ces derniers jours.

Ecart à la moyenne 1951-1980.

Ecart à la moyenne 1951-1980.

L’année 2016 va battre le record de chaleur établi en 2015. Sur la période janvier-octobre, l’anomalie est de +1,02°C au dessus de la moyenne 1951-1980, loin devant les 0,83°C de 2015 et les +0,75°C de 2014.

Les températures de surface de la mer au centre et à l’est du Pacifique sont en recul et des conditions La Niña devraient tirer vers le bas lors des derniers mois de 2016, par rapport à 2015. Mais cela ne suffira pas à éviter un nouveau record en 2016 : il faudrait des anomalies d’à peine 0,2°C sur les deux derniers mois de l’année, ce qui semble inconcevable.

Ecart à la moyenne 1951-1980.

Ecart à la moyenne 1951-1980.

On peut voir ci-dessous que les anomalies ont été élevées en Antarctique, comme en septembre. Mais attention, toutes les stations n’ont pas été enregistrées dans les données mensuelles de la NASA pour octobre : on peut le voir sur les régions en gris. Or il s’avère que la réanalyse NCEP NCAR a cependant montré que ces zones manquantes ont été plutôt chaudes. Le bilan final pour octobre pourraient donc être revu à la hausse quand les dernières données des stations de l’Antarctique tomberont. L’Arctique est plus chaud qu’en septembre avec des anomalies jusqu’à 6°C.

Anomalies de température pour le mois d'octobre 2016. Source : NASA GISS.

Anomalies de température pour le mois d’octobre 2016. Source : NASA GISS.

Les chiffres publiés par la NASA sont relatifs à la période 1951-1980 mais on peut aussi calculer les anomalies par rapport aux données les plus lointaines, à savoir la période 1880-1899, que l’on peut considérer comme représentative de l’ère préindustrielle. Cela permet de comparer la situation actuelle aux objectifs que sont fixés les Etats pour contenir le réchauffement climatique en-dessous du niveau considéré comme dangereux. Par rapport à la période 1880-1899, l’anomalie a été de 1,05°C en octobre 2016. Cela porte la moyenne de janvier-octobre 2016 à +1,25°C au-dessus du climat préindustriel. Lors de la COP21 de Paris, un accord a été obtenu pour contenir le réchauffement sous les 2°C, voire 1,5°C si possible.

pre-oct-2016-giss

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s